Subscribe RSS

Blog Archives

La merveille de l’autosuffisance Jul 10

Culebra (21)St-Martin (65)IMG_9218BVI (126)IMG_7899Culebra (19)BVI (128)

Voilà depuis que nous sommes dans les Grenadines que nous nous levons tous les matins les batteries bien pleine. Bien pleine d’énergie bien propre! C’est que le soleil se charge le jour de charger nos batteries à l’aide de nos deux immenses panneaux solaires de 225 watts chacun, et le vent des alizés qui souffle sans s’arrêter jour et nuit se charge de faire tourner notre éolienne toute la nuit, si bien qu’au petit matin, nous entendons le chuintement caractéristique de notre éolienne qui nous dit qu’elle tourne désormais pour rien, nos batteries sont pleines!

Et c’est ainsi presque tous les jours. Bien sûr, lorsque le vent ne souffle pas la nuit, ce qui se produit parfois lorsque nous sommes bien cachés derrière une très haute montagne, nos niveaux batteries baissent bien un peu durant la nuit. Mais le soleil brille presque toujours ici, et si ce n’est le soleil, c’est le vent qui souffle lui aussi presque toujours, alors nous avons réellement une combinaison gagnante, deux sources d’énergie renouvelable qui se complètent parfaitement!

IMG_9103

Pour stocker cette énergie, nous disposons d’un pack de batteries : 4 batteries AGM 210 totalisant 840 ampères.

C’est ainsi que nous pouvons faire fonctionner tout l’électronique du bord : frigo, éclairage, appareils de navigation (GPS, anémomètre, sondeur, pilote automatique…), les pompes qui font monter l’eau potable des réservoirs aux robinets et aussi les ordinateurs, tablettes, jeux vidéo des enfants et la télévision pour les films. Et aussi : le dessalinisateur.

Quelle belle invention que cet accessoire qui nous permet de transformer l’eau salée en eau douce! Notre dessal, comme on l’appelle à bord, un Spectra Ventura 200T, nous permet de fabriquer notre précieuse eau avec la seule énergie de nos panneaux solaires et notre éolienne. Pas besoin de moteur, pas de consommation d’essence ou de diesel, une eau 100% écolo! Dans le choix d’un dessal, on peut opter pour un modèle à grande production (150 litres à l’heure) qui a alors besoin de beaucoup d’énergie pour fonctionner. Il faut alors soit faire tourner le moteur du bateau, soit faire tourner une génératrice. Ou on peut opter pour un modèle qui produit moins de litre à l’heure, comme le nôtre, et qui consomme aussi beaucoup moins d’énergie. Notre dessal produit 30 litres à l’heure et a une consommation de 10 amp. Avec nos panneaux solaires et notre éolienne, nous produisons facilement 25 amp, si bien que nous pouvons sans problème faire à la fois de l’eau en même temps que le frigo roule et que les enfants rechargent leur DS et IPod sans se soucier de l’état de nos batteries.

Et de l’eau en quantité, ça veut dire pouvoir prendre la douche, cuisiner, faire la vaisselle, la lessive. Bien sûr, on ne gaspille pas. Après tout, il faut tout de même la produire cette eau. Nous nous lavons majoritairement à l’eau de mer. De toute façon, c’est si agréable de se laver en sautant derrière la jupette! On se savonne et on se rince à l’eau de mer, puis on fait le rinçage final à l’eau douce à l’aide de la douchette de pont.

On fait la lessive à bord. Jamais nous ne courons les buanderies, ça ne nous dit rien de regarder tourner notre linge pendant des heures dans une pièce moche. Plutôt, nous remplissons deux bassines, une de lavage et une de rinçage, et on lave! Catherine a déniché un accessoire archi-méga-cool pour le lavage : c’est le Breathing Mobile Washer! Un simple bâton qui ressemble à une pompe à déboucher les toilettes, mais qui nous brasse le linge comme une vraie machine! 4 ou 5 minutes de pompages et tout est propre et sent le propre! Reste ensuite à tordre, rincer, et tordre à nouveau. Tellement facile qu’on lave même nos draps avec. Ensuite, on étend le tout sur les filières, nos cordes à linge intégrées.

