Subscribe RSS
Retour sur la tempête Sep 01

Bonjour à tous. Vous avez été plusieurs à nous demander des nouvelles suite au passage d’Irène. Sachez que ça nous touche beaucoup. Si nous avons tardé à donner des nouvelles, c’est que ces derniers jours ont été bien chargés, tant physiquement qu’émotivement. Ca ne s’est pas bien passé pour nous. Oséo a été une des victimes de la tempête. Pas le seul, pas le pire, mais tout de même pas banal.

 Nous n’étions pas à bord lors de la tempête. Heureusement d’ailleurs car les pannes d’électricité à la maison nous ont obligé à pomper manuellement l’eau du sous-sol où se trouvent les chambres des enfants. Irène a frappé la marina de Monty’s Bay de plein fouet, faisant de nombreux ravages. Deux voiliers ont été coulés, des quais ont été arrachés, plusieurs voiliers se sont échoués au fond de la baie, des voiles en lambeaux… À notre arrivé lundi matin, c’était un spectacle bien triste à voir.

 Pour sa part, Oséo a d’abord trainé sont mooring (l’énorme bloc de béton de 6000 livres auquel il est attaché) sur plusieurs mètres en se faufilant entre les autres bateaux sans accrocher personne. Mais le sort a voulu que notre mooring se mêle avec un autre faisant en sorte que Oséo et l’autre voilier sont restés pris prisonnier un à côté de l’autre pendant plusieurs heures. Les forts vents et surtout les grosses vagues ont fait en sorte que les deux voiliers se sont cognés et cognés à répétition entrainant des bris de part et d’autre…  L’histoire est très triste à entendre et je vous épargnerai les détails. Mais à bord de l’autre voilier se trouvaient les propriétaires et ils ont été très éprouvés par ce dur combat. Ils ont finalement, au bout de 2-3 heures, réussi à couper les amarres de Oséo permettant aux deux voiliers de se libérer des assauts de l’autre et envoyer Oséo dans le fond de la baie, dans les quenouilles, le meilleur endroit où passer la tempête finalement.

 Le lundi matin, nous avons donc constaté les dommages, écouté les récits de tous et chacun pour essayer de reconstituer ce qui s’était passé pour finalement tomber sur les propriétaires du voilier avec lequel s’est emmêlé Oséo. Nous sommes extrêmement désolés pour eux car ils ont vécu une expérience extrêmement traumatisante.

 Comme notre mooring n’était plus utilisable et qu’il n’y avait pas de place pour nous sur les quais de la marina, nous avons dû laisser Oséo là où il était, dans les quenouilles. Nous avons pris soin de déposer l’ancre plus loin, au cas où. Nous avons pu faire inspecter Oséo par un inspecteur qui nous disait que, oui, il y a des dommages, mais tout est bien réparable. En gros, on parle de nombreuses égratignures à l’avant, certaines assez profondes. Donc un gros travail de gelcoat, un peu de fibre de verre à refaire, le davier (pour remonter l’ancre) est pas mal amoché, filières arrachées, rails à changer et entailles sur le pont dû à la force d’impact… Tout ça était bien triste à voir, mais nous craignions au départ de retrouver Oséo emplit d’eau avec l’intérieur abimé. Mais l’intérieur, l’arche, les panneaux solaires, le radar, tout l’arrière du bateau, le cockpit, tout ça est intact.

 Le lendemain, nous avions un appel de la marina nous disant que « Your boat is floating ». Le niveau d’eau sur le lac s’étant élevé dû aux pluies importantes laissées par la tempête, Oséo s’est dégagé seul de sa fâcheuse position, nous épargnant les coûts astronomique d’un remorquage (autour de 650$)! On était-tu content d’avoir jeté l’ancre!

 Voilà donc. Pour nous s’est donc la fin de la saison de voile. Notre prochaine étape est de ramener le voilier au Canada, à la marina Gosselin, pour les réparations samedi prochain. On se remet tranquillement de tout ça mais c’est difficile à prendre. Il est certain que ce n’est que du matériel, que l’important est que tous s’en sorte indemne, mais un bateau est quand même plus que ça. On s’y attache, il devient parti de nous, il concrétise notre rêve et notre projet de voyage… Et on travail si fort! Mais comme toujours, on se retrousse les manches et on fonce. Si bien que malgré l’adversité, vous pourrez continuer à nous suivre l’an prochain!

 Merci à tous ceux qui pensent à nous et nous encouragent, ça fait chaud au cœur!

Oséo dans les quenouilles après la tempête

Le genre d’entaille qu’on retrouve. Rien d’irréparable mais tout de même…

Voiliers coulés

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

2 Responses

  1. Bonjour la petite famille,

    Nous avons pensé fort à vous et je suis tres contente de voir qu’Oséo flotte toujours… 🙂 beaucoup de travaille qui s’annonce, j’espère que ca sera plus facile avec les assurances cette fois-ci…

    bon courage! on se planifie un souper cet hiver 🙂

    Julie et Eugène

  2. 2
    Oseo 

    Merci Julie et Eugène, oui beaucoup de travail encore une fois mais on croit fortement que le processus avec les assurances ira mieux cette fois-ci. Ce qui rendrait le tout bien moins pénible. Espérons que nous aurons un beau Oséo tout neuf au printemps prochain… et qu’on arrivera toujours à s’assurer… 🙁

    Et on se voit avec plaisir cet hiver!

    Catherine et Ronald

Leave a Reply » Log in