Subscribe RSS
Le Retour Jun 16

Retour (10)Retour (23)Retour (21)Retour (22)IMG_7235Retour (19)Retour (9)

Pas facile à écrire ce dernier billet… Mais je vous dois bien un petit mot. Car nous voilà revenu. C’est la fin d’un voyage, c’est la fin d’une aventure. Le début d’une autre diront certains, peut-être pas tout de suite répondrons-nous. Trop tôt pour voir les choses de cette manière. C’est simplement le retour, avec toute l’adaptation que cela demande. Nous avons retrouvé notre maison, notre quartiers, des amis. À peine deux jours que nous sommes à la maison, alors à savoir : “c’est comment le retour?”, il est encore tôt. Nous avons retrouvé notre petite cours, avec ses oiseaux, ses fleurs et ses parfums de la terre. Mais l’horizon est petit… Plus de ciel et de mer à perte de vue, plus de ces couchés de soleil, plus de paysages chaque jour renouvelés… Voilà ce qui doit nous être assimilé.

Mais nous y arriverons! Un jour à la fois! “Rien ne presse” que j’ai trouvé d’inscrit sur le mur de notre cuisine, oui, voilà sans doute la clé du retour! Revenir doucement, et revoir les gens qui nous font du bien, notre famille, nos amis, nos bons voisins!

Merci à nos amis de Belle Ariane pour leur accueil au lac, à Rêve d’Océan et à Alain du Grosloup. Ensemble nous avons passé notre dernière soirée sur une plage, de galet cette fois-ci! 

Retour (13)Retour (14)Retour (15)Retour (17)Retour (18)

Alain avait un dernier examen à faire passer à Léa! La réussite de son pop corn! Bravo Léa, et bon appétit sur le Grosloup!

Retour (11)Retour (12)

Nous vous souhaitons bon été! Nous avons ammené avec nous le soleil, profitez de cette saison que nous trouverons désormais plus courte que jamais. Ah quelle malédiction que ce climat! Le Froid-Canada, tu ne nous as pas manqué!!! BON ÉTÉ!! MERCI DE NOUS AVOIR ACCOMPAGNÉ TOUT AU LONG DE CETTE AVENTURE!! ET SOUHAITONS-NOUS, À BIENTÔT POUR DE NOUVELLES AVENTURES!!

Le retour, la rivière Hudson et le Canal Champlain Jun 10

Toute merveilleuse chose a toujours une fin. Et notre merveilleux voyage est presque terminé. New York passé, il ne nous reste plus qu’à rentrer chez nous. Nous naviguons désormais dans notre sillage, un chemin que nous avons déjà parcouru, nous remontons la rivière Hudson, nous dématons, nous parcourons les écluses puis rematons. Nous regardons défiler le paysage, paisible et beau, la nature toute simple. Nous y revoyons les fermes, des maisons, la forêt, les rivières, les canaux, on retrouve les vaches qui paissent dans les champs et tranquillement notre tête se fait à l’idée de cette fin qui arrive, de ce retour qui approche. Et tranquillement, on se sent prêt à revenir… Et oui, on finit par se sentir prêt, ou du moins, on l’espère… (!)

Canal Champlain (4)Croton Bay (10)Canal Champlain (3)

Peu après New York, nous trouvons un hâvre de paix derrière Croton Point. Nous y sommes hors d’atteinte des courants de marée, Oséo ne se fait plus bousculer toutes les six heures, aucune vague, aucun bruit, ce que ça fait du bien! Et, après le froid départ de New York, le soleil brille le lendemain. Alors on se met à la tâche! On ouvre toutes les fenêtres pour ventiler l’intérieur et faire sécher toutes ces goutelettes qui nous tombent sur la tête, lessive du panier qui déborde complètement, épicerie pour refaire le plein et prise de vitamine D grâce à ce beau soleil! À midi on lève la Grand Voile pour la faire sécher elle aussi et à 16h00 elle se trouve bien rangée à l’intérieur d’Oséo. On se prépare pour le dématage à venir.

Hudson River (1)Croton Bay (11)Croton Bay (6)Hudson River (7)Croton Bay (1)Croton Bay (3)Croton Bay (8)

Mmm, le bon blé d’inde, ça rappelle chez nous! On poursuit tranquillement sur la Rivière Hudson.

Hudson River (2)Canal Champlain (20)Hudson River (6)Hudson River (11)Hudson River (9)Hudson River (3)Whitehall (12)Canal Champlain (16)

Destination Catskill pour le dématage…

Catskill (1)

Et c’est vite reparti! Les matins sont frais, il nous faut éponger avant les départs alors que la rivière fume!

Canal Champlain (7)Canal Champlain (5)Canal Champlain (1)

Nous passons notre dernière nuit dans la Rivière Hudson à Castleton et sommes prêts pour les écluses. Après Troy, l’écluse fédérale, nous sommes dans le Canal Champlain avec devant nous ses 11 écluses. Nous éclusons tous les quatre, ensemble, dans la bonne humeur, le temps est splendide. Nous tentons de profiter pleinement de ce qu’il nous reste.

Canal Champlain (11)Canal Champlain (9)Canal Champlain (10)Canal Champlain (13)Canal Champlain (18)

12 heures et 7 écluses! Et nous retrouvons à Fort Edward Rêve d’Océan! On ne croyait plus les retrouver. Nous sommes heureux de poursuivre ensemble!

Fort Edward (4)Fort Edward (3)Fort Edward (2)

Le temps vire au gris jusqu’à Whitehall. Nous y restons une journée de plus que nous décrètons journée de congé, congé de navigation! On fait la grâce matinée (jusqu’à 7h30!), on se cuisine un gros brunch avec du bacon (rare!), on se rend à la salle commune pour les coupes de cheveux des garçons ( c’est qu’ils veulent être beaux pour leur retour au pays!) et le soleil fait une belle apparition dans l’après-midi, si bien qu’on peut profiter de l’extérieur avant le retour des orages.

Whitehall (1)Whitehall (2)Whitehall (8)Whitehall (5)Whitehall (7)

… Une journée de plus passe. Une seule journée, c’est celle qui nous fait passer de la fin de notre voyage à la nouvelle réalité. La dernière écluse passé, nous sommes de retour sur le lac Champlain. Nous rematons, nous voilà presque rentrée. Mais Rêve est encore à nos côtés, c’est un peu comme là-bas, n’est-ce pas?

Whitehall (11)Lake Champlain (1)

Nos dernières langoustes, gardées précieusement dans le congélo. Nous avons aussi mangé notre dernière noix de coco, nos derniers vestiges de nos Bahamas…

Whitehall (9)Whitehall (10)

New York, entre amis c’est tellement mieux! Jun 02

Beaucoup d’effervescence pour ce deuxième passage dans la grande New York!! Quelle belle surprise nous avons eu! À la veille de notre arrivée à New York, nous recevons un appel de nos très bons amis les Barette de Beloeil nous disant qu’après avoir lancé l’idée sur le coin de la table au déjeuner, ils arrivaient pour nous accueillir le lendemain, à New York!! Wahoo!!! Après deux année sans se voir, quelle superbe surprise digne d’une amitié solide!

Mais notre première journée, c’est avec nos amis de voyage que nous l’avons passée. Rêve d’Océan, La Jeannoise… Et nous étions heureux de faire cette entrée à New York avec eux. L’arrivée à New York nous a semblé comme un arrivé chez nous. Nous revenons dans notre coin de pays. La rivière Hudson, la maison à moins de 8 heures de voiture. Et nous arrivons ensemble, nous qui avons voyagé jusqu’au bout des Antilles et revenons pour rentrer à la maison avec ces années derrière nous.

Tous ensemble à New York direction Central Park : Dominic, Marie-France, Raphaël et Xavier de Rêve d’Océan, Carole, Denis, Maxim-Emmanuelle et Tristan de La Jeannoise.

New York (33)New York (40)New York (41)New York (42)New York (37)New York (39)New York (123)New York (43)New York (47)New York (49)New York (50)New York (51)New York (52)

Puis le lendemain, quel joie de retrouver nos amis Sebastien, Marie-Julie, Julianne, Louis-Raphaël et le petit Olivier! De grandes retrouvailles que nous avons célébré dans la frénésie de Times Square!!

New York (89)New York (87)New York (8)New York (83)New York (88)New York (5)New York (90)New York (67)New York (81)New York (91)

Et c’est toute la gang au grand complet qui se retrouve au Sony Wonder Technology Lab coin Madison et 5th! On y joue aux lecteurs de nouvelles, on anime nos personnages, on crée nos propres animations, on fait danser nos robos et on effectue des opérations chirurgicales sur les ventricules d’un coeur. Une recette gagnante pour les enfants et les papas aussi!

New York (68)New York (71)New York (72)New York (73)New York (74)New York (75)New York (80)New York (76)

Schwarz, Central Park, Museum of City of New York, American Museum of Natural History en plus d’un passage à l’hotel des Barette pour une bonne douche et une bière de Chambly bien de chez nous et, oh du fromage en crotte!!!!

New York (118)New York (119)New York (58)New York (56)New York (129)New York (105)New York (93)New York (114)New York (62)New York (113)New York (140)New York (131)

Au revoir New York. C’est encore sous un froid que nous trouvons glacial que nous quittons la grande ville. Si froid qu’on pourrait y croiser un puma sous la neige! Ha! Bien non! Il vient plutôt du musée celui-là! Et nous on se réchauffe comme on peut, on fait cuire des muffins et on se chauffe au-dessus de la cuisinière. Les gouttes dégoulinent de partout dans le bateau, vivement le retour du soleil!

New York (92)New York (138)New YorkNew York (144)

La mer du Nord avant l’arrivée triomphante! May 29

La mer, la mer, voilà ce que nous avons fait depuis notre départ de Hampton/Norfolk. Nous voulions profiter de ces vents du sud. Mais que s’est-il passé? Habituellement, les vents du sud amènent de l’air du sud, de l’air chaud et bon, mais là, l’air est froide et froide et crue!!! Il fait froid!!! Froid en mer, froid à bord, froid dans l’eau. Nous sommes en mer du nord! L’eau est à 54 degrés, nos bouches fument dans l’air du matin, Train Train qui n’aime pas le froid a l’air d’une capote tout dégonflé, il réclame son air quotidienne, tuque, polar et coupe-vent sont de mise en tout temps et on navigue désormais bimini ouvert car nous avons besoin du soleil pour nous déglacer! Même le moteur d’Oséo réagit, il suinte!!!

Et vous savez dans tout ce froid ce que nous avons vu? Une tortue marine! J’aurais voulu l’envelopper dans une couverture et la mettre dans une sécheuse pauvre petite!

Premier trajet : Hampton – Cape May. 146 miles, 24 heures. Ronald est transi pendant la nuit. C’est décidé, nous ne ferons pas d’autres nuits! Nous navigons avec Rêve d’Océan à nos côté et Dominic s’amuse à nous lancer des pétards!

Hampton-Cape May (2)Nuit Cape May (1)Nuit Cape May (2)Hampton-Cape May (12)Hampton-Cape May (3)Hampton-Cape May (6)

Nous nous arrêtons pour une journée et demie à Cape May, le temps d’admirer encore un peu les jolies maisons de Cape May, revoir la plage et se retrouver avec Marama devant une bonne assietté de crevettes et huitres bien fraiches du Lobster House!

Cape May (7)Cape May (9)Cape May (8)Cape May (2)Cape May (11)Cape May (12)Cape May (31)Cape May (35)Cape May (38)Cape May (37)Cape May (40)Cape May (51)Cape May (50)

Deuxième trajet : Cape May – Barnegat. 61 miles, 9h45. Ce qu’il fait froid! Ça joue sur le moral des troupes ce froid (surtout les troupes parentales féminines), et surtout tous ces miles parcourus sans beaucoup de repos et d’agréments. Alors Barnegat… Alors que nous venons d’entrer dans l’Inlet après une bonne navigation en mer et qu’une fois tourné le coin du phare, les rafales à 33 noeuds nous accueillent, alors que ça souffle sans arrêt toute la soirée et qu’il fait encore froid, et bien on a un petit coup de cafard… … Mais!! Pas de problème car nos bons amis, les Barettes de Beloeil, nous avaient offert avant notre départ une boite Anti coup de cafard! Ahhh, que c’est bon de se faire remonter le moral! Et ci-bas, Marama en tuque prêt à s’ancrer.

Barnegat (9)Barnegat (6)Sandy Hook (2)Barnegat (10)Barnegat (2)

Troisième trajet : Barnegat – Sandy Hook. 51 miles, 8 heures. On repart dès le lendemain matin dans un grand brouillard glacé. On profite de la dernière journée de vent du sud froid. Nous n’osons même pas imaginer ce que ce sera demain avec le vent du nord! Mais nous arrivons à Sandy Hook sous un beau soleil et, une fois quittée cette mer, l’air est désormais chaud. Ahhhh! Champagnette! c’en est fini de la mer! C’était notre dernier passage en mer. Et nous n’en sommes pas triste! Triste de ne plus avoir la mer chaude et turquoise oui, mais on ne s’ennuira pas de cette mer du nord, oh non!

Sandy Hook (3)Sandy Hoook (3)

Et nous nous retrouvons tous à Sandy Hook : La Jeannoise, Marama, Rêve d’Océan et Oséo! Tous sur La Jeannoise pour un 5 à 7! Comme au bon vieux temps à Samana R.D.!

Sandy Hoook (1)Sandy Hoook (2)

Et devinez où nous arrivons aujourd’hui??? New York!!!

New York (7)New York (19)New York (24)

Alors que nous avançons dans New York, avec nos copains Rêve d’Océan, La Jeannoise, Marama, toute la tension qu’il y avait sur nos épaules disparait. Nous y sommes! Nous l’avons fait! Et nous revenons!!

New York (4)New York (6)New York (21)New York (26)

Et nous sommes de très très bonne humeur car, NEW YORK !!! ON ARRIVE !!!

New York (20)New York (14)New York (13)New York (16)

C’est tellement beau de voir la ville se déployer sous nos yeux. La vision qu’on en a est vraiment superbe depuis l’eau!

New York (23)New York (29)

La fin de l’école d’Oséo May 25

Ça y est, l’école est terminé! C’est une belle nouvelle, c’est une triste nouvelle à la fois. C’est la fin de cette aventure, faire l’école à bord, faire l’école à ses enfants, faire l’école pendant un long et beau voyage. Utiliser tous les jours ce que le monde et la nature nous offre pour enrichir nos connaissances. Cette expérience, au même titre que notre beau voyage, en fut une merveilleuse. Maman a beaucoup aimer jouer ce rôle privilégié. Nous ne connaissons que mieux nos enfants après les avoir vu travailler dur, découvert leur plus grands intérêts, partager leurs matières qu’ils aiment moins et les voir grandir et s’épanouir. Côtoyer nos enfants qui grandissent à tous les jours, c’est beaucoup de bonheur.

Et pour eux, ça a été comment cette expérience de faire l’école sur un bateau? Voilà une question que je leur ai posé! Et voici ce qu’ils ont a en dire!

Pour moi, j’ai trouvé ça quand même facile mais dans l’intracostal ça a été beaucoup plus difficile parce que on naviguait tout le temps. J’ai beaucoup aimé ça et j’aime l’école sur le bateau et chez nous au Québec aussi! Surtout on a un super professeur!

Léa

Moi aussi j’ai aimé ça parce que nous pouvons avoir des congés le jeudi, le mardi ou plutôt tous les jours et on travaille le samedi et dimanche ou n’importe quel jour. On fait l’école le matin, et l’après-midi on va en sortie à terre ou à la plage. Et en plus des fois, nous avons des exercices que nous ne faisons pas! Si on refaisait le voyage je voudrais refaire l’école comme celle qu’on a fait!

Julien

Et cette année scolaire ma foie, elle est terminée!!! Alors sans plus tarder, voilà le dernier chapitre de l’École d’Oséo!

Cérémonie de graduation, exécutée solonellement à Hampton, Virginie!

Fin annee scolaire (9)Fin annee scolaire (3)Fin annee scolaire (11)Fin annee scolaire (12)

Et les célébrations, elles ont eu lieu à Cape May! Fudge, arcades, boutiques et pizza pour se récompenser cette belle année!

Cape May (22)Cape May (25)Cape May (13)Cape May (12)Cape May (29)

Julien et Léa ont eu droit, comme tout bons élèves, à des examens de fin d’année. En français, en mathématique, en science… Nous avons la preuve qu’ils ont travaillé fort et sérieusement pendant tout leur voyage, malgré les plages et les plaisirs de l’eau, malgré le soleil et les découvertes exquises tout autour de nous, car ils ont grandement performé! Leurs résultats finaux se trouvent sur leur diplôme ci-haut, alors qu’ici, quelques extraits de leurs examens.