Union Frigate Island (29)Union Frigate Island (27)Bequia (4)

Ahhh, quelle merveille que cette autosuffisance!

Petit St-Vincent et Petite Martinique Jul 07

À peine arrivés que nous quittons déjà ces deux petites îles. Petit St-Vincent est tout simplement magnifique. C’est une île privée sur laquelle se trouve un hôtel qui dissémine ses petits bungalows de manière à ce que chacun se sente tel un Robinson sur son île. Inutile de dire que le prix est exorbitant. Mais les plages sont ouvertes aux plaisanciers et elles sont de toute beauté. Nous avons marché presque la totalité de l’île et ce n’était que plage, plage, plage, au sable bien blanc.

PSV - PM (63)PSV - PM (81)PSV - PM (83)PSV - PM (67)PSV - PM (76)PSV - PM (80)PSV - PM (79)

Nous y avons passé un doux après-midi étendu sous le palapas à lire et jouer de la musique. Un de ces rare moment si près du paradis.

PSV - PM (92)PSV - PM (90)

Notre mouillage entre Petit St-Vincent et Petite Martinique, directement dans la piscine!

PSV - PM (35)PSV - PM (37)

Voyez comme ces mouettes d’ici sont belles! Elles ont bien aimé nos crèpes!

PSV - PM (70)

C’est tout près d’ici que se trouve la très réputée Mopion (que j’ai toujours cru qu’elle s’appelait plutôt Morpion. Morpion, ça fait meilleur effet… peu importe). Mopion et son palapas. Mopion le petit îlot de sable. Nous nous y sommes rendus en dinghy, profitant de la seule journée pas trop venteuse et du ciel bleu! Vue depuis sur Petit St-Vincent et Petite Martinique.

PSV - PM (39)PSV - PM (38)PSV - PM (48)PSV - PM (55)PSV - PM (60)PSV - PM (45)PSV - PM (50)PSV - PM (59)PSV - PM (43)

Il y a aussi la voisine, Petite Martinique. Elle appartient au pays voisin, Grenade, mais il est toléré qu’on passe de Petit St-Vincent à Petite Martinique sans qu’on y fasse les formalités d’entrée et de sortie. Contrairement à sa petite voisine, Petite Martinique est bien habité. Un village de pêcheur, des chèvres et des coqs, quelques commerces, épiceries et restos. Mais tout petit, charmant. Mais bon, comme toujours pour nous, soit c’est la faute à la saison basse ou parce que nous sommes samedi, mais tout est fermé, pas de petit snack ou de crème glacé pour nous, on se contentera d’acheter tomates, poivrons, concombre, œufs, à peu près tout ce que nous réussissons à trouver, histoire de durer encore quelques jours.

PSV - PM (24)PSV - PM (8)PSV - PM (20)PSV - PM (17)PSV - PM (16)PSV - PM (14)

Bien que l’eau et la plage soient des plus agréables, nous quittons déjà, après à peine deux journées passées ici. Le mouillage est exposé et ça bouge constamment. Et Léa est malade depuis quelques jours. Elle vomit la pauvre et n’est pas en grande forme. Nous allons donc rechercher un endroit calme où elle puisse se reposer et reprendre des forces. Nous retournerons probablement sur Frigate Island où nous avons la meilleure protection et ensuite Mayreau. Quand pourrons-nous finalement visiter les Tobago Cays??? C’était le plan pour aujourd’hui, mais la priorité ira au rétablissement de Léa.

Plages – Pluie – Grain – Soleil – Vent : GRENADINES!!! Jul 06

Canouan (39)Mayreau (13)Mayreau (18)Mayreau (79)

La saison des pluies est partie! Il pleut souvent, il vente beaucoup et les grains, ce que nous appelons simplement « orages » chez nous, se succèdent. Ciel gris, vents qui soufflent et pluie, c’est le grain qui passe. Pas d’éclair et de tonnerre ici cependant, que de la pluie et du vent. Nous avons d’ailleurs essuyé notre premier grain sous voile en navigation vers Mayreau. Premier en près d’un an, il était temps! Nous voyions très bien l’île de loin, et plus on approchait, moins on la voyait… L’île est devenue toute noire et soudain on ne la voyait plus. Le grain arrive! Mais voilà qu’on mord à notre ligne… Poisson! Il n’aurait pas pu choisir un autre moment que celui où on arrive dans le grain et qu’on doit vite prendre un ris! Dans l’eau noire du mauvais temps, un éclatant scintillement doré. C’est une dorade!!! Notre première dorade!!! Yé!!!!!

Elle est petite, environ 22 pouces, mais comme on peine à la remonter à cause du vent, du ris à prendre et des vagues qui grossissent, elle nous arrive presque morte. Le temps de lui enlever son hameçon qu’elle a déjà perdu ses belles couleurs, signe que la mort la gagne. Vous comprenez que nous n’avons pas de photos, nous en avions plein les bras!

Vents et vagues augmentent de concert. On se déroute un peu pour mieux prendre les vagues qui deviennent énormes et le grain passe… C’est fini, on reprend la direction de l’île et nous arrivons à la plage de Saline Bay sur l’île de Mayreau.

L’immense plage est géniale! Une plage de jeu parfaite! Remplie de cocotier, du sable profond parfait pour les châteaux, une plage longue et large parfait pour le ballon et les ballades, des tables de pique-nique et en plus, il y a un terrain de volleyball, pour notre plus grand bonheur! La plage sera ainsi le lieu de rendez-vous de fin de journée avec nos copains de Rêve d’océan.

Mayreau (24)Mayreau (25)Mayreau (26)Mayreau (19)Mayreau (9)Mayreau (22)Mayreau (92)Mayreau (90)Mayreau (88)

Nous voulions absolument voir la baie de Salt Whistle tout au Nord de l’île où la plage semble idyllique. Mais comme les vents du Nord-Est la rendaient rouleuse la veille, nous ne nous y étions pas arrêtés. Nous nous y rendons donc à pied, une bonne marche qui nous fait monter les pics abruptes, traverser le village, marcher sous un soleil de plomb sur la longue route vers la plage.

Mayreau (34)Mayreau (31)Mayreau (36) En route, une superbe vue sur les îles environnantes : Tobago Cays, Canouan, Union, Palm Island, Petite Martinique, Petit St-Vincent…

Mayreau (27)Mayreau (39)Mayreau (41)Mayreau (48)

Un des nombreux chiens heureux de l’île croise notre route et prend les devants pour nous guider jusqu’à la plage. Il nous attend dans les montée et marque son territoire tout le long et nous presse d’arriver à la plage! Les chiens sont joueurs ici et gentils, bien que plein de puces et de tiques, on les aime bien! Sitôt arrivé notre copain plonge à l’eau et, on fait pareil! Il fait si chaud et l’eau est tellement belle! Chaude, claire, tellement accueillante!

Mayreau (51)Mayreau (55)Mayreau (56)Mayreau (60)

La petite plage de Salt Whistle Bay est tout simplement PARADISIAQUE! L’île fait à peine 100 pieds de largeur derrière la plage et nous accédons au côté au vent de l’île ou les eaux sont agitées par les vents qui soufflent.

Mayreau (73)Mayreau (74)Mayreau (83)Mayreau (82)Mayreau (81)Mayreau (78)Mayreau (69)Mayreau (70)

Lorsqu’on ramasse nos sacs pour le retour, notre copain chien quitte ses potes et reprend la tête pour nous escorter à nouveau vers le village!