Grammaire

Fin annee scolaire (22)Fin annee scolaire (23)

Résolution de problèmes, mathématique

Fin annee scolaire (15)Fin annee scolaire (16)Fin annee scolaire (17)Fin annee scolaire (19)Fin annee scolaire (20)Fin annee scolaire (21)

Langage mathématique

Fin annee scolaire (13)Fin annee scolaire (14)

Écriture

Fin annee scolaire (24)Fin annee scolaire (25)Fin annee scolaire (26)

Et voilà, c’était le dernier chapitre de l’École d’Oséo. Les petits élèves sont en congé. Congé bien mérité! Et nous, nous continuons notre remonté vers le Nord. Brrrrrr, il fait froid! Tout ce sud nous manquera, c’est certain! En fait, il nous manque déjà!

Un petit brin de Virginie… May 23

Nous avons franchi une de nos sections favorites de ce long trajet de l’Intracostal, c’est le Dismal Swamp Canal. Ce canal qui relie Elizabeth City à Norfolk, un canal en pleine nature, tout en minceur et en hauteur. Les arbres ici nous envoutent alors que nous voguons sur les eaux noires du canal. De part et d’autre, des petites tortues se font chauffer sous le chaud soleil qui nous accompagne. Ce que c’est beau ici, et si paisible!

Dismal Swamp (1)Dismal Swamp (5)Dismal Swamp (23)Dismal Swamp (55)Dismal Swamp (4)

À nouveau, nous nous arrêtons au Welcome Center du Dismal Swamp Canal parce qu’on aime trop cet endroit. Un quai gratuit en pleine nature, en plein coeur d’un State Park, avec du gazon pour jouer, des sentiers à explorer, un petit musée et même des salles de bain et de l’eau, que demander de plus!

Dismal Swamp (13)Dismal Swamp (36)Dismal Swamp (31)Dismal Swamp (16)Dismal Swamp (25)Dismal Swamp (29)

Nous ne connaissions pas les Junior Ranger Program l’an passé, alors on se reprend cette fois-ci et repartons en forêt pour observer et écouter la nature tout en prenant bien garde aux tiques qui pullulent en cette saison! Malgré nos précautions, on en ramènera une à bord, beurk…

Dismal Swamp (42)Dismal Swamp (18)Dismal Swamp (21)Dismal Swamp (17)Dismal Swamp (20)Dismal Swamp (19)

La Ranger du Park est particulièrement généreuse et gentille ici. Alors finalement, bravo les enfants, une autre badge à votre collection!

Dismal Swamp (32)Dismal Swamp (43)Dismal Swamp (44)

Nous passons deux nuits ici. Le temps est si beau et surtout, nous avons besoin de temps pour terminer l’école. Et oui, nous sommes en plein examens scolaires! Et vous savez quoi, nous avons fini l’école! HOURA!!!!!

Nous faisons toujours de belles rencontre à cet endroit. Les enfants aiment particulièrement Pok, avec qui Léa passe de nombreuses heures à se faire promener par la petite chienne!

Dismal Swamp (39)Dismal Swamp (41)Dismal Swamp (49)Dismal Swamp (50)Dismal SwampDismal Swamp (48)

Nous quittons sous une petite pluie et un froid qui contraste avec les 33 degré de la veille jusqu’à Portsmouth où nous ne passons qu’une seule nuit car le bruit y est infernal, en plein chantier naval! Juste devant nous, un immense bateau de guerre est au chantier et les sirènes résonnent à tout heure du jour et de la nuit.

Les enfants à l’entrainement dans la première écluse du canal! On cuit littéralement sous le soleil et les 33 degrés! Ce ne sera plus le cas pour deuxième écluse et les 12 degrés de la sortie du canal!

Dismal Swamp (7)Dismal Swamp (6)

Nous passons droit devant Norfolk et tous ses Battleship pour se rapprocher de l’Inlet de la Chesapeake car une longue période de Sud s’en vient à compter de dimanche 24 mai. Alors la décision est prise de sauter la baie de Chesapeake pour un autre passage par en mer. Encore! Pas qu’on en rêve, mais cet autre 24 heures à l’extérieur remplace un minimum de 5 jours de navigation intérieure dans la baie de Chesapeake.

En attendant dimanche, on se rend près de Hampton où Rêve d’Océan est déjà ancré. Nous allons visiter le Fort Monroe en compagnie de nos fidèles copains de Rêve que nous retrouvons avec joie! La visite est belle, le fort fait aujourd’hui partie intégrante du village de Phoebus si bien qu’à l’intérieur des fortifications s’y trouvent des maisons et de grands parcs verts remplis de grands arbres. La ballade est des plus agréables.

Hampton Fort Monroe VA (27)Hampton Fort Monroe VA (16)Hampton Fort Monroe VA (2)Hampton Fort Monroe VA (5)Hampton Fort Monroe VA (13)Hampton Fort Monroe VA (6)Hampton Fort Monroe VA (4)Hampton Fort Monroe VA (11)Hampton Fort Monroe VA (15)Hampton Fort Monroe VA (18)

Et nous trouvons le musée du Fort qui expose les scènes de la vie et des batailles du Fort qui fut utilisé tant lors de la guerre opposant les Anglais que lors de la Guerre civile américaine pour les troupes sudistes.

Hampton Fort Monroe VA (17)Hampton Fort Monroe VA (20)Hampton Fort Monroe VA (29)Hampton Fort Monroe VA (23)Hampton Fort Monroe VA (21)

Les musées des États-Unis sont si bien exposés, il est toujours très enrichissants de les visiter. On sait que la question de l’esclavage a été au coeur de la Guerre civile américaine, les sudistes défendant leur système économique basé sur le travail des esclaves alors que les États du Nord souhaitaient mettre fin à cette pratique barbare. Il est donc intéressant d’apprendre que le Fort Monroe, tenu par les États du Sud esclavagistes, a accueilli les esclaves en fuite qui se joingnaient alors aux troupes sudistes. Dans le Fort, suite à la politique annoncée par le Général Benjamin Butler en 1861, les esclaves noirs en fuite étaient ici engagés et traités en hommes libres. En travaillant aux côté des forces de l’Union, ils acquérraient enfin légalement leur liberté.

On se rend finalement à ville universitaire de Hampton en dinghy où se trouve un magnifique musée de l’aviation et de l’espace, que nous ne visiterons toutefois pas. Nous ne ferons que s’y ballader tranquillement et profiter du soleil à la terrasse du Oyster Alley pour y déguster quelques délicieuses huitres et grosses crevettes! Miam miam!

Hampton VA (3)Hampton VA (2)Hampton VA (1)Hampton VA (6)Hampton VA (7)

Cours d’histoire américaine : la guerre civile en petits bonhommes. Le Nord contre le Sud. Après Ocracoke, les petits soldats ont soudainement pris un grand élan d’enthousiasme, alors suite à notre visite du Fort Monroe, un petit cadeau de fin d’année, des petits soldats révolutionnaires!

Hampton VA (13)Hampton VA (12)Hampton VA (8)

Escapade dans les Outer Banks, North Carolina May 18

Nous mangeons des miles… Depuis que nous avons quitté la Caroline du Sud, nous avançons sans relâche. Nous sommes maintenant en Caroline du Nord et celle-ci nous rappelle bien que nous allons au Nord. Il a fait froid et cru pour notre arrivée, après notre long et pas si facile passage en mer. C’est la faute au vent du nord. Mais en plus, plus de trace de la végétation du sud, les arbres ici sont des grands pins ou des feuillus, on ne voit plus de palmiers. On ne peut plus s’amuser à notre petit jeu qui consiste à s’imaginer vivre ici. Et non, fini les cocotiers, fini l’air du sud, la mousse dans les arbres, le parfum tropical. Nous voilà de retour dans les forêts et les rivières. La Caroline du Nord, c’est le Nord!

Mais avant le Nord, permettez nos dernières images du Sud, douce Caroline du Sud… Avant de prendre la mer, le petit matin, zéro nœud de vent dans ce décor mystique. C’est tellement beau! Nos yeux cherchent les alligators, nous en trouverons cinq!

South Santee River SC (34)South Santee River SC (26)South Santee River SC (20)South Santee River SC (28)South Santee River SC (30)

En mer le décor sera tout autre. Le vent se lève heureusement pour nos voiles, mais le brouillard tombe. Et le vent sera trop arrière, les vagues trop travers, notre navigation d’une trentaine d’heure sera éprouvante et ce sont les corps et les esprits un peu croches et très fatigués que nous arriverons à Morehead pour s’y reposer le temps d’une nuit. Dès le lendemain nous larguons à nouveau les amarres pour se rendre à Oriental que nous n’avions pas visité. Un petit village gentil où nous y avons le quai gratuit alors on y passe deux nuits, le temps de faire les courses, lavage et d’y retrouver Rêve d’Océan le temps d’une journée, car nos chemins se quittent à nouveau. 

Oriental NC (12)Oriental NC (14)Oriental NC (36)Oriental NC (37)Oriental NC (35)Oriental NC (24)

Eux continuent la route de l’Intracostal, nous, décidons un petit crochet par les Outer Banks de la Caroline du Nord. Non loin d’ici se trouve la fameux Cap Hatteras, il sied sur une mince bande de terre qui forme un long croissant avant la mer dure de ce cap tant redouté des marins. Le mythique Cap Hatteras! Plus de 800 vaisseaux ont été coulés à ses abords. Les tempêtes, féroces et dangereuses, mais aussi la guerre et les sous-marins allemands ont fait frémir et périr des centaines d’équipages et de navires. À ce mythe s’ajoute aussi la beauté des plages qu’on dit être les plus belles de la côte est et notre besoin de goûter encore un peu ce goût du voyage et de la découverte, notre envie de mer, de plage et d’endroits nouveaux. Nous mettons donc le cap sur Ocracoke, Outer Banks, Caroline du Nord !

Ocracoke NC (12)Oriental NC (26)

Ocracoke n’est accessible que par bateau, aucun pont, qu’une bande de terre séparée de l’île d’Hatteras par un mince Inlet dangereux. Sur l’île, le village vit à son propre rythme, le rythme des îles qui sont loin de la cohue des continents. Notre détour par Ocracoke nous fait un bien immense. Pour notre plus grand bonheur, le soleil brille et la chaleur s’installe même! Le mouillage au centre du Silver Lake est tranquille et beau et nous sentons le rythme paisible du village nous emporter malgré la passagère folie qui règne à notre arrivée dû au tournoi de pêche.

Ocracoke NC (21)Ocracoke NC (26)Ocracoke NC (28)Ocracoke NC (23)Ocracoke NC (25)

À terre, on commence par se rendre au Visitor Center du Cap Hatteras National Park où les enfants obtiendront un nouveau badge de Junior Ranger après avoir complété, tout en anglais, leur livret d’activité qui nous en apprend beaucoup sur la région!

Ocracoke NC (18)Ocracoke NC (6)

Au village, le magasin général nous enchante! La musique Beach Boys en fond, un mélange hétéroclite d’objets nouveaux et anciens, de légumes bio, le plaisir des petits soldats verts antiques et de la cavalerie que les enfants découvrent, le commis trop gentil avec son air de surfer qui remet en cachette à Léa et Julien les petits personnages parce qu’il trouve notre voyage trop cool, à leur grand bonheur! Nous n’avons qu’une hâte, louer nos vélos le lendemain et rouler vers les plages, le phare et les sentiers sauvages!

Ocracoke NC (10)Ocracoke NC (8)Ocracoke NC (15)

À vos vélos!!! Ils ne sont pas neufs, mais ce qu’ils roulent bien! On se sent Amélie Poulin les cheveux au vent et l’air doux sur le visage! Qu’il est bon de se balader ainsi à vélo, tous adorons!

Ocracoke NC (29)Ocracoke NC (20)Ocracoke NC (70)Ocracoke NC (30)Ocracoke NC (68)

On roule du grand phare blanc de Ocracoke aux sentiers du bout de l’île dans les marais. Les pêcheurs y trouvent poissons et huitres dans ces fonds vaseux.

Ocracoke NC (69)Ocracoke NC (32)Ocracoke NC (33)Ocracoke NC (36)Ocracoke NC (35)Ocracoke NC (38)Ocracoke NC (39)Ocracoke NC (40)Ocracoke NC (42)Ocracoke NC (43)

Et nous roulons et roulons encore pour le simple plaisir de rouler! Puis nous nous dirigeons vers les longues plages infinies et sauvages. Elles sont superbes, encore plus belles parce que nous en avons tellement envie, voire besoin! Malgré l’eau disons plutôt froide (!), on finit par se laisser emporter par le plaisir des vagues!

Ocracoke NC (46)Ocracoke NC (51)Ocracoke NC (47)Ocracoke NC (52)Ocracoke NC (54)Ocracoke NC (50)Ocracoke NC (62)Ocracoke NC (59)Ocracoke NC (60)Ocracoke NC (61)Ocracoke NC (63)

Notre journée parfaite se termine à la petite terrasse du Dajio entouré de ces merveilleuses petites fleurs blanches, le Confederate Jasmin, les mêmes qu’il y avait à Charleston et qui sentaient si bons. Un bon verre bien frais, avec un spécial sur les crevettes, ce seront les meilleures crevettes que nous n’aurons jamais mangé! Juteuses à souhait, cuites à la vapeur avec un petit jus tout simplement délicieux, à 6,25$ pour une demi-livre, nous en recommanderons par trois fois! Quel délice qui termine trop bien cette petite virée dans les Outer Banks!

Ocracoke NC (72)Ocracoke NC (73)Ocracoke NC (74)Ocracoke NC (75)

…concentration à décortiquer ces délicieuses crevettes!

Ocracoke NC (76)Ocracoke NC (77)Ocracoke NC (78)Ocracoke NC (81)Ocracoke NC (82)

Et voilà… De retour vers notre Intracostal. Nous ne pourrons aller ni sur l’île d’Hatteras, ni sur Roanoke pour voir la petite ville de Manteo qu’on dit charmante car les Outer Banks sont bien gardés : d’un côté la mer féroce, de l’autre, des étendues d’eau très peu profonde où nous ne nous risquerons pas. Nous reprenons donc notre orgie de miles, lentement vers notre prochain État, la Virginie.

Heureusement, le soleil reste et nous jouissons d’une chaleur estivale bien agréable! Sous le soleil d’Ocracoke, nous quittons au matin dès 6h45 dans le Pamlico Sound pour se rendre à la Pungo River que nous remontons, dépassons Belhaven, parcourons le long canal menant à Aligator River et finalement y jetons l’ancre à 18h45. 12 heures, 71 miles, ouf!

L’eau… brune! Mais, eureka, elle est douce! Chacun s’occupe pendant ces longues journées. Les enfants ressortent la chaise hamac, chacun lit, Catherine est à ses guides et cartes et Ronald tient le cap. Mais sous le soleil, c’est toujours mieux!

Pamlico-Aligator R (6)Pamlico-Aligator R (16)Pamlico-Aligator R (14)Pamlico-Aligator R (5)Pamlico-Aligator R (9)

Et ce que nous trouvons dans le canal vers Aligator River, ce n’est pas des aligators, mais bien de nombreux jolis cerfs!

Pamlico-Aligator R (12)Pamlico-Aligator R (19)Pamlico-Aligator R (20)

La Caroline du Sud May 09

Nous adorons Charleston! Elle est tout simplement magnifique et merveilleuse, elle est notre ville favorite de toute la côte est américaine. Nous lui avions décerné un coup de coeur l’an dernier et nous le renouvelons cette année encore…

Charleston (128)Charleston (8)

Nous avons senti son attrait dès son approche à notre arrivée à la nuit tombante et, dès le lendemain matin, elle nous appelait très fort! Nous avons donc passé notre première journée à Charleston à la parcourir à nouveau de long en large, et avec grand bonheur.

Charleston (14)Charleston (17)Charleston (11)Charleston (122)Charleston (126)

Marcher, marcher et simplement admirer. Charleston est belle sous toutes ses coutures, ses maisons qui en imposent par leur beauté ancestrale, les arbres et leurs fleurs qui parfument toutes les rues de leur doux parfum, les couleurs, les portes, les ornementations, tout est plus beau dans cette ville qui nous apparait comme parfaite.

Charleston (123)Charleston (15)Charleston (32)Charleston (45)Charleston (10)Charleston (13)Charleston (124)Charleston (24)Charleston (18)

Nous avions aussi rendez-vous ici! C’est à Charleston que nous devions traverser iriginellement depuis les Bahamas et nous nous étions promis un festin chez Bubba Gumps. Des crevettes, beaucoup de crevettes! Nous adorons le Bubba Gumps de Charleston!

Charleston (34)Charleston (42)Charleston (37)Charleston (41)Charleston (38)Charleston (40)

Longue journée et mal aux pieds! Le lendemain est tout aussi chargé car nous nous dégotons des billets gratuits pour l’aquarium et le USS Yorktown! Deux belles visites qui nous font courir à nouveau la ville en tous les sens et nous permettent, en plus des poissons, de visiter un porte-avion et un sous-marin de la deuxième guerre mondiale. Impressionnant!!

Visite de l’aquarium de Charleston avec une petite section amusante sur Madagascar. Nous sommes désormais très doués pour reconnaître les différents poissons et crustacés! Savez-vous les reconnaître??? On vous en a appris quelques uns!

Charleston (108)Charleston (107)Charleston (112)Charleston (116)Charleston (115)Charleston (117)Charleston (105)Charleston (103)Charleston (100)

S’ensuit la visite de Patriots Points – Home of the USS Yorktown. Porte-avion de la deuxième guerre mondiale, sous-marin USS Clamagore, Vietnam Experience.

Charleston (51)Charleston (67)Charleston (83)Charleston (84)Charleston (82)Charleston (71)Charleston (72)Charleston (81)Charleston (74)Charleston (52)

L’expérience Vietnam est assez troublante avec les sons projetés de tirs, d’hélicos, de la guerre quoi, sorties en surround des gros hauts-parleurs.

Charleston (53)Charleston (54)Charleston (56)Charleston (64)Charleston (59)Charleston (60)

La vie de sous-marinier, ce devait être terrible! Tout est tellement étroit. Les hommes dormaient à même leur salle de travail juste au-dessus de leurs tropilles, à tour de rôle car six couchettes servaient pour 12 hommes. La chaleur, la sueur, la promiscuité, il fallait du courage.

Charleston (86)Charleston (87)Charleston (93)Charleston (89)Charleston (88)Charleston (90)

Le temps file, nous quittons Charleston. Et il y a du mauvais temps qui s’en vient. On parle de première tempête tropicale, de dépression… Le mouillage de Charleston n’est pas abrité du tout en cas de coup de vent alors on vise un mouillage un peu plus loin pour s’abriter…

C’est que notre guide Skiper Bob nous mentionnait une bonne protection des vents ici. Heuuuu, pardon???

Dewees Creek (3)Dewees Creek (10)

Des roseaux, c’est tout ce que nous avons pour nous proterger des vents!! Aussi bien dire aucune protection! Mais c’est tout ce que nous avons! Des roseaux, c’est tout ce qu’il y a pour les miles à venir! Heureusement, la tenue est excellente. C’est donc ici qu’on restera pour encaisser le coup de vent des prochains jours.

Dewees Creek (13)Dewees Creek (11)Dewees Creek (14)

… Un jour… Deux jours… La tempête a maintenant un nom, Ana, c’est la première tempête tropicale de la saison, ça commence tôt! Et nous sommes en plein sur sa trajectoire! Chanceux?! Mais bon, elle n’est pas bien terrible pour quelque chose qui aurait pu devenir un ouragan. Des vents de 25-30 noeuds, c’est ce que nous aurons, mais Oséo tient droit comme un chêne, il ne bronche pas. Le vent souffle dans les haubans, la pluie tombe dehors, mais à l’intérieur, tout est calme et bon. Qu’il est bon d’avoir confiance en son bateau.

… Jusqu’à ce qu’un petit bateau vienne s’installer dans NOTRE petite crique. C’est qu’il y en a des tonnes de petites criques pas abritées comme la nôtre, pourquoi il vient juste à côté de nous? Et c’est le modèle de bateau tant redouté : Petit-bateau-en-cablot. Le cablot, c’est de la corde plutôt que de la chaine pour tenir son ancre, et ces petits bateaux, nous les redoutons plus que tout. Ils tournent dans tous les sens, surtout dans notre petite crique qui a un bon courant. On ne bouge pas pareil et, comme nous le craignons, son ancre ne tient pas. Au matin du troisième jour, il est échoué à deux doigts de nous, dans les roseaux! Alors on sort l’annexe dans le vent pour aller le sortir de là (car lui n’a pas d’annexe). On le pousse, on le tire et, à la fin, on lui prescrit d’aller s’ancrer bien loin de nous!

Dewees Creek (6)Dewees Creek (7)

Voilà donc. Après plus de trois jours dans nos roseaux, avec un peu de pluie, de soleil, beaucoup de vent et quelques accalmies, nous devrions bouger demain. Se positionner pour être prêt à prendre la mer les 11 et 12 mai et tracer Winyah Bay–Beaufort, environ 175 miles nautiques, et ainsi récupérer notre temps perdu ici, et surtout s’éviter plusieurs jours d’Intracostal à moteur. Le vent s’annonce Sud, ce sera bon pour la voile, enfin!

Bientôt la fin… de l’école! May 08

Logo Ecole Oseo2Nous sommes vraiment sur nos derniers miles! Les derniers miles d’Oséo et aussi scolaire! Nous avons terminé de couvrir la matière à l’étude, deuxième année pour Léa, quatrième pour Julien. Nous sommes maintenant rendus à la révision, et ensuite ce sera les examens. …Et moi qui croyait que ça allait être plus simple de faire l’école une fois dans l’Intracostal, et non! Le rythme de la progression demeure encore aussi intense et la présence nécesssaire simultanée de maman, de professeur, de copilote, de navigatrice aux cartes et de miss météo finissent par me donner le tourni! Les vacances sont proches et elles seront bien appréciées du professeur également! Une tâche de moins! Mais terminer d’enseigner à mes enfants me tirera aussi bien une larme, quelle expérience enrichissante j’en aurai retirée, et, vraiment, j’ai adoré.

Copilote est terminé! Julien est content, c’est notre cahier de français! Nous avons terminé l’analyse de la phrase : Les fonctions dans la phrase (sujet, prédicat et complément de phrase), les types de phrases (déclaratives, négatives, interrogatives, etc.), retravaillé l’accord dans le groupe du nom et nous avons repris tous nos temps de verbes depuis le début et tous nos homophones, histoire de s’assurer que tout roule. Et ça roule pas mal!

Bahamas-USA Ecole (32)Bahamas-USA Ecole (33)

Nous avons aussi terminé Caméléon, les cahiers de mathématique! Droites parallèles, perpendiculaires, périmètre, volume et aire, il ne nous reste plus que la révision et c’en sera terminé. Mais déjà nous testons les connaissances avec des petits problèmes récapitulatif tant pour Léa que pour Julien.

Bahamas-USA Ecole (27)Bahamas-USA Ecole (26)

Léa a également terminé la matière de ses cahiers Alphabétik et Numérik et elle en est aussi à la révision. Nous avons beaucoup travaillé l’accord des groupes du nom (déterminant, nom et adjectif) et la conjugaison des verbes au présent (trouver le verbe, identifier son sujet et faire l’accord correctement). Nous avons aussi étudié les mots de même famille, qui sont utiles pour trouver la lettre muette finale de certains mots ou encore la signification de mots inconnus, et aussi les types de phrases (positives, négatives, interrogatives).

En mathématique il ne nous restait plus qu’à initier les principes de la multiplication et de la division, voir les frises, les dallages, la symétrie et apprendre à arrondir. Et histoire de prendre un peu d’avance sur l’étude de l’an prochain, Léa apprend ses tables de multiplication, nous en sommes aux tables de 7 et elle est très douée pour mémoriser ses tables!

Julien est bien triste d’avoir terminé Panache, de loin son sujet d’étude favori. C’était toujours un plaisir, presqu’une récompense pour lui, lorsque nous faisions Panache, notre cahier d’histoire et géographie. Et le dernier thème coincidait parfaitement avec notre progression de voyage, nous en étions rendu à voir les Treize colonies vers 1745, les treize premiers États américains. Un moyen de boucler la boucle de toutes les expériences que nous avons vécues, les visites que nous avons faites, les apprentissages que nous avons acquis, durant notre progression de la côte est américaine de cette année et de l’an passé : les modèles de développement économiques, les modes de vie, l’administration des colonies selon les colonies du Nord, du Centre ou du Sud. L’esclavage aussi.

Bahamas-USA Ecole (31)Bahamas-USA Ecole (28)

Autres travaux : un travail à présenter sur Power Point, un logiciel nouveau qu’ils ont appris et adoré! Surtout les animations qu’on peut en faire, les transitions amusantes! C’est malheureux que je ne puisse pas vous mettre la vraie version power point pour en voire toutes les animations amusantes qu’ils ont fait! Mais les voici en photo. Julien avait à rédiger un texte explicatif. Il a choisi de répondre à la question « Pourquoi les Incas ont-ils eu une si grosse armée? ».

Bahamas-USA Ecole (12)Bahamas-USA Ecole (13)Bahamas-USA Ecole (14)Bahamas-USA Ecole (15)Bahamas-USA Ecole (16)Bahamas-USA Ecole (17)

Léa nous a quant à elle présenté son roman favori : « Le secret de l’île »

Bahamas-USA Ecole (1)Bahamas-USA Ecole (5)Bahamas-USA Ecole (6)Bahamas-USA Ecole (9)Bahamas-USA Ecole (8)Bahamas-USA Ecole (10)

En collectif, nous avons exploré l’univers animal et la classification des animaux. Règne alimentaire, vertébré, invertébré, ovipare, vivipare, herbivore, carnivore, piscivore… Nous avons découvert les caractéristique spécifiques des reptiles, des amphibiens, des mammifères et avons exploré le monde des oiseaux. Et comme nous revenons chez nous, nous en avons profité pour étudier plus spécifiquement les espèces du Québec et du Canada.

Les animaux canadiens étaient également le thème en anglais : Animals of Canada. Et deux activités mêlant recherche, écriture et art ont été réalisé sous ce thème. Une première était de créer A new Canadian Animal : choisir deux animaux, les mélanger et en créer un tout nouveau!

Bahamas-USA Ecole (37)Bahamas-USA Ecole (38)

Le Deewhale de Léa, mélange de Deere et the Whale (cerf et baleine). Et le Racloon de Julien, mélange de Racoon et de Loon (raton-laveur et huard).

Bahamas-USA Ecole (24)Bahamas-USA Ecole (25)

L’autre activité faisait suite à la lecture de l’histoire « The Legend of the First Totem Pole », une légende qui racontait l’origine du premier totem amérindien. La démarche était ensuite de trouver un animal qui représentait bien chacun des membres de notre famille et de réaliser le totem de sa famille. Une activité qui a beaucoup plu!

Bahamas-USA Ecole (18)Bahamas-USA Ecole (19)Bahamas-USA Ecole (21)Bahamas-USA Ecole (23)

Ah et j’oubliais le Carnet de bord des enfants. Ils ont bouclé la boucle je crois, eux aussi. Les Bahamas sont venus s’ajouter à leur livre de souvenir. Ils souhaitaient reproduire la fresque murale que nous avions fait lors de notre premier passage dans les Bahamas en 2013. Et ils ont bien raison, quoi de mieux que cette fresque marine pour illustrer les Bahamas… Et aussi un scrapbook de leur Bahamas.

Bahamas-USA Ecole (48)Bahamas-USA Ecole (51)Bahamas-USA Ecole (46)Bahamas-USA Ecole (50)Bahamas-USA Ecole (49)

Et pendant que je rédige cet article, pendant que la pluie tombe à l’extérieur et que le vent souffle, pendant que nous sommes arrêté ici depuis deux jours, à quelques miles au nord de Charleston à cause de cette tempête tropicale Ana qui nous amène trop de vent pour progresser et trop d’incertitude pour bouger, alors pendant ce temps, Julien et Léa organisent la fête de Lolo : un bal masqué! Olé!

Bahamas-USA Ecole (43)Bahamas-USA Ecole (44)

250 miles de Floride May 03

La Floride, entre beauté sauvage et canaux urbains, entre longueur et enchantement. Nous avons parcouru 250 miles de Floride, c’est bien long tous ces miles d’Intracostal! Nous nous sommes bien essayé à mettre les voiles, mais ce n’est pas facile la voile dans l’intracostal! Il y a le canal qui zig zag constamment, les multiples bateaux de pêche partout à gauche, à droite, devant et derrière, les trawlers, les Sea-doo. La canalisation des bouées qui est souvent bien mince et avec les rafales qui nous déportent un tout petit peu, c’est risquer l’échouage et ça, on n’aime pas! On a d’ailleur touché le fond assez solidement pour faire bondir nos bols de soupe de deux places aux bouée 80 et 81A! Oséo s’est bien arrêté, mais heureusement nous nous en sommes sortis!

Alors les journées se passent bien souvent plus à moteur qu’à voile, ce qui enlève bien du plaisir de la voile. Et aussi, il y a la baignade quotidienne qui nous manque, la beauté de la mer, le chaud soleil, la pêche… Ah, que voulez-vous! Mais au moins, les poivrons ne coûtent plus 4$ l’unité!

Y fait pas toujours beau, pas toujours chaud dans l’Intracostal!

St-Augustine (2)St-Augustine (3)St-Augustine (1)

Nous avons aussi fait de jolies découvertes pendant ce second passage en Floride, comme Véro Beach où nous nous sommes plu à nous y voir vivre dans ce beau quartier rempli d’arbres matures et d’oiseaux de toute sorte, à deux pas de la mer et de la plage…

Vero Beach (44)Vero Beach (43)

Cocoa Beach est aussi bien agréable, une petite ville touristique toute charmante, avec de jolies boutiques et des galeries.

Cocoa Fl (2)Cocoa Fl (3)Cocoa Fl (5)Cocoa Fl (6)Cocoa Fl (9)

À New Smyrna, c’est le quai municipal gratuit qui nous y a attiré, recommandé par Rêve d’Océan, ils avaient bien raison, c’était un très bon arrêt!

New Smyrna (1)New Smyrna (2)New Smyrna (3)New Smyrna (5)New Smyrna (6)New Smyrna (7)

Et on repart encore, une destination par jour! Prochain arrêt Daytona!

Daytona (7)Daytona (3)Daytona (4)Daytona (5)Daytona (6)

Puis St-Augustine, la très belle St-Augustine que sommes heureux de retrouver et revisitons avec plaisir.

St-Augustine (13)St-Augustine (14)St-Augustine (12)St-Augustine (15)St-Augustine (17)St-Augustine (18)St-Augustine (19)St-Augustine (20)St-Augustine (22)

Les arrêts suivant devaient être Fernandina Beach avec son Festival de la crevette, puis Cumberland Island que nous avions tellement aimé l’an passé, ses chevaux sauvages, mais voilà qu’au 2 mai au matin, à St-Augustine, un tout petit trou météo se dessine. C’est que les opportunités de sortir en mer se font très rares depuis plusieurs semaines. Nous étions sautés dans un petit trou météo semblable pour traverser des Bahamas en Floride, et c’est une seconde petite ouverture, sans vent, dans tout ce vent du nord qui nous afflige depuis des semaines, rendant la navigation en mer impossible et également l’air frisquet, venteux et pluvieux. Voilà donc notre chance de pouvoir continuer à avancer. Car après Fernandina et Cumberland, c’est la Géorgie qui débute, et là, impossible de cheminer car l’Intracostal n’est plus assez profond pour nous. Il nous faut sortir en mer.

Alors vite! On appel Rêve d’Océan, on prend l’ouverture du pont de 8h00 et on part pour une soixantaine de miles d’Intracostal jusqu’à Fernandina. Chanceux nous sommes, un courant d’un à deux nœuds nous poussera presque tout le long! L’Intracostal y est magnifique ici, tantôt sauvage, tantôt habité…

Nav Fernandina-Charleston (4)Nav Fernandina-Charleston (1)Nav Fernandina-Charleston (3)Nav Fernandina-Charleston (6)Nav Fernandina-Charleston (2)

Nous atteignons Fernandina Beach vers 17h00, mais ne ferons qu’humer les crevettes du Festival. Rêve d’Océan décide de ne pas continuer jusqu’à Charleston, nous sommes triste de les laisser, mais nous poursuivons tout de même. L’inlet et la mer sont juste là devant.

Nav Fernandina-Charleston (11)Nav Fernandina-Charleston (12)

Et quelle belle mer nous aurons eu… Un peu de voile, beaucoup de moteur encore, mais une mer qui nous a offert toute sa beauté. Un coucher de soleil accompagnant le lever de pleine lune, la mer lisse du lendemain nous laisse voir des méduses qui nagent, des poissons, un grand requin, une magnifique tortue de mer, et surtout, nous voyons des dauphins. À quatre reprise des groupes de dauphins viennent nous saluer, certains ne font que passer, d’autres nagerons une quinzaine de minutes avec nous à l’étrave, un autre groupe viennent s’ébrouer juste à côté de nous, à faire des sauts et des acrobaties! Quel bonheur!