Mayreau (77)Mayreau (75)

Nous passons d’une île à l’autre dans les Grenadines. Nous parcourons leurs pics, découvrons leurs plages et leur village. Avant Mayreau, nous avons fait arrêt à Canouan pour deux nuits, dans la baie de Charlestown. Les pics de l’île font effet d’entonnoir à vent et le vent déboule des montagnes en rafales. Ce n’est pas reposant, mais la baie est bien protégé et calme et le village tellement authentique. Nous avons fait une boucle à pied et parcouru tout le sud de l’île. C’est si petit! Mais ça grimpe! Si bien que parcourir à pied les îles des Grenadines, c’est du sport! Mais nous nous sommes promis de toutes les visiter ainsi, pour ainsi pleinement en apprécier les particularités. De plus, ça demeure plus rapide de visiter à pied les baies que d’y aller avec Oséo, et en plus, on ne roule pas dans les mauvais mouillages!

Du haut de l’île, une autre magnifique vue des îles environnantes : Tobago Cays, Mayreau, Friendship Bay puis sur l’immense récif de l’autre côté de l’île. Mais le temps gris donne bien mauvaise mine à tous ces magnifiques décors.

Canouan (4)Canouan (33)Canouan (8)Canouan (10)Canouan (17)Canouan (15)Canouan (19)Canouan (18)

Troisìème île : Union. On s’y rend en attendant un temps plus calme pour se rendre aux Tobago Cays, le paradis des eaux cristallines et le kaléidoscope des bleus. Trop de vent encore, on se dit qu’on n’appréciera que plus la beauté des Tobago par temps plus calme. Et en plus, on a besoin de se réapprovisionner en frais. Alors direction Clifton sur l’île de Union.

Nous ne sommes guère enchantés par le mouillage. On le croyait plus beau avec ses récifs et surtout plus abrité. Mais le vent entre à plein et soulève un bon clapot et il y a un peu trop d’action à notre goût ici, on a envie de plus de tranquillité. Si bien qu’on met l’annexe à l’eau pour faire les courses et, deux heures plus tard, l’ancre est relevée et nous voguons vent arrière pour rejeter l’ancre derrière Frigate Island, mouillage parfaitement calme… bonheur. Les tortues nagent autour dans les eaux aux multitudes de bleus, le fond marin est parsemé d’étoiles de mer, d’oursin et de coquille de conches et les petits poissons font la valse. Bonheur.

Nous n’avons peut-être pas aimé le mouillage de Cilfton sur Union, mais son village est super chouette. Joli, coloré, des petits kiosques de fruits et légumes au marché, des superettes où on y trouve, en passant d’une à l’autre, finalement tout ce dont nous avons besoin et à bon prix.

Union Clifton (3)Union Clifton (20)Union Clifton (11)Union Clifton (9)Union Clifton (13)Union Clifton (12)Union Clifton (14)Union Clifton (16)

Notre mouillage derrière Frigate Island, calme et tortues nous accompagnent. Nous y resterons finalement quatre nuits. Un seul saut au petit village de Ashton pour du pain.

IMG_9043IMG_9020Union Frigate Island (26)Union Frigate Island (25)

Nous avons la belle suprise de retrouver ici nos copains Nicole et Alain du Paradox qui sont maintenant bien en monture avec leur tout nouveau Grosloup. Ils ont filé comme l’éclair entre St-Martin et ici en quelques jours à peine! Contents de vous revoir les copains! Pas vraiment de photos des retrouvailles, trop pressé de les retrouver sur Paddleboard, je n’ai pas apporté la caméra!

Union Frigate Island (21)Union Frigate Island (22)

Voilà notre terrain de jeux des derniers et prochains jours : de Canouan à Carriacou, entre Grenade et Grenadines… Nous sommes présentement à Petit St-Vincent.

IMG_9047

Des Pitons aux Grenadines Jun 26

Bequia (54)…l’eau des Grenadines.