Nav Fernandina-Charleston (19)Nav Fernandina-Charleston (16)Nav Fernandina-Charleston (20)Nav Fernandina-Charleston (22)Nav Fernandina-Charleston

Les dauphins, toujours aussi extraordinaire de les côtoyer!

Nav Fernandina-Charleston (35)Nav Fernandina-Charleston (27)Nav Fernandina-Charleston (28)Nav Fernandina-Charleston (34)Nav Fernandina-Charleston (31)Nav Fernandina-Charleston (29)Nav Fernandina-Charleston (30)Nav Fernandina-Charleston (24)Nav Fernandina-Charleston (25)Nav Fernandina-Charleston (26)

Ainsi s’est terminé notre Floride. Nous avons sauté la Géorgie, et nous voilà rendu en Caroline du Sud, à Charleston. À 20h00 nous avons jeté l’ancre face à cette ville magnifique de Charleston en même temps que le soleil se couchait. Nous avons gagné notre pari d’arrriver de jour, nous sommes heureux d’être ici! 211 miles de parcouru depuis hier matin, 36 heures de navigation, un petit verre de vin? Pourquoi pas! À la nôtre!

Charleston (4)Charleston (3)Charleston (6)[7]

U.S.A., FLORIDA! Apr 25

Ça y est, nous voilà traversé! Tout s’est décidé très vite. La météo était mauvaise pour de nombreux jours à venir, nous avions déjà goûté aux orages électriques quelques nuits auparavant et d’autres étaient à venir, pire encore! Le vent devait souffler de tous côtés et particulièrement du nord, rendant la traversé du Gulf Stream impossible. Alors quand une toute petite fenêtre s’est dessinée au 22 avril au matin, nous avons sauté dedans!

Nos dernières îles des Bahamas : Spanish Cay, Crab Cay et Fox Town

Spanish Cay (1)Spanish Cay (2)Crab Cay (7)Crab Cay (4)Crab Cay (9)

Nous étions à Fox Town, 140 miles nous séparaient de la Floride. Le plan était initialement de traverser directement à Charleston en Caroline du Sud, un voyage de 379 miles. Mais la fenêtre météo était brève alors, comme nous sommes en voyage et qu’en voyage on peut bien faire ce qu’on veut, nous avons opté pour la Floride! Après tout, c’est pas mal la Floride!

Départ le 22 avril à 11h10 de Fox Town, Bahamas après une rapide préparation : on range le moteur de Train Train, dégonfle Paddleboard, on va jeter les poubelles à terre, on cuisine le pain aux bananes, range Oséo… et le reste on le fera en navigation, après tout, il n’y a pas une ride sur l’eau, pas un souffle de vent.

Nav Gulf Stream USA (3)Nav Gulf Stream USA (4)

Les Bahamas nous donneront-elles un dernier cadeau? Un poisson peut-être? OUI!!!! Mais non!!!! C’est un gros barracuda qui mordra une dernière fois à notre leurre. Au revoir les barracudas!!

Nav Gulf Stream USA (1)Nav Gulf Stream USA (2)

Et le soleil qui se couche sur la mer. Pour une dernière fois, nous le verrons s’éteindre sur l’océan…

Nav Gulf Stream USA (9)Nav Gulf Stream USA (8)Nav Gulf Stream USA (11)Nav Gulf Stream USA (12)Nav Gulf Stream USA (13)

Ce sera navigation voile-moteur. C’est parfait, ça nous convient merveilleusement car s’il y a une chose que nous ne voulions pas, c’était re-tenter l’expérience « Vomiland » de l’an passé! Nous traversons donc un Gulf Stream parfaitement calme et arrivons à l’Inlet de Fort Pierce vers 11h30 le 23. Youpi, nous sommes en Floride!!!

Contre toute attente, on retrouve avec excitation les États-Unis et la Floride! On retrouve les éternelles balises de l’intracostal, les pêcheurs, les surfeurs, les dauphins, les lamentins, les pélicans, l’eau brune, les ponts, plein de ponts! On voit tout ça dans nos petits 13 miles d’Intracostal d’arrivée! Il nous fait tout drôle de retrouver tout ça, après tant de temps dans nos îles… Mais plutôt qu’un sentiment de tristesse ou de nostalgie, nous ressentons une petite excitation, finalement, le voyage n’est pas fini. Après tout, nous sommes en Floride!

Vero Beach (2)Vero Beach (5)Vero Beach (7)Vero Beach (6)Vero Beach (8)Vero Beach (15)Vero Beach (16)Vero Beach (12)Vero Beach (4)Vero Beach (10)Vero Beach (40)

Puis à Vero Beach, on retrouve les magnifiques chênes aux branches garnis de mousse espagnole, nous les aimons tant… Et des tas d’oiseaux moqueurs qui sifflent leur succession de cris. Ils sont incroyables ces oiseaux, nous aimerions tellement qu’il y en ait chez nous aussi! Et encore d’autres oiseaux, un beau pic à tête route, un couple de perroquets colorés, wow!!

Vero Beach (21)Vero Beach (23)Vero Beach (19)

Les supermarchés sont super-garnis, les denrées bon marchés, on se remplit un panier plein car nous sommes en voiture, il nous fallait se rendre à l’aéroport pour y faire nos douanes et c’est loin! On s’achète du vrai lait, on va manger au buffet chinois, on visite un petit musée des agrumes gratuit, ahhh, ces petits plaisirs retrouvés!

Vero Beach (41)Vero Beach (31)Vero Beach (35)Vero Beach (34)Vero Beach (42)

Alors nous y voilà! Continuons ce voyage qui a été si merveilleux pour nous! Il tire peut-être à sa fin, mais, ON L’A FAIT!!!!!!!!!

Une délicieuse routine Apr 19

Une délicieuse routine s’est installée pour nous… Nous nous levons après une belle nuit calme à la température parfaite de 27 degrés et nous prenons le café au lait en regardant se lever le jour pendant que les enfants lisent ou vaquent à leurs petites affaires. Petit déjeuner pas pressé, on regarde un peu les cartes et on détermine où nous allons aujourd’hui. On lève l’ancre et sitôt on ouvre le génois et éteignons le moteur pour une autre navigation reposante de 3 à 8 miles. Le vent souffle à peine, nous avançons doucement, 2, 3, 4 nœuds. Le soleil nous chauffe, Oséo glisse doucement sur l’eau, nous n’entendons qu’un flou flou léger de mouvement d’eau et les îlots se dessinent autour de nous entourés de cette eau délicieusement parfaite.

Powell Cay (3)Powell Cay (1)Green Turtle Cay (29)Green Turtle Cay (15)Green Turtle Cay (70)

Puis on se choisi notre petit coin, un joli, on met l’ancre. On dine un peu, un peu d’école aussi et après c’est comme ça nous le dit. Pêche, île, sable, eau, bricolage, paddleboard, ukulele, lecture. Voilà la journée qui s’achève, alors c’est la traditionnelle baignade-bain-savonnage, on remet Oséo à l’ordre, on étend maillots et serviettes sur les filières puis nous sommes prêts pour l’apéro des grands sous le soleil de fin de journée, les petits sont prêts pour leur heure de jeux vidéo. Le soleil se couche, on prépare le souper avec la pêche du jour si nous sommes chanceux, diner au son du vent dans l’éolienne, vaisselle, et puis voilà une autre journée qui se termine. Lecture et puis dodo.

Nous sommes sous ce régime depuis plusieurs jours et ça nous plait bien. Une manière idéale de clore notre voyage, tout doucement…

À No Name Cay, île inhabitée et pourtant on y trouve des cochons! Heureusement, pas trop agressifs, nos clans se mêlent sans problème sur la plage.

No Name Cay (3)No Name Cay (7)No Name Cay (10)No Name Cay (14)No Name Cay (15)

Retour de pêche fructueux, on se fait un festin commun avec nos amis de Rêve : Poisson en sauce créole sur riz et salade de pomme de terre.

No Name Cay (16)No Name Cay (17)

Au petit matin du lendemain, nous nous rendons en annexe sur la plage de Gilliam Bay sur l’île voisine de Green Turtle. C’est l’endroit pour trouver des Sand Dollars, ces fragiles macarons des mers ornés d’une fleur.

La plage est vraiment extraordinaire… Et l’aborder au petit matin est différent sous le soleil pas encore trop chaud et la lumière matinale. On la parcours sur toute sa longueur sur les dunes et les pieds dans l’eau et rencontrons d’autres marcheurs de Sand Dollars. La vision que nous offre l’endroit est magnifique avec cette grande lagune bleue brillante. Puis nous trouvons finalement nos premiers Sand Dollar, bien intacts! Et aussi ces coquillages couleur couché de soleil. Nous sommes heureux de notre récolte et de notre matin qui fait du bien.

Green Turtle Cay (25)Green Turtle Cay (3)Green Turtle Cay (2)Green Turtle Cay (4)Green Turtle Cay (6)Green Turtle Cay (7)Green Turtle Cay (30)Green Turtle Cay (27)Green Turtle Cay (18)Green Turtle Cay (9)

Une belle fournée!

Green Turtle Cay (33)Green Turtle Cay (34)

Nous reprenons Oséo pour rejoindre Green Turltle Cay, tout doucement. Et nous y revoilà… Voilà un endroit qui nous est bien spécial : notre première île des Bahamas, notre première île du Sud. Notre premier village bahamien, c’est ici que nous avions touché terre pour la première fois au Bahamas, y avions fait nos douanes, avions regardé notre premier ciel si rempli d’étoile, que les coqs avaient chantés. C’était en 2013, nous y revoilà près d’un an et demi plus tard… 

Green Turtle Cay (37)Green Turtle Cay (38)Green Turtle Cay (36)Green Turtle Cay (51)Green Turtle Cay (39)

C’est un joli village Green Turtle. Il est bon de s’y balader tranquillement. Tout y serait parfait si ce n’était du coût de la nourriture qui y est démentiellement chère ici! Plus de 4$ le concombre et le poivron, à 9$ la boite de craquelin, 7$ la saucisse hot dog… l’approvisionnement en fruits et légumes nous a coûté 200$! Mais il faut bien manger. Et on s’est bien amusé à Green Turtle Cay car nous nous sommes offert un dernier petit kart de golf! Nassau Grouper qu’il s’appelait! Mais les meilleurs noms étaient King Conch ou encore Conch Kistador!

Green Turtle Cay (48)Green Turtle Cay (71)Green Turtle Cay (40)[5]Green Turtle Cay (72)Green Turtle Cay (42)

Allez hop hop hop les enfants, en voiture!!

Green Turtle Cay (44)Green Turtle Cay (45)Green Turtle Cay (47)Green Turtle Cay (64)Green Turtle Cay (66)

Chacun y est allé de sa conduite! Catherine n’avait pas touché à un volant depuis le départ et les enfants ont eu leur initiation à la conduite, en hors-pistes! On s’est même enlisé solidement dans le sable de Gilliam Beach avec Nassau Grouper!

Green Turtle Cay (53)Green Turtle Cay (54)Green Turtle Cay (56)Green Turtle Cay (59)Green Turtle Cay (68)Green Turtle Cay (55)

Nous avons parcouru la petite île de long en large, nous sommes rendus à la plage de Coco Beach, au White Sound, au Black Sound et dans toutes les petites routes hors-pistes!

Green Turtle Cay (62)Green Turtle Cay (48)Green Turtle Cay (61)Green Turtle Cay (58)Green Turtle Cay (60)Green Turtle Cay (65)Green Turtle Cay (57) 

Quelques jours puis nous glissons à nouveau sur l’eau. Nous nous arrêtons à Manjack Cay. À Manjack, Catherine part explorer les rives et les fonds avec Paddle, Ronald cherche les poissons tandis que les enfants restent à bord. Cahterine apperçoit des étoiles de mer, des bébés conches, une belle tortue et un petit requin, Ronald trouve un peu de poisson et au retour, les enfants y sont allé du maquillage. Un clown à la mer!!!

Manjack Cay (9)Manjack Cay (10)Manjack Cay (12)

Les îles sont bordées d’une interminable plage de sable blanc lorsque la marée est basse et derrière, des arbres, les casuarina, sorte de pins bahamiens qui pourraient être de chez nous si bien qu’à marée haute, la plage disparait complètement pour ne laisser apparaître qu’une lisière d’arbre et alors on ne se croit plus du tout dans la mer des Abacos mais plutôt sur un lac du continent. Ici, à Powell Cay.

Manjack Cay (16)Manjack Cay (17)

Nouveau départ, nouvelle île. Nous nous rendons cette fois à Powell Cay où nous y ferons la pêche de notre vie! 14 belles prises au jour un et 6 le deuxième jour! Malheureusement pas de photos mais nous avions identifié des patates et nous avons été servie comme jamais. Plusieurs festins serons au menu dans les prochains jours!

Balade sur Powell Cay, le petit sentier qui nous fait traverser l’île et une bien triste exposition de déchet échoué.

Manjack Cay (20)Manjack Cay (21)Manjack Cay (22)Manjack Cay (23)Manjack Cay (25)Manjack Cay (24)

D’une caye à l’autre, nous aimons Man-O-War Apr 14

La bourlingue dans les Abacos se poursuit tout doucement. Nous nous sommes arrêtés à Man-O-War et nous avons vraiment aimé cette petite île-village. Une île sans resto, sans alcool, des habitants gentils et accueillants qui semblent tous être descendants de la même famille « Albury » que portent le nom des rues, des édifices, des commerces, de presque toutes les tombes du cimetière également et aussi de tous les noms du Wall of Heroes de l’île! Une île à la longue tradition de fabrication de bateaux, les ateliers sont nombreux sur l’île, tous artisanaux, ils sont beaux à regarder.  *Voyez notre belle pêche de conche!

Man-O-War (32)Man-O-War (33)Man-O-War (38)Man-O-War (21)Man-O-War (25)Man-O-War (37)

Nous y découvrons une petite boutique souvenir où nous nous gâterons de quelques souvenirs de plus, nous marcherons dans les jolies rues fleurie, jusqu’à la magnifique plage côté Atlantique, nous nous ouvrons deux nouvelles cocos absolument géantes!

Man-O-War (43)Man-O-War (35)Man-O-War (30)Man-O-War (23)Man-O-War (36)Man-O-War (27)

La plage près du mouillage est aussi vraiment agréable avec sa petite route sur la crête étroite.

Man-O-War (4)Man-O-War (7)Man-O-War (10)Man-O-War (8)Man-O-War (11)

Quelques fonds marins pour y pêcher du beau poisson, un banc peu profond pour y trouver des conches, s’y baigner et s’y savonner… Man-O-War fut ainsi des belles découvertes.

Man-O-War (45)Man-O-War (47)Man-O-War (41)

Nous nous attendions donc à peu de Man-O-War qui fut finalement une magnifique découverte et à plus de Great Guana Cay qui nous a finalement plutôt déçus. Hep, ainsi va la vie! On nous invite à passer au Nippers, la place in de l’île. On fait donc une petite tournée du tout petit village plutôt mort avant de s’y rendre. Mais le décor aux couleurs de Pâques jumelé au coût exorbitant de tout ce qu’on y vend nous laissent plutôt froid. Le Crabbers sur la plage du mouillage est quant à lui joli, mais à 20$ le burger, 7$ la bière, on imagine le prix du coca, on passe…

Great Guana Cay (1)Great Guana Cay (6)Great Guana Cay (5)Great Guana Cay (9)Great Guana Cay (7)Great Guana Cay (2)Great Guana Cay (11)Great Guana Cay (13)Great Guana Cay (17)

Finalement le plus beau de Great Guana Cay sont ces oiseaux qui viennent tourner autour de nous au couché du soleil…

Great Guana Cay (19)Great Guana Cay (14)Great Guana Cay (20)Great Guana Cay (21)Great Guana Cay (3)

Finalement, on optera sur un retour en arrière vers le mouillage de l’Est de l’île que nous avions croisé la veille, peu abrité mais qui semblait cacher une crique magnifique. Et en effet, le décor est paradisiaque, un grand lagon, quelques centimètres d’eau, du bleu, du blanc, du soleil…

Ce que nous avions perçu en passant la veille…

Great Guana Cay (50)Great Guana Cay (52)

Et ce que nous trouvons de l’autre côté de l’île…Tout simplement wow…

Great Guana Cay (25)Great Guana Cay (24)Great Guana Cay (46)Great Guana Cay (37)Great Guana Cay (38)Great Guana Cay (35)Great Guana Cay (31)Great Guana Cay (33)Great Guana Cay (44)

Pour terminer, pourquoi pas quelques photos de sourire des Bahamas, des bons moments que nous avons eu et qui n’ont pas réussi à s’intégrer dans les posts! Cheers!

Man-O-War (1)Cherokee (93)Atwood Harbour (32)Hope Town (45)Cat I. Fernandez (8)Hope Town (78)Man-O-War (26)Tahiti Beach (23)Hope Town (44)

Ce sont nos propres conch fritters qui sont là, ils sont beaux et ils sont bons!!

Sud-Abacos Apr 07

C’est joli les Abacos, nous sommes contents d’y être. Cherokee a été extraordinaire et ensuite nous avons continué notre chemin tranquillement. Rien ne presse désormais, c’est en fait le temps de profiter de ces derniers moments du voyage. Bientôt nous traverserons vers les États-Unis. Nous avons beaucoup aimé, nous avons même adoré notre voyage tout le long de la côte est des États-Unis il y a deux ans, mais nous savons que ce ne sera plus la même chose. La magie ne passe qu’une fois… Et cette fois-ci, c’est le printemps, ce sera plus froid, nous ne pourrons plus nous baigner. Et nous remontons chez nous, nous ne partons plus à l’aventure. Ce n’est plus pareil.

Little Harbour (25)Little Harbour (5)Little Harbour (7)

Mais nous étions heureux de retrouver les Abacos! C’est bien différent de lors de notre dernier passage. À ce moment, nous étions quasiment seul ici. Maintenant, c’est la folie! Il y a des gens partout, des bateaux partout. Rien à voir avec notre premier séjour. Mais c’est tout de même bon de s’y retrouver. Nous avons finalement pu voir Little Harbour. Il y a deux ans, en décembre, c’était fermé car encore basse saison. Cette fois-ci c’est ouvert. C’est en fait surtout un resto-bar, rien à voir avec l’ambiance bohème qu’on pressent en lisant l’histoire, cette histoire d’une famille qui s’est établi ici il y a bien longtemps, des parents bohèmes et artistes, qui se cherchaient un petit coin reclus. Ils y ont habité, dans leur bateau et dans une caverne, et ont bâtis leur galerie, y ont pratiqué leur art, la sculpture. Aujourd’hui, c’est surtout une ambiance de fiesta, mais la galerie d’art est là, reprise par les fils, et les œuvres sont magnifiques.

Little Harbour (12)Little Harbour (10)Little Harbour (18)Little Harbour (9)Little Harbour (8)

Belle voile jusqu’au Tiloo Bank à naviguer dans très peu d’eau et à suivre un passage nous faisant voguer sous toutes les amures, on s’amuse bien! Et le mouillage que nous avons choisi est tout à fait sublime! Une toute petite baie à bâbord, une longue plage devant, un pond derrière et à l’étrave, le Tiloo Bank et ses très peu d’eau qui miroite. On s’y baigne avec de l’eau moins de la taille à plusieurs centaines de mètre du bord!

Little Harbour (27)Tiloo Bank (7)Tiloo Bank (14)Tiloo Bank (15)Tiloo Bank (16)

Attention! À la petite plage, Catherine et Léa ont presque marché sur non pas une, mais deux raies, bien enfouies dans le sable à quelques centimètres du bord! C’est Léa qui l’a vue, maman y avait déjà passé une fois! Les accidents avec les raies se produisent souvent ainsi, des baigneurs qui marchent dessus par inadvertances et pic, ayayaïe!!!

Tiloo Bank (12)Tiloo Bank (31)Tiloo Bank (36)Tiloo Bank (39)Tiloo Bank (40)

Le petit pond, avec sa mangrove, ses étoiles de mer…

Tiloo Bank (19)Tiloo Bank (23)Tiloo Bank (24)Tiloo Bank (25)Tiloo Bank (26)

Nous nous arrêtons ensuite à Tahiti Beach, n’est-ce pas un nom inspirant? Une belle plage qui se départit de presque toute son eau à marée basse. On barbotte dans à peine 10 cm d’eau!

Tahiti Beach (22)Tahiti Beach (24)Tahiti Beach (19)Tahiti Beach (16)Tahiti Beach (14)Tahiti Beach (21)Tahiti Beach (20)Tahiti Beach (18)Tahiti Beach (15)

Et c’est là qu’ont finalement lieu les grandes retrouvailles entre Oséo et Rêve d’Océan!!! FÊTE!!! Nous sommes heureux de nous retrouver après s’être perdu de vue dans les Iles vierges et retrouvé à peine quelques jours à Samana pour se perdre à nouveau en navigation vers les Bahamas. Nous sortons la champagnettes et les Mr Freeze!!! Et histoire de poursuivre la fête, on se rend au Full Moon Party du Cracker’s sur l’île de Lubbers Quarters. C’est pleine lune, wouuuu!

Tahiti Beach (26)Tahiti Beach (27)Tahiti Beach (29)Tahiti Beach (31)Tahiti Beach (8)Tahiti Beach (32)Tahiti Beach (34)Tahiti Beach (5)Tahiti Beach (3)Tahiti Beach (7)

Dernier arrêt de notre Sud-Abacos : Hope Town. Un autre endroit déjà vu, mais nous ne voulions pas le manquer, c’est là parmi les plus plaisants et jolis endroits de nos Bahamas. Tout en teintes pastelles avec son beau phare rouge et blanc comme une canne de Noël! Mais ce n’est pas Noël, c’est plutôt Pâques en ce dimanche 5 avril! Mais nous n’avons pas d’œufs ou autres bestioles chocolatées, heureusement Hope Tonw a son Sugar Shack, ce sera donc glace de Pâques pour tous et piscine dominicale à la jolie marina! Joyeuse Pâques à tous!

Mouillage toujours rempli avec le village qui nous entoure et le phare en arrière plan, c’est bon!

Hope Town (3)Hope Town (1)

Ballade en ville, on ne se lasse pas de marcher toutes ces petites rues tellement tout est magnifique, ces petites maisons, les fleurs…Et les enfants qui troninnent sur leurs trotinettes!

Hope Town (15)Hope Town (17)Hope Town (13)Hope Town (10)Hope Town (8)Hope Town (7)Hope Town (12)Hope Town (14)Hope Town (11)Hope Town (16)

Si jamais une de ces petites maisons vous tentaient, elles sont toutes à louer!

Hope Town (5)Hope Town (6)

Et voici Pâques version Hope Town, Bahamas!!

Hope Town (19)Hope Town (20)Hope Town (28)Hope Town (23)Hope Town (30)

On revisite nos classiques de Hope Town, soit la ballade en haut du célèbre phare…

Hope Town (33)Hope Town (35)Hope Town (41)

…puis la superbe plage, vraiment une de nos favorites parmi toutes. Et elle est vraiment superbe aujourd’hui, agitée et si bleue.

Hope Town (55)Hope Town (60)Hope Town (59)Hope Town (49)Hope Town (53)Hope Town (67)Hope Town (71)

Ah Hope Town, vraiment nous l’adorons!

Hope Town

Cherokee Sound, Fifty Shades of Bleu Apr 06

Cherokee (72)Cherokee (68)Cherokee (69)Cherokee (5)Cherokee (58)

La météo semblait vouloir être avec nous, d’abord du vent pour parcourir à voile la distance nous séparant des Abacos, puis une longue pause de vent. C’est ce que nous avions besoin pour pouvoir se permettre un arrêt à Cherokee Sound, tout au sud des Abacos et en dehors de la protection du bassin du nord, et nous y tenions car on en disait une petite communauté dans un village impeccable entouré d’une eau au mile teintes de bleu… Et nous n’avons pas été déçus…

Cherokee (62)Cherokee (66)Cherokee (102)Cherokee AbacosCherokee (71)Cherokee (87)Cherokee (4)Cherokee (15)

Cherokee, avant même de vraiment arriver dans les Abacos, est un petit bonheur. D’abord, tout autour de nous, toutes les teintes de bleues, de beiges, de verts. Une petite plage privée, il n’y a personne ici, aucun bateau. Que nous, tout pour nous.

Cherokee (80)Cherokee (63)Cherokee (101)

Comme souvent dans les Bahamas, cette eau claire, si limpide….

Cherokee (10)Cherokee (8)Cherokee (94)Cherokee (98)Cherokee (13)

Le plus long quai des Bahamas se trouve ici, 770 pieds de longueur. Tout de bois, il s’avance fièrement loin dans le Cherokee Sound pour nous permettre d’y accoster l’annexe avec moins de 20 cm sous la coque de Train Train à marée basse. Le coup d’œil est superbe dans un sens comme dans l’autre et le matin nous croisons toujours un ou deux résidents qui admire cette beauté.

Cherokee (22)Cherokee (19)Cherokee (55)Cherokee (26)Cherokee (24)

Puis le village, un tout petit village, impeccablement propre et fier. On y déambule paisiblement et nous y sentons comme chez nous au printemps. Les oiseaux chantent, on aperçoit des rouges-gorges, des colombes et aussi un oiseau moqueur nous dirions car il chantait tous les sons! Le soleil est chaud mais le fond de l’air frais. Comme nos pommiers ou nos magnolias, des fleurs habillent certains arbres qui n’ont pas encore leurs feuilles alors que d’autres ont les bourgeons sur le point de s’ouvrir. Et oui, c’est bien le printemps ici aussi!

Cherokee (36)Cherokee (52)Cherokee (44)Cherokee (48)Cherokee (38)Cherokee (45)Cherokee (33)Cherokee (35)

Oséo mouille à bonne distance du village car ici l’eau tout autour n’atteint que quelques centimètres de profondeur. Les marées changent complètement le décor découvrant une longue étendue de sable à marée basse et faisant miroiter le sable blanc recouvert d’eau comme un miroir à marée haute.

Cherokee (54)Cherokee (103)

Une petite rivière remplie de bébés conches voit ses eaux aller dans un sens ou dans l’autre également selon les marées et le fort courant offre le plan de navigation parfait au petit bateau que Julien et Léa projettent de construire dès aperçue cette merveille de rivière! Voilà le bateau, tout en bout de bois et en élastiques. Solide, rapide et fringuant! Que du plaisir!

Cherokee (27)Cherokee (105)Cherokee (107)Cherokee (110)Cherokee (111)

Retour à la plage. Après le bateau, les petits ingénieurs y vont pour une cabane, et au lieu de la cabane dans l’arbre, c’est la cabane dans la falaise! Pendant que papa et maman se rendent côté mer pour admirer la Grande Bleue.

Cherokee (83)Cherokee (85)Cherokee (86)Cherokee (81)Cherokee (73)Cherokee (77)Cherokee (79)Cherokee (78)Cherokee (75)

Cherokee Sound, un arrêt superbe. Définitivement et unanimement, un grand coup de cœur pour nous quatre…

Cherokee (23)

Eleuthera Apr 01

Nous étions passés par Eleuthera l’an passé et voilà une île que nous avions vraiment beaucoup aimé. Governor Harbour, Alice Town, des villages bien habités, bien vivants, une île colorée, propre et vivante, ça nous a bien plu. Nous l’avions abordé à partir du Nord, cette fois-ci nous y arrivons par le Sud après avoir quitté notre petite Little San Salvador chérie.

Nous arrivons donc près de Rock Sound, mais nous ancrons un peu avant, derrière Poison Point pour être protégé des vents du Sud qui soufflent. Justement, on indique quelques petites patates de corail sur nos cartes. Ronald a donc de quoi se tenir occupé pendant que Catherine et les enfants font l’école… (On voit qui a la belle job à bord!) Et bien les quelques petites patates nous récompenseront d’une excellente pêche! À notre premier passage, Ronald nous reviendra avec deux langoustes, cinq poissons lions et un petit grouper. Et à notre deuxième passage (car nous y sommes retourné après Rock Sound!), on y pêchera un gros crabe, les plus gros poissons lions jamais vus et quatre autres belles langoustes! Voilà un arrêt rentable!

Eleuthera Rock Sound (4)Eleuthera Rock Sound (3)Eleuthera Rock Sound (7)Eleuthera Rock Sound (6)Eleuthera Rock Sound (38)Eleuthera Rock Sound (37)Eleuthera Rock Sound (39)Eleuthera Rock Sound (41)

…Et voyez Léa et son bizard de poisson que nous avons pêché à la traine en navigation, le leurre était aussi gros que lui, mais il avait de ces dents!!!

Rock Sound est réputé pour son Blue Hole. On en retrouve beaucoup dans les Bahamas, mais celui de Rock Sound est en plein cœur du village. Les Blue Hole sont en fait d’immenses trous ronds qui peuvent être en pleine mer ou sur terre mais qui sont toujours reliés à la mer. C’est ainsi que dans le Blue Hole de Rock Sound nagent des Angelfish, des Sergent Major et des petit Grouper qui vont et viennent par un passage sous terrain!

Eleuthera Rock Sound (31)Eleuthera Rock Sound (33)Eleuthera Rock Sound (27)Eleuthera Rock Sound (13)Eleuthera Rock Sound (14)Eleuthera Rock Sound (17)Eleuthera Rock Sound (18)Eleuthera Rock Sound (22)Eleuthera Rock Sound (20)Eleuthera Rock Sound (19)

Nous passons trois jours dans les environs de Rock Sound à pêcher, avancer l’école, faire les courses avant de repartir vers Hatchet Bay avant l’arrivée du Cold Front. … Brrrrr, on montes-tu vers le nord nous là? Le Cold Front est passé, il fait froid!!! On gèle!!! Imaginez que nous avons sorti nos pantalons et nous osons à peine nous laver dans la mer comme on le fait toujours parce qu’il fait un froid de canard d’automne!

Nous avons pu profiter d’une journée de soleil et de chaleur au village de Alice Town de Hatchet Bay…

Eleuthera Hatchet Bay (3)Eleuthera Hatchet Bay (15)Eleuthera Hatchet Bay (10)Eleuthera Hatchet Bay (9)Eleuthera Hatchet Bay (7)Eleuthera Hatchet Bay (5)

…Où nous dégustons un daiquiri, et une Kalik, avec une pensée pour la gang des Bahamas de l’an passé. Tchin-tchin Léane, Croix du Sud, Océane, Water Music, Windance…

Eleuthera Hatchet Bay (13)Eleuthera Hatchet Bay (16)Eleuthera Hatchet Bay (17)Eleuthera Hatchet Bay (19)Eleuthera Hatchet Bay (20)Eleuthera Hatchet Bay (22)Eleuthera Hatchet Bay (23)

… Tout ça avant que le froid ne nous tombe dessus! On se croirait en automne! Nous partons  en expédition le lendemain du passage du Cold Front (qui nous a fait une de ces frousses avec la pluie d’éclair qui nous est tombée dessus!) pour tenter de découvrir les grottes de Hatchet Bay. On apporte notre tite-laine.

Eleuthera Hatchet Bay (26)Eleuthera Hatchet Bay (27)

Pas facile à trouver ces grottes, et plutôt loin à marcher, je dirais un bon cinq six kilomètres! Cette longue marche pour finalement arriver à la fameuse grotte. Heureusement, nous avions apporté nos lampes frontales, mais la caverne nous fout la frousse! Ça descend dans les profondeurs de la terre après une galerie remplie de graffiti et un en particulier qui nous dit « Welcome to Hell »… Bienvenue en enfer. On avance un peu jusqu’à ce que la frontale de Léa nous lâche et que la peur nous prenne de se retrouver sans plus aucune lumière dans ces grottes, alors on rebrousse chemin et on lève le pouce sur la route car la route de retour est longue, et on grimpe dans le premier Pick-up passé! Merci!

Eleuthera Hatchet Bay (30)Eleuthera Hatchet Bay (31)Eleuthera Hatchet Bay (32)Eleuthera Hatchet Bay (34)Eleuthera Hatchet Bay (38)

Lendemain, navigation vers Royal Island. Y fait pas chaud, on sort les ponchos pis les manteaux!

Eleuthera Royal Island (1)Eleuthera Royal Island (2)Eleuthera Royal Island (3)Eleuthera Royal Island (5)

Nous traversons The Cut, un passage étroit où le courant peut bien malmener un voilier comme nous. L’an passé, nous avions eu droit à 5 nœuds dans le nez, nous n’avancions qu’à 1.2 nœuds! Cette fois-ci, on peaufine la stratégie et optons pour l’étale de marée basse et nous ferons bonne performance avec un 3 nœuds de courant dans le dos en plein centre du passage!

Une seule nuit à Royal Island où nous profitons de notre après-midi pour la parcourir. Un gigantesque projet était en cours il y a quelques années qui devait mener à des habitations exclusives, une marina, un hôtel… Quelque chose de beau et de bien. Nous avons rencontré Tod sur le site qui est du projet depuis le début et a vu l’avenir rayonner avant que tout s’effondre avec la crise économique des États-Unis… Cinq villas, un bar, la réception, la piscine, un gym, une plage magnifique… tout ça a été construit, pour ne jamais servir, c’est d’une tristesse car c’est si beau.

Eleuthera Royal Island (30)Eleuthera Royal Island (29)Eleuthera Royal Island (21)Eleuthera Royal Island (20)Eleuthera Royal Island (28)Eleuthera Royal Island (16)Eleuthera Royal Island (27)Eleuthera Royal Island (24)Eleuthera Royal Island (25)Eleuthera Royal Island (34)Eleuthera Royal Island (33)

Le site aurait été magnifique. Tod nous a montré les maquettes, des millions de dollars ont été investis, et maintenant, plus rien. Tout s’est effondré et Tod attend, il attend des investisseurs pour que soit relancé le projet et son avenir avec. Quel gâchis tout de même.

De l’autre côté de l’île, là où devait se trouver le projet, les ruines d’on ne sait quoi garnissent le haut d’une colline et le chemin se poursuit en direction de la mer.

Eleuthera Royal Island (44)Eleuthera Royal Island (45)Eleuthera Royal Island (46)Eleuthera Royal Island (48)Eleuthera Royal Island (49)Eleuthera Royal Island (51)

Un bel arrêt que Royal Island. Mais avis aux suivants, nous ne sommes pas censé se rendre aux villas, la piscine et tout, c’est ce que Tod nous dit, mais il nous a donné une permission, nous sommes chanceux! En plus il nous ramène dans son petit tout terrain, ah oui les enfants trouvent que nous sommes vraiment chanceux!

Eleuthera Royal Island (39)Eleuthera Royal Island (41)

P.S. Nous avons vraiment beaucoup de difficulté à avoir internet ces dernières semaines. Nous avons des messages auquels nous n’avons pas répondu et ce depuis longtemps, pas qu’on vous ignore, mais parfois on arrive à envoyer le post mais sans arriver à aller dans notre boite de courriel. Hep, c’est la vie! Ce post date d’ailleur un peu, nous étions à Eleuthera du 23 au 30 mars!

Le temps des évaluations Mar 28

Logo Ecole Oseo2Le temps a toujours filé si gentiment que nous avons laissé passer la première étape, puis la deuxième étape et peut-être même la troisième… On ne sait pas trop où en sont rendus nos amis écoliers du Québec! Mais bon, toujours est-il qu’il nous semblait que quelques examens seraient bien de mise histoire d’évaluer les connaissances et compétences de nos deux petits écoliers de la mer! En cette 28e semaine sur l’école d’Oséo, voici donc les résultats à nos examens.

Mais d’abord, félicitation à tous les deux, Léa et Julien, vous avez excellemment bien travaillé!

Mathématique, 92% et 93%, vraiment chapeau tous les deux!

Examen 15-03 (1)Examen 15-03 (2)Examen 15-03 (4)Examen 15-03 (5)Examen 15-03 (6)Examen 15-03 (7)Examen 15-03 (8)Examen 15-03 (9)

Grammaire, du très bon travail.

Examen 15-03 (10)Examen 15-03 (12)Examen 15-03 (11)Examen 15-03 (13)

Lecture (Léa a oublié de répondre à une question. Il aurait été payant de bien se relire… Sans quoi, elle aurait plutôt obtenu 96%)

Examen 15-03 (15)Examen 15-03 (14)

Ecriture pour Léa où elle devait écrire sa recette de coktail de fruits, dictée pour Julien, où tout compte : orthographe, conjugaison, homophone, etc.

Examen (1)Examen (2)

Category: L'école d'Oséo  | One Comment
Ça va trop vite! Mar 24

Ça va trop vite, tout va trop vite! Le temps, nous, le voyage qui tire à sa fin… Nous avons déjà mis derrière nous près de la moitié des Bahamas et pourtant, il nous semble que nous n’en avons pas vu beaucoup, que nous n’en avons pas fait tant. En fait, il nous semble que nous ne faisons qu’avancer, toujours devant. Nous nous sommes un peu (tellement!) fait avoir à Little San Salvador! Enfin, nous avions trouvé chaussure à notre quille, l’endroit parfait où nous voulions nous poser pour quelques jours…

Car voilà depuis Conception Island que nous bougeons quasi tous les jours. D’abord la navigation vers Cat Island le 19 mars où nous nous sommes arrêtés dans un endroit où nos cartes indiquaient plusieurs patates de corail. Sitôt ancré nous partons à la recherche de langoustes. Ce sont quelques récifs isolés l’un de l’autre, de jolis petits récifs parfaitement ronds où vivent en harmonie une toute petite communauté de poissons, tel un petit voisinage. L’eau est incroyablement claire et c’est réellement de toute beauté. Mais nous ne trouvons aucune langouste nulle part et, franchement, nous n’oserions tirer sur un poisson tellement le récif semble parfaitement composé. Nous aurions l’impression de leur arracher un membre.

Nous poursuivons donc de suite, il est 17h00, en direction de New Bight qui n’est pas très loin. Nous sommes plus que dû pour une épicerie puisque la dernière remonte à Samana en République dominicaine il y a quatorze jours!

Les couchers de soleil sont toujours magnifiques aux Bahamas. La mer et le ciel se couvrent de couleurs pastelles, c’est inégalé.

Cat I. New Bight (4)Cat I. New Bight (5)Cat I. New Bight (1)Cat I. New Bight (3)Cat I. New Bight (2)

Et au petit matin, le ciel et la mer se confondent avant que l’eau ne se remette à étinceler…

Cat I. New Bight (11)Cat I. New Bight (12)Cat I. New Bight (10)

Nous rencontrons notre premier village bahamien depuis notre arrivée au pays! Si village nous pouvons dire, puisque les quelques habitations (bien défraichies) s’étendent sur une longue route que nous marchons pour trouver l’épicerie. Heureusement, un gentilhomme nous prend dans sa camionnette. Les Bahamiens sont vraiment avenants et gentils.

Cat I. New Bight (6)Cat I. New Bight (7)Cat I. New Bight (9)

Nous sommes heureux de découvrir une épicerie des mieux garnies et remplie de fruits et légumes frais. C’est que le mailboat est arrivé hier. Les mailboats approvisionnent les îles une fois par semaine au Bahamas, parfois plus, parfois moins dépendamment du nombre d’habitant sur l’île. Le jour d’arrivée du mailboat est toujours un grand jour sur l’île! Nous faisons le plein de produits frais, puis le plein d’essence pour Train Train et de propane pour la cuisinière à la station-service juste à côté de la plage.

Cat I. New Bight (13)Cat I. New Bight (14)

L’attraction qu’on nous invite à ne pas manquer à Cat Island, c’est l’Hermitage du Père Jérôme. Le Père Jérôme fut d’abord un missionnaire, diplômé en architecture, qui décida de s’établir au Bahamas en 1908 pour sauver des âmes et reconstruire les églises malmenées par les tempêtes. Il construira de nombreuses églises de pierre sur les Iles de Long Island et Cat Island que l’on peut toujours admirer. L’Hermitage fut son dernier refuge. C’est un bâtiment tout à fait étonnant, construit comme un modèle réduit d’un monastère européen, avec sa minuscule chapelle, une minuscule cuisine, une minuscule chambre, reliés par d’étroits passages, tout de pierre. Il y vécu cloîtré jusqu’à l’âge de 80 ans où il y mourut et y fut enterré.

L’Hermitage est situé sur le sommet le plus haut des Bahamas. Alors après le volcan de la Soufrière de St-Vincent, après les 1064 marches du Mount Scenery de Saba, nous voici qui nous attaquons aux 63 mètres du Mount Alvernia, la plus haute colline des Bahamas! Nous mettrons moins de 20 minutes pour l’atteindre!

Cat I. Hermitage (1)Cat I. Hermitage (7)Cat I. Hermitage (8)Cat I. Hermitage (2)Cat I. Hermitage (3)Cat I. Hermitage (4)

Dans le roc de la colline, Père Jérôme a construit un chemin de croix superbe avec ses stations et, la toute dernière, la résurrection du Christ, est une reconstitution du tombeau de Jésus, avec la caverne et la pierre qui roule. Quelle belle dévotion.

Cat I. Hermitage (10)Cat I. Hermitage (11)Cat I. Hermitage (12)Cat I. Hermitage (16)

L’Hermitage est un lieu unique, la solidité du roc et la finesse de l’artiste, voué à Dieu.

Cat I. Hermitage (35)Cat I. Hermitage (17)Cat I. Hermitage (21)Cat I. Hermitage (20)Cat I. Hermitage (27)Cat I. Hermitage (33)Cat I. Hermitage (25)Cat I. Hermitage (23)Cat I. Hermitage (28)

Nous quittons New Bight après notre visite de l’Hermitage, un peu avant diner. On s’arrête à Fernandez Bay pour diner, mais décidons de poursuivre notre route. Il fait si beau, l’eau est si calme et la petite plage avec hôtel ne nous attire pas particulièrement, si bien que nous décidons de poursuivre tranquillement jusqu’où le décor nous tentera! On se rend finalement tout au bout, à Pigeon Cay où nous nous arrêtons avant que le soleil ne se couche. La plage est longue, avec de jolies villas et on capte internet à bord, mais ce n’est tout de même pas le paradis. Si bien que nous décidons de encore bouger. On repart le lendemain, le 22, mais cette fois, c’est pour quelque part qui s’annonce plus que bien!

Cat I. Fernandez (1)Cat I. Fernandez (2)

Little San Salvador, là, ça promet! L’île est entourée de récif et nous avons entendu parler de gens qui y ont pêché des langoustes géantes là-bas! Nous avons une mission! De plus, c’est une île privée qui accueille les bateaux de croisière, elle est toute en beauté, agréablement aménagée tout en conservant ses beautés sauvages. Et le mieux, c’est que les gens de voiliers comme nous avons la permission d’aller à terre lorsque les bateaux de croisière sont partis. Ça nous inspire beaucoup!

IMG_3048IMG_3163IMG_3143IMG_3045IMG_3081IMG_3082

L’endroit est effectivement GÉNIAL!!! Une dizaine d’autres voiliers mouillent dans la baie de Half Moon Bay et il n’y a aucun bateau de croisière aujourd’hui dimanche. Nous avons donc l’île pour nous tout seul, tous l’après-midi!

IMG_3058IMG_3057IMG_3066IMG_3059IMG_3079IMG_3073IMG_3078IMG_3085IMG_3083

Visite à la superbe plage, ballade au travers des nombreux petits chemins qui nous mènent aux restaurants, aux bars, au bassin des raies, aux écuries (nous ne trouverons pas les chevaux cependant, ils devaient être en congé eux-aussi en ce dimanche!), au petit parc. Le site est superbe, on adore, on adore! On adore se balader dans ces décors fleuris si jolis!

IMG_3160IMG_3148IMG_3108IMG_3149IMG_3151IMG_3090IMG_3089IMG_3165IMG_3157IMG_3113IMG_3093IMG_3098IMG_3100IMG_3142IMG_3054

Au bassin des raies, Jay avec qui nous avions discuté plus tôt est avec un groupe de touristes pour une démonstration et un petit tour dans le bassin. Julien et Léa ont alors la chance de caresser ces douces créatures et de les nourrir de calmar. Elles ne mordent pas, elles sussent! Selon Jay, elles peuvent vous faire des sucettes terribles!

IMG_3138IMG_3117IMG_3135IMG_3120

Spectacle de la raie qui crache de l’eau!

IMG_3139IMG_3140

Julien et Léa consacrent leur amour éternel dans l’intimité de cette chapelle, papa en est témoins derrière…

IMG_3094IMG_3096

Nous adorons Little San Salvador, si bien que nous prévoyons y rester un bon trois jours, en profiter tranquillement, pêcher ses langoustes géantes tout en y attendant Rêve d’Océan car ce sera les 40 ans de notre amie Marie-France bientôt!

IMG_3170IMG_3168

… MAIS NON!!! Arrrrgggg!!!

Le lendemain, le vent qui devait être faible du Sud-Ouest, est plutôt FORT du Sud-Ouest et le mouillage est devenu carrément intenable. Une vague courte de plus de 2 pieds entre de pied ferme et c’est l’enfer à bord, nous ne tiendrons pas toute la journée, surtout que nous ne pouvons aller à terre car un bateau de croisière arrive… Nous n’avons pas le choix, nous faisons comme tous les 11 autres voiliers qui étaient dans le mouillage hier et qui ont déjà tous quitté et nous levons l’ancre nous aussi, l’âme en peine…

Il nous faut quitter notre petit paradis. C’EST À EN PLEURER!!! On voulait tans se poser là, profiter de la plage superbe, des installations magnifiques, le petit parc, le parc à raie, les glissades, les chevaux à admirer, l’eau superbe… Mais non, le 23 au matin, on repart à nouveau, pour Eleuthera cette fois-ci. Seule consolation, avec ce vent qui grimpe finalement à 15-18 nœuds, la voile est superbe et le mouillage aurait définitivement été une horreur. On se console comme on peut!

L’école de Saba aux Bahamas Mar 21

Logo Ecole Oseo2De la mi-janvier à la mi-mars, nous aurons réussi à faire progresser l’école d’Oséo de huit semaines, incoryable! Tant de navigation depuis les Antilles jusqu’aux Bahamas, de Saba à Ste-Croix, la traversée de Puerto Rico, le Mona, la République dominicaine et la longue route jusqu’aux Bahamas… Mais nous avons gardé le cap scolaire! En négligeant à peine un tout petit peu le contenu des collectifs à part de ça!

En collectifs pour nos thèmes spéciaux pendant ces deux mois, nous avons étudié les forêts et les mers tropicales : leur géographie, la composition de la forêt de sa base à sa canopée, les animaux et plantes qui l’habitent, les défis qui la menacent. Nous avons compris pourquoi l’eau des mers tropicales est si claire et limpide, c’est dû au très faible taux d’élément nutritif dans l’eau, le phytoplancton, d’où le peu de vie possible dans l’ensemble des mers tropicales. La vie est regroupée majoritairement dans les récifs coralliens et la mangrove.

IMG_2775IMG_2776IMG_2778

Les enfants ont reproduit à l’aquarelle la vie dans la forêt tropicale, avec les différents animaux qui l’habitent de la base à la cime. L’effet visuel est tout à fait différent selon que l’on ait reproduit la forêt au soleil couchant ou en plein jour.

IMG_2774    IMG_2773

Vous vous souvenez des baleines de la baie de Samana en République dominicaine? Et bien nous avons profité de la présence de ces majestueux mammifères pour pondre quelques textes documentaires! Nous avons d’abord revu la structure du texte informatif, puis Léa nous a présenté la baleine à bosse et les grandes migrations qu’elle parcourt tandis que Julien nous a parlé des incroyables aptitudes des animaux migrateurs, chacun ayant son propre mécanisme d’orientation. Ne manquez pas ces deux textes des plus intéressants!

Scan_Pic0004Scan_Pic0003

Encore une fois, l’anglais a pris beaucoup de place. Un nouvel outil a varié la formule : notre livre My Detective Workbook qui a beaucoup plu à mes petits élèves. Le livre est composé d’une histoire divisée en trois chapitres. Des activités de compréhension du texte et de révision des notions tels les couleurs, les sentiments, les parties du corps, les métiers, les aliments, etc. sont ensuite présentées après chaque chapitre.

IMG_2842IMG_2843IMG_2845IMG_2846IMG_2848IMG_2852IMG_2849

Nous avons également terminé le Unit My Family dans lequel en plus des membre de la famille nous avons appris les pronouns (I, you, she, he, we, they) et les possessive pronouns (my, your, her, his, its, our, their), le verbe To be et la formulation de questions avec le verbe To be.

IMG_2780IMG_2782IMG_2784IMG_2786

En français, Léa a vu le pluriel des noms et des adjectifs aux terminaisons particulières comme eu, eau, au, al, etc., nous poursuivons les exercices d’accord du groupe du nom et avons vu le pronom. À chaque semaine un nouveau verbe à l’indicatif présent est à l’étude et nous faisons des activité de lecture pour en améliorer la qualité tel que lire avec intonation, bien faire les liaisons, etc. Léa voit quelques homophones pratiques à connaître comme à/a, son/sont, on/ont, ses/ces/c’est…

Ecole 15 janvier-mars (26)Ecole 15 janvier-mars (22)Ecole 15 janvier-mars (13)Saba (139)

En plus du texte informatif avec son travail sur la baleine à bosses, Léa a écrit un texte sur la girafe, nous avons revu le récit en trois temps et avons étudié la description. 

Ecole 15 janvier-mars (12)Ecole 15 janvier-mars (31)

Quant à Julien, à son texte informatif sur les migrations s’est ajouté le poème et le texte narratif. Ici son joli poème Vue d’en haut, un texte en lettre cursive sur Percy Jackon, parmi ses bonnes lectures!

Ecole 15 janvier-mars (43)Ecole 15 janvier-mars (55)

Nous avons terminé l’étude du verbe, Julien est content! Présent, imparfait, futur, passé composé, conditionnel, subjonctif, impératif, participe présent et passé, voilà, c’est terminé! Le plus difficile est fait, nous revoyons tranquillement le nom, l’adjectif, la formation de leur féminin et de leur pluriel, le pronom.

Ecole 15 janvier-mars (34)Ecole 15 janvier-mars (46)Ecole 15 janvier-mars (74)Ecole 15 janvier-mars (47)

Nous continuons l’étude des homophones (on, son, quand, la, à, mes, etc.), on fait des activités d’apprentissage de l’orthographe des mots et toujours des compréhensions de lecture.

Ecole 15 janvier-mars (48)Ecole 15 janvier-mars (49)Ecole 15 janvier-mars (58)Ecole 15 janvier-mars (56)

Mathématique. Pour Julien : Fraction, nombre décimal, arrondir, les diagrammes, la probabilité, la conversion des mesures de longueur, la division avec reste sous forme de fraction et la preuve par 9 ont été au menu. Tout va assez bien, bien que son contrôle avec des situations problème ait été plutôt mauvais… C’est le calcul du périmètre qui lui fait perdre tous ses moyens! Erreur de dénombrement, toujours!

Ecole 15 janvier-mars (35)Ecole 15 janvier-mars (39)Ecole 15 janvier-mars (71)Ecole 15 janvier-mars (73)

Avec Léa, nous avons travaillé la décomposition des nombres, facile. L’addition et la soustraction avec échange, le sens de la multiplication, l’estimation et la mesure (mm, cm, dm, m), les coordonnées d’un plan, la probabilité et arrondir à la dizaine près.

Ecole 15 janvier-mars (21)Ecole 15 janvier-mars (18)Ecole 15 janvier-mars (19)Ecole 15 janvier-mars (14)

Enfin côté lecture, ça va bon train! Julien a passé à travers pas mal tous les livres qu’on a alors il en est à nos livres d’adultes! Le Premier Jour et La Première nuit de Marc Lévy, Le tour du Monde en 80 jours de Jules Vernes, À la croisée des Mondes 1, 2 et 3, la série Percy Jackon, La guerre de Troie, … pour ne nommer que ceux là. Quant à Léa elle a adorée Le Secrêt de l’Ile de Martine L. Jacquot,  Fripouille et L’Ara qui rit de Pierre Roy, le livre de Sam Chicotte, Le talisman du Mexique, en plus de plusieurs livres de la collection Martine et des Fées de la danse.

Ecole (3)Ecole (5)

Alors nous, depuis nos étincellantes Bahamas, nous vous souhaitons un printemps pour bientôt, espérons-le!

Léa et Julien au travail alors qu’au dehors, l’eau brille!

Saba (138)Ecole (1)

Category: L'école d'Oséo  | One Comment
Les Bahamas, de Long Island à Conception Mar 19

Est-ce qu’un membre de l’équipage a déjà dit : « J’haïs ça les Bahamââsss. »?? Heuuu, oui… Catherine l’a dit à son arrivée à Mayaguana, écœuré que nous étions du vent, des grains et des miles. Mais là, on parle d’autre chose… Voyez!

Long I. Calabash (26)Long I. Calabash (5)Long I. Calabash (18)Long I. Calabash (10)Long I. Calabash (30)Conception (22)Long I. Calabash (12)Conception (42)

Le vent est complètement tombé. Nous avons droit aux Bahamas avec ce qu’ils ont de mieux à offrir, eau d’une clarté absolue, poissons admirables, vue sous-marine époustouflante, douce vie…

Nous abordons deux îles pas très loin l’une de l’autre : Long Island et Conception Island. À la première nous goûtons sa longue plage de sable fin comme de la farine dans la grande baie de Calabash Bay.

Long I. Calabash (6)Long I. Calabash (9)

À terre il y a le Cape Santa Maria Beach Resort que nous visitons et plus loin la plage qui se termine par un petit lagon qui s’assèche et se remplie au rythme des marées. On s’assoit enfin sur le sable à l’ombre des pins et on respire… on admire… on est là, tout simplement et on se sent bien. Ahhhhh….

Long I. Calabash (7)Long I. Calabash (15)Long I. Calabash (14)Long I. Calabash (17)Long I. Calabash (21)Long I. Calabash (19)Long I. Calabash (22)Long I. Calabash (25)Long I. Calabash (20)Long I. Calabash (34)Long I. Calabash (36)

À Calabash Bay, Long Island, c’est aussi journée spéciale en ce 16 mars! C’est l’anniversaire de Léa, elle a eu 8 ans!

Long I. Calabash (61)Long I. Calabash (41)Long I. Calabash (42)Long I. Calabash (44)Long I. Calabash (66)

On profite donc du Cape Santa Maria Beach Resort et de son restaurant pour célébrer en grand cette belle journée! Burger pour notre fêtée, voilà une grande fille heureuse! Et nous tous également, on se régale tous! Le Grouper Burger et sa salsa d’ananas est sublime!

Long I. Calabash (13)Long I. Calabash (53)Long I. Calabash (52)Long I. Calabash (48)Long I. Calabash (51)

On bouge un peu quelques miles plus loin derrière Hog Cay pour une petite séance de pêche sous-marine où nous récoltons trois jolies langoustes, pas mal. Mais ce n’est rien à comparer à ce qui allait nous arriver le lendemain! En effet, nous décidons de profiter de l’absence quasi-totale de vent et de houle pour aller se régaler la quille dans les eaux de Conception Island, une île qu’on dit être le Paradis dans le Paradis, mais qu’il vaut mieux aborder par temps calme. Nous ne serons pas les seuls à avoir profité de la météo plus que clémente, le mouillage est bondé! …

Mais avant, voilà qu’une de nos lignes se tend. Fish on! Et paf! La ligne se coupe. M… Zut! Mais plus tard ça mord à nouveau, C’EST UNE DORADE!!!!!!! Une vraie belle dorade, on voit son dos doré, ses petites nageoires latérales bleues métalliques qui scintillent, elle est magnifique!! On s’y met tous pour la remonter, Ronald au yoyo, Catherine à la puise, le pilote au pilote, les enfants aux photos et au rhum (on tue le poisson en lui envoyant du rhum dans les branchies, c’est plus rapide et moins salaud que de le laisser éclabousser partout dans le cockpit). Et TADAMMM!! Une belle dorade de 1,20 mètre, 11 livres, 4 repas!

Conception (2)Conception (4)Conception (3)Conception (7)Conception (6)

C’est la fête à bord! On se fait un premier ceviche de dorade fraiche dès le midi, puis dorade grillée au souper, le reste en provision, miam! La mer aura été belle et généreuse pour nous pendant ce court 20 miles nautiques, nous voyons des thons sauter tout autour de nous juste avant l’arrivée à Conception. On a beau se faufiler au travers du banc, aucun ne daigne goûter à nos leurres! Mais on aperçoit des dauphins plus loin qui semblent eux se régaler des thons, wow, quel beau spectacle! Et Conception ne se laisse pas impressionner, sa longue plage blanche, son eau d’un turquoise éblouissant, Train Train, Paddle et nous tous qui semblons en apesanteur au-dessus d’un vide…

Conception (20)Conception (15)Conception (46)Conception (14)Conception (16)

Le plongée est supposée de classe mondiale ici. Sitôt à l’eau au-dessus des récifs, Ronald s’exclame : Requin! Il sait que Catherine ne se peut plus d’en voir alors on pense qu’il blague, mais non! Sitôt à l’eau, juste en-dessous de Train Train, il y a un magnifique requin nourrice! Wow!

Conception (74)Conception (76)Conception (75)

L’eau est tellement claire, la plongée est vraiment de toute beauté. On aperçoit beaucoup de poissons, de coraux et un autre requin! On en est tout excité! Ce n’était pas un nourrice celui-là, c’était un vrai, avec son nez allongé de requin, peut-être un requin de récif! Ils sont si majestueux, quelle chance nous avons d’être là, en leur compagnie. Voilà quelque chose que nous souhaitions depuis longtemps, apercevoir des requins et nous voilà en leur douce compagnie… Peu de requins sont vraiment agressifs et dangereux. Nous gardons nos distances et restons derrière eux, nous ne sentons pas de risque.

Conception (67)Conception (70)Conception (66)Conception (73)Conception (69)Conception (71)

Nous profitons de la belle plage et de la belle eau. Paddle et Kayak volent sur l’eau. Les enfants retrouvent le plaisir de la glisse en traineau, mais faute de traineau et de neige, ils glissent en kayak sur le sable!

Conception (43)Conception (24)Conception (36)Conception (34)Conception (29)

Nous allons parcourir en dinghy la petite crique. Il faut s’y rendre à marée montante car elle s’assèche partiellement à marée basse. On apporte aussi Paddle qui est en fin de compte le meilleur moyen d’apprécier ces ballades dans les criques peu profondes. On y voit des dizaines et des dizaines de tortues, petites et grosses, on patauge dans les petits bassins d’eau qui se remplissent au fur et à mesure de la marée montante, on aperçoit même quelques petits requins citron, des petits barracudas pas craintifs du tout, des conches, des étoiles de mer!

Conception (53)Conception (64)Conception (59)Conception (60)Conception (58)Conception (62)Conception (65)

Nous aurions pu rester encore à Conception, il y avait encore tant de plongée et d’autres plages à découvrir, mais on préfère repartir, après deux belles journées ici. Conception est une Réserve naturelle et nous avons envie de profiter de ce que la saison de la pêche à la langouste est encore ouverte pour tenter d’en récolter encore quelques-unes, et pourquoi pas tenter de remplir notre petit congélo, déjà partiellement rempli de dorade, de grouper et de petites langoustes!

Alors tous, direction Cat Island! Les lignes sont à l’eau et devant nous un mouillage avec quelques taches noires, des patates de corail à farfouiller. Aurons-nous une nouvelle pêche fructueuse? C’est ce que nous verrons!

Far Far Bahamas… Mar 15

Les Far Bahamas … … … Ce sont les Bahamas loin. Les lointaines Bahamas. Tout est loin et long dans ces coins-ci. Nous avons mis 50 heures pour arriver de Samana à Mayaguana : deux jours et deux nuits, 310 miles! Mais ça a plutôt bien été. Mieux qu’à l’allée en tout cas! Les trente premières heures ont été parfaites, bon vent, voile rapide en vent arrière en compagnie de La Jeannoise, de Rêve d’Océan et de Marama. Vagues bien raisonnables. Eux ce sont arrêté aux Turcks & Caïcos et nous avons poursuivi, en seul compagnie des nombreux grains qui nous ont compliqué la tâche tout l’après-midi et une partie de la nuit suivante. Aux 22-25 nœuds constants que nous avions déjà s’ajoutait le vent des grain à plus de 30 nœuds, à six ou sept reprises, en plus de la pluie qui fouette et mouille tout, c’est pénible avec la fatigue accumulée.

Les baleines de Samana nous disent au revoir. Devant nous la mer, le soleil, des grains qui menacent.

Baleines Samana depart (2)Nav BahamasNav Bahamas (2)

Mais nous sommes arrivés à bon port : Mayaguana, “abrité” derrière un long long récif. Imaginez, nous sommes à l’ancre sur ces photos et voyez devant et derrière Oséo, rien à l’horizon!

Mayaguana (3)Mayaguana (1)

Ronald a dû parcourir 4 miles en annexe dans un clapot terrible pour se rendre aux douanes! Inutile de dire que nous ne nous attardons pas dans ce coin perdu, on repart dès le lendemain aux petites heures direction Atwood Harbour sur Acklins Island. 57 miles en vent arrière avec une mer de 3 à 4 mètres, ouf, c’en était de la grosse! Mais enfin, nous arrivons quelque part…

Nous sommes contents!!!

Atwood Harbour (5)Atwood Harbour (10)Atwood Harbour (8)Atwood Harbour (16)Atwood Harbour (32)

Nous retrouvons ces plages blanches, longues des Bahamas, ces îles à fleur d’eau totalement plates, cette végétation naine, de mini cocotier, des arbustes, et toujours le vent qui ne s’arrête jamais de souffler. Terminé la protection des montagnes pour nous couvrir des vents, ici, le vent souffle jour et nuit sans variation. Nous nous levons au matin au son de l’éolienne qui se plaind, nous disant que les batteries sont pleines, elles sont toujours pleines désormais! Et nous retrouvons l’eau des Bahamas… Ah ce turquoise, incomparable. Mais elle est plus fraîche ici!

Atwood Harbour (22)Atwood Harbour (26)Atwood Harbour (21)Atwood Harbour (23)

Au petit matin, c’est tâche de dessalage pour Oséo qui a beaucoup travaillé.

Atwood Harbour (3)Atwood Harbour (2)

On parcourt en long et en large l’infinie plage de la baie, on y sort nos cerfs-volants, on parcourt la petite rivière en annexe et en masque-tuba à la recherche de conche mais y trouvons plutôt des étoiles de mer à profusion et des langoustes cachées dans les racines! Et hop pour le repas du soir!

Atwood Harbour (6)Atwood Harbour (39)Atwood Harbour (37)Atwood Harbour (25)Atwood Harbour (19)Atwood Harbour (41)Atwood Harbour (36)

Rêve d’Océan devait être ici avec nous. Mais son pilote automatique l’a lâché en route, un indispensable pendant ces longues distances si bien qu’il a dû s’arrêter aux Turks. Mais il nous avait tant vanté Atwood, pour sa pêche entre autre! Alors nous étions prêts, prêts à la chasse!

Atwood Harbour (35)Atwood Harbour (33)

Hahaaaa!!!! Quel poisson hein!!! Un gros Grouper! Mais ce n’est pas nous qui l’avons attrapé, hep! Cadeau du voilier des Italiens d’à côté qui en avait pêché un la veille et en avait trop désormais. Ronald s’est bien essayé sur ces monstres mais notre petite fouine ne fait que bondir sur la cuirasse de ces goliaths! Nous avons aussi eu quelques belles langoustes, quelques jolis poissons. Pas de quoi remplir à ras-bord le congélateur, mais tout de même de quoi se nourrir pour les prochains jours! Les forts vents et aussi la présence persistante d’un requin (!!) nous gênaient un peu dans nos efforts de pêche! Ahhh, les Bahamas! Mais vraiment, on retrouve ici des poissons de taille inégalée. Jamais d’aussi gros poissons de récif dans toutes les Antilles!

Mais le vent souffle, et souffle… Toujours… Nous partons donc dans ces forts vents qui nous étourdissent au mouillage à force de souffler sans arrêt, mais qui gonflent favorablement nos voiles en mer. Nous avons hâte d’en finir avec les longues distances. C’est pourquoi nous décidons de faire deux en un. On saute Clarence Town pour jumeler deux jours en un-jour-et-une-nuit. Une dernière navigation de nuit. Et c’en sera fini, fini les Far Bahamas…

Nav Long Island (3)Nav Long Island (2)

Et un autre 106 miles de fait… Ouf, c’est assez. Nous sommes fatigués de naviguer, fatiguer de ne pas dormir et il nous tarde de toucher terre. Réalisez-vous qu’en 8 jours nous n’aurons été à terre qu’à deux courtes reprises? Ca en fait du temps confiné au bateau, Catherine n’en peut plus. Elle n’a toujours pas vu de Bahamien contrairement à Ronald qui est allé aux douanes et aux courses. Définitivement, les transats ce ne sera pas pour nous!

Mais enfin, nous sommes à Cape Santa Maria, Calabash Bay, Long Island. Les Far Bahamas sont derrière nous. Devant nous, Long Island à découvrir, enfin.

Long I. Calabash (1)Long I. Calabash (3)

Épilogue

Distance parcourue en huit jours : 477 miles

Distance des Antilles du Sud au Nord (de Grenade à St-Martin), soit notre terrain de jeu d’une année entière : Autour de 400 miles!

Carte Far Bahamas

Au revoir Rep Dom, longue route devant… Mar 06

Puerto Bahia Marina… Dans la baie de Samana. Voilà où nous sommes présentement. Pas mal!

Pueto Bahia (17)Pueto Bahia (13)Pueto Bahia (4)Pueto Bahia (2)Pueto Bahia (3)Pueto Bahia (5)Pueto Bahia (46)

Nous y étions le 2 mars, pour la fête à Dominic de Rêve d’Océan, tel que promis à Dominic… Car voilà depuis que nous nous sommes rencontré à St-Barth il y a près d’un an qu’il nous a annoncé sa fête à la marina de Puerto Bahia dans la baie de Samana le 2 mars 2015… Nous avons donc organisé le party! Marama, Ysun, Dartagnan, Amélia1 sont là! Santé Dominic!! 

Pueto Bahia (30)

… Mais où est Dominic??? Et non, il n’y est pas!! Il est en retard!! Il est entre deux vagues, entre San Juan et Samana!!!

Mais, Rêve d’Océan arriveront finalement, le lendemain, en compagnie de la Jeannoise, prêt pour un second anniversaire. En sa compagnie cette fois! Santé encore!!!

Pueto Bahia (36)

La fête se poursuit à la piscine pour un bon gâteau!

Pueto Bahia (45)Pueto Bahia (43)Pueto Bahia (48)Pueto Bahia (49)Pueto Bahia (57)Pueto Bahia (53)Pueto Bahia (52)

La marina est assez jolie avec ses piscines, sa salle de billard, son personnel vraiment gentil, ça sent la formule bien rôdée du tout inclus de la République!

Pueto Bahia (20)Pueto Bahia (18)Pueto Bahia (28)Pueto Bahia (25)Pueto Bahia (24)Pueto Bahia (35)

Faire l’école à terre, c’est tellement plus agréable!

Pueto Bahia (54)Pueto Bahia (32)

Mais nous n’en profiterons pas comme nous l’aurions voulu, des pépins viennent nous prendre du temps, beaucoup de temps… Notre Grand-voile crie famine, la chute se déchire petit à petit. Nous n’avons plus le choix, il faut agir car la route est longue devant nous. Nous décidons donc de retirer la Grand-voile et de la confier à un expert du coin, ce qui fut une très mauvais décision. La petite déchirure dans la chute s’est transformée en profonde coupure dans la voile après que le “spécialiste” ait réparé notre voile avec du sombrella. Infamie! C’est comme de réparer un joli jupon avec de la jute! Heureusement, La Jeannoise qui est arrivée dispose à son bord d’une machine à coudre, un véritable précieux. Carole nous offre donc une aide inestimable pour la réparation de notre voile. Nous offrons en échange notre aide à la réparation de leur hélice de moteur. Ainsi va la vie sur les pontons, chacun aide comme il peut avec sa spécialité! Merci Carole, les navigations à venir seront moins angoissantes avec une Grand-voile relativement en forme! Et avec quatre couches sur la chute, ça devrait tenir!

Pueto Bahia (38)Pueto Bahia (40)Pueto Bahia (39)Pueto Bahia (41)

… Nous repartons donc la formule bien rôdée de la préparation pré-départ des salades de pâte, pain au banane, on varie la formule avec une pizza-maison auxquels on ajoute des sandwichs, biscuits et crudités variés. Épicerie, douanes, préparation du bateau… Un long voyage nous attend désormais. 200 miles pour arriver aux Turcks & Caïcos, un jour, une nuit, un jour. Dodo puis nouveau départ sur le bank des Turks et navigation jusqu’à Mayaguana, première îles des Bahamas, douanes. Ouf… À moins qu’on opte pour un direct, soit 48 heures jusqu’à Mayaguana… Bon, on verra, en voilier, les plans sont toujours changeant! La preuve c’est que Rêve d’Océan et La Jeannoise prennent finalement la même fenêtre que nous, nous serons une petite flotille de quatre voiliers! Mais n’attendez pas de nouvelles d’Oséo sous peu, internet sera fort probablement une denrée rare dans les prochaines semaines! Pour nous suivre, voyez avec le spot.

Allez hop, tous au boulot! On met le blog à jour au lobby, Catherine et les enfants cuisinent pedant que Ronald est aux courses avec Jonathan de Marama.

Puerto Bahia (1)Puerto Bahia (4)Puerto Bahia (3)

Category: Uncategorized  | 2 Comments
La baie de Samana et Los Haïtises, République dominicaine Mar 03

Ahhh, enfin!!! On se retrouve à nouveau en voyage! À nouveau de la nouveauté, du dépaysement, des décors grandioses! La baie de Samana en République dominicaine, une baie immense et un bon nombre de petites merveilles à découvrir! …Mais parlons d’abord de notre traversée du Mona, et je serai brève : elle fut excellente! Notre fenêtre météo sans grand vent (entre 10 et 20 noeuds de l’Est) nous a permis à la fois une voile excitante et un parcours sans heurt. Un peu de voile sportive, un peu de voile moteur, des vagues belles, une nuit avec sommeil (! – chose rare en traversée de nuit!), nous sommes arrivés à l’entrée de la baie de Samana au petit matin, en forme!

C’est un départ, ouf rien d’inquiétant à l’horizon! …Et le soleil se couche sur la mer, Marama devant, n’est-ce pas de toute beauté?

Nav vers Samana (1)Nav vers Samana (6)Nav vers Samana (7)

Et pour nous accueillir dans la baie, les baleines étaient au rendez-vous, pour nous, pour nous souhaiter la bienvenue en République dominicaine! Et aussi les montagnes magnifiques. Ici, les cocotiers ne se contentent pas des bordures de plage, ils accaparent toutes les montagnes, c’est magnifique!

baleine1baleine2baleine3Nav vers Samana (24)Nav vers Samana (32)

La baie de Samana fait partie de la zone de migration des baleines. Elles viennent y mettre bas et faire grandir leur petit avant de retourner dans les eaux tempérées du nord.

Ah oui, et, en navigation pendant son quart de nuit, Catherine a reçu un poisson volant sur la tête! Un tout petit, pop! Et l’a remis à l’eau pour ne pas qu’il meurt. Mais au matin, nous en avons trouvé un autre sur le pont, tout sec celui-là, le pauvre.

Samana (4)Samana (5)

Nous nous arrêtons à la petite ville de Santa Barbarra de Samana. C’est là que nous y faisons notre entrée au pays. Chère la République dominicaine… 33$ pour le port, 70$ pour le bateau, 12$ par passager… la facture est salée, mais bon, il faut ce qu’il faut.

Nav vers Samana (27)Samana (3)Samana (1)Samana (7)

Heureusement, on y mange pour presque rien, moins de 8$ pour trois repas bien locaux dans les petits lolos de bord de rue, on adore et c’est pour ça qu’on a tant envie de la République! Des montagnes de riz, des bouts de viandes plein d’os et de nerfs, petite salade, friolles et autre bol mystère, parfait! Sans oublier les cabots qui trainent autour!

Samana (9)Samana (11)Samana (19)Samana (15)Samana (18)Samana (20)Samana (10)

Puis nous nous rendons en un endroit fabuleux : El Parque National de Los Haïtises. Nous y passons trois journées revigorantes à arpenter ses décors grandioses aux allures de jurasique parc, avec ses pains de sucre rocheux desquels pendent les lianes et la mousse espagnole. Et au-dessus il y a les oiseaux qui survolent et planent en des cercles réguliers et qui, en cet endroit bien particulier, pourraient bien être des pérodactile témoins d’un autre temps!

Los Haitises (9)Los Haitises (11)Los Haitises (12)Los Haitises (8)Los Haitises (10)Los Haitises (14)Los Haitises (19)Los Haitises (6)Los Haitises (20)

Trois autres voiliers nous rejoingnent dans notre petite baie bien abritée, deux québécois et un français. Une baie entière de francophone! Il y avait longtemps que nous avions eu autant de bateaux-copain autour de nous et nous en profitons bien! À nous s’ajoutaient nos copains de Marama, Denis et Louise des Québécois de Sorel du voilier Dartagnan, une gentille famille parisienne, Stephane et Anne avec leur trois enfants Batiste, Lucie et Pauline du catamaran YSun Son et finalement Amélia1, François et Doris, également Québécois. Ensemble nous partons à la découverte de la mangrove de Los Haïtises et surtout, de ses cavernes!

Rassemblement des dinghy chez YSun et on y va!

Los Haitises (22)Los Haitises (28)Los Haitises (27)Los Haitises (32)Los Haitises (61)Los Haitises (30)Los Haitises (31)

Tous les petits mousses et le groupe des francos en entier!

Los Haitises (52)Los Haitises (55)

Nous ne nous attendions pas à de si impressionnantes cavernes! Elles sont immenses et profondent. De vrais galeries dans lesquelles il est facile d’imaginer des hommes de la préhistoires s’y accroupir pour y faire leur feu, y vivre et s’y abriter à une époque lointainte.

Los Haitises (34)Los Haitises (49)Los Haitises (46)Los Haitises (50)Los Haitises (51)Los Haitises (48)Los Haitises (41)Los Haitises (36)

Des dessins tapissent d’ailleurs certains murs des cavernes. Nous les trouvons un peu étranges ces dessins, mais ce seraient de réels vestiges des premiers habitants de ces grottes… 

Los Haitises (42)Los Haitises (43)Los Haitises (44)Los Haitises (40)

On repart en dinghy pour trouver d’autres cavernes encore dans une autre baie un peu plus loin. La nature est vraiment belle! Les enfants ont bien du plaisir à jouer aux petits singes avec les racines qui pendent des falaises!

Los Haitises (63)Los Haitises (64)Los Haitises (72)Los Haitises (70)Los Haitises (66)Los Haitises (67)Los Haitises (68)

Le lendemain nous repartons à nouveau, vers le fin fond de la baie de San Lorenzo cette fois pour parcourir un autre bras de rivière, une longue avancée dans le coeur de la mangrove. Ces mangroves sont magnifiques et nous rappellent la Indian River avec son repère de la sorcière Calypso du Pirate des Caraïbes. Nous arrivons au bout de la rivière et poursuivons à pied. Nous sommes dans la campagne dominicaine, un décor de plaines surplombées de montagnes qui rappelle de beaux souvenirs à Catherine qui avaient fait son premier projet de solidarité international en République dominicaine il y a plus de vingt ans, le décor était ainsi, de pâturage et de palmiers, de montagne de cocotiers. 

Los Haitises (73)Los Haitises (76)Los Haitises (80)Los Haitises (75)Los Haitises (78)Los Haitises (90)Los Haitises (88)Los Haitises (82)Los Haitises (83)Los Haitises (85)Los Haitises (86)Los Haitises (89)

Nous atteingons au bout de la piste l’Ecolodge Cano Nondo où nous passerons la journée entière car ici se trouvent plein de bassins, de cascades, de sentiers, de cavernes, de racoins à explorer, un terrain de jeux plus que parfait pour nos 8 enfants qui peuvent s’en donner à coeur joie et pour les grands aussi qui y prennent tout autant de plaisir! 

Los Haitises (92)Los Haitises (91)Los Haitises (94)Los Haitises (93)Los Haitises (96)Los Haitises (105)Los Haitises (118)Los Haitises (99)Los Haitises (102)Los Haitises (98)Los Haitises (100)Los Haitises (101)

Qu’est-ce que Julien et Léa s’apprêtent à faire selon vous?? De la spéologie? De l’alpinisme?

Los Haitises (107)Los Haitises (109)

Non! Du Zip Line!!! YAHHHOOOOOOO!!!!!!!

Los Haitises (110)Los Haitises (111)Los Haitises (113)Los Haitises (116)Los Haitises (114)Los Haitises (115)

Alors, belle journée vous pensez?? Oh oui!! Vraiment Los Haïtises, un arrêt à ne pas manquer!

Puerto Rico d’Est en Ouest Feb 23

Nous voilà désormais en mode « on avance »! Si bien que nous traversons Puerto Rico à coup de 25-35 miles par jour, s’arrêtant rapidement pour la découvrir un peu plus car, nous l’avions vite navigué à l’aller. Bahia de Jobos, Ponce, Caja de Muertos, Gilligan’s Island, Boqueron, Mayaguez, voilà notre Puerto Rico de 2015.

    carte puerto rico

Des mouillages souvent bien protégés où nous dormons bien, de la mangrove, des récifs. Mais Puerto Rico est plutôt une étape entre les Iles Vierges et la République dominicaine, pas tant une destination. Mais contre tout attente, c’est ici que nous avons vu nos premiers perroquets!!!

Ponce (5)Ponce (8)Ponce (6)

…Alors que nous étions à la Guancha de Ponce pour un petit verre de fin de journée, soit en pleine ville!! Et dire qu’on les cherchait dans les forêts tropicales!

Ponce (18)Ponce (15)Ponce (17)

À Ponce, en plus de nos perroquets (!), nous avons cette fois-ci pris le temps de visiter le Ponce Viejo, la vielle ville, avec ses bâtiments restaurés et sa caserne de pompiers plus que centenaire en plus de compléter l’approvisionnement d’Oséo. Nous sommes prêts pour les Bahamas où tout coûte une fortune, les cales sont bien pleines!

Ponce (56)Ponce (54)Ponce (42)Ponce (45)Ponce (52)Ponce (25)Ponce (27)Ponce (28)Ponce (22)

L’ancienne caserne de pompier devenu petit musée, très distincitive en rouge et noire.

Ponce (39)Ponce (35)

Notre mouillage favori aura été celui de Bahia de Jobos que vous avez vu au dernier post. Niché au creux de la mangrove, il nous rappelait l’Intracostal des États-Unis dans ce qu’il a de plus beau. Nous avons aussi bien aimé Caja de Muertos, une petite île à sept miles de Ponce avec sa plage, sentiers de randonnée jusqu’au phare tout en haut et vue superbe sur une prairie ondoyante et la mer battant sa côte Est.

Caja de Muertos (9)Caja de Muertos (17)Caja de Muertos (14)Caja de Muertos (10)Caja de Muertos (22)Caja de Muertos (24)Caja de Muertos (26)Caja de Muertos (31)Caja de Muertos (42)Caja de Muertos (39)Caja de Muertos (63)Caja de Muertos (48)Caja de Muertos (50)Caja de Muertos (58)Caja de Muertos (60)Caja de Muertos (11)Caja de Muertos (65)

On s’arrête à Gilligan’s Island mais on ne fait que passer, pas le temps de visiter car on aperçoit une ouverture pour traverser vers la République dominicaine, une navigation de plus de 24 heures et le passage du fameux Mona Passage. Donc on continue, prochain arrêt : Boqueron quelques 28 miles plus loin. Nous y atterrissons un dimanche, c’est la fiesta partout, sur l’eau et en ville! Boqueron ne manque pas d’ambiance, mais nous avons beaucoup à faire donc pas le temps de s’attarder à déguster les huitres, palourdes et empanadas offertes dans tous les petits kiosques de bord de rue, ni de temps pour la très longue plage qui nous appelle pourtant! Vite, il nous faut cuisiner notre traditionnel pain aux bananes des traversée. Demain sera la traditionnelle salade de pâte des traversées, en plus de sandwichs et crudité en quantité, nous serons prêts!

Boqueron (5)Boqueron (7)Boqueron (8)Boqueron (9)

Départ vers Mayaguez, le temps est d’un calme… On y fait nos douanes de sorties et on réussi enfin à se jaser avec Marama pour organiser notre traversé à venir! Pas facile avec ces déplacements quotidiens!

Boqueron (12)Boqueron (16)Mayaguez (1)Mayaguez (3)

Ouf, prêt pas prêt, on y va! Demain, on saute dans le Mona Passage et après-demain on sera en  République dominicaine!!! Souhaitons-nous bonne nav, vent et mer douce!

Vieques sous teintes de gris Feb 18

Vieques est pourtant si jolie… Mais dès que nous y sommes arrivés, le ciel s’est couvert de gris pour ne plus le quitter, pendant cinq jours… Cinq jours! Je crois que c’est un record de temps gris sous nos tropiques. Je sais, vous, vous batttez des records de froid… On en vient qu’à oublier ce froid terrible de février, ce que ça ne nous manque pas… Mais ce temps gris ici, c’est si dommage car Vieques étaient pour nous un grand coup de cœur l’an passé et nous avions très hâte d’y revenir pour visiter ses autres baies toutes sauvages et isolées. Nous voulions aussi en faire le tour en Jeep, mais on a annulé car sous la pluie, ce n’est pas aussi bien et au prix que nous coûtait le jeep, mieux valait l’apprécier à plein.

Mais même en gris, Vieques reste une île qu’on apprécie particulièrement. Pour son aspect sauvage et hors du monde, pour les gens qu’on y rencontre et qui y viennent parce qu’ils aiment cette île bien différentes des autres. Nous sommes seuls, seulement quelques aventuriers en jeep de jour et aucune âme qui vive le soir. Pêche, plongée, plage bordée d’arbustes rabougris, ce n’est pas la carte postale caraïbe, mais c’est le bonheur du bourlingueur des mers.

Bahia de las Chivas, nous y sommes le seul voilier dans cette baie sauvage. Le soleil a brillé lors de notre arrivée pour