Les Grenadines, tout un chapelet de petites îles baignées dans des eaux turquoises et, espérons, calmes! Nous y sommes arrivés après une passablement longue navigation dimanche le 22 juin, c’est que nous perdons l’habitude, ce qui ne nous déplait pas d’ailleurs. 62 miles, deux canaux à traverser et l’île de St-Vincent sous laquelle nous avons filée sans nous y arrêter. Pas mal de vague encore une fois et du courant dans le canal de St-Vincent vers l’île de Bequia, porte d’entrée des Grenadines. Quel désespoir de se voir avancer à 4.4 nœuds alors que nous essuyons des vents de 20 nœuds! 2 nœuds de courant dans le nez, ouach!

Ah mais, mes Pitons! Avant tout, notre navigation nous a porté vers la pointe sud de Sainte-Lucie à longer les magnifiques Pitons, classé patrimoine mondial de l’UNESCO. Chacun notre tour, Rêve d’océan et nous-même nous sommes photographiés devant les majestueux Pitons… Voici Oséo…

Pitons Oseo (5)Pitons-St-Vincent (2)

Et nous y voilà enfin, les Grenadines! La première île à croiser notre route sera Bequia, à prononcer « Béquoué ». C’est le début des plages et eaux idylliques à ce qu’on dit! Nous nous ancrons dans la grande Admiralty Bay et avons le choix d’une vue sur le village ou sur la plage de Tony Gibbons. Nous optons pour cette dernière et profiterons de ses eaux chaudes et son sable doré un peu chaque jour. Pour s’y rendre, on chevauche Paddle (c’est ainsi que nous appelons notre Stand-up paddleboard) ou on prend Train Train.

Bequia (8)Bequia (84)Bequia (82)Bequia (85)Bequia (87)Bequia (88)Bequia (25)

C’est ici que nous avons célébré notre St-Jean! En compagnie de Rêve d’Océan. Nous étions les seuls Québécois dans la baie mais avons bien fait honneur à notre Québec! Le Québec s’est fait fêter en grand! Nous avons sortis nos drapeaux, nos crayons à maquillages, la musique et le soleil y étaient aussi!

Bequia (13)Bequia (14)Bequia (16)Bequia (28)

Bequia est très agréable. La baie étant grande, ça bouge bien un peu à bord, mais le village est super chouette, on y trouve des fruits et légumes frais en quantité et bon marché, du pain et tout ce que nous avons besoin, à notre grande surprise. Beaucoup de petits restos aussi, mais bon, on passe notre tour, budget oblige… Ah il y a une tradition de baleinier ici à Bequia. Chasseur de baleine. Une fois l’an il y a la chasse à la baleine. On en pêche très peu, mais remarquez le banc sur lequel Léa est assise un peu plus bas, c’est une vertèbre de baleine.

Bequia (55)Bequia (40)Bequia (41)Bequia (42)Bequia (43)Bequia (45)Bequia (47)Bequia (44)Bequia (52)

On se fait une balade jusqu’à l’autre côté de l’île. C’est une petite île, ça nous prend environ 30 minutes! Nous aimons beaucoup ces petites balades à pieds qui nous font voir l’intérieur des îles. Friendship Bay où nous aboutissons est une des baies où il est possible de s’ancrer. Bien heureux de ne pas s’y ancrer, les vagues déferlent sur la plage et ça roule bien ici! C’est joli, mais mieux vaut à pied! On profite de l’ombre des arbres pour une petite partie de foot.

Départ de notre plage de Tony Gibbons, un peu de ballon-rond et nous sommes prêts!

Bequia (61)Bequia (63)Bequia (64)Bequia (65)

Arrivée à Friendship Bay…

Bequia (67)Bequia (75)Bequia (71)Bequia (69)On croise ce joli hotel qui nous indique une température mer, air, piscine à peu près toutes pareilles. Ouf, quelle chaleur!

Bequia (79)Bequia (77)Bequia (78)

Voilà. Nous partons demain pour une autre île des Grenadines. Il nous reste environ 30 miles à parcourir avant d’atteindre notre zone considérée « safe » par nos assurances. Une vingtaine de miles demain pour se rendre à Canouan, puis nous y serons presque! Nous sommes d’ailleurs à la recherche d’une nouvelle Champagnette pour célébrer l’événement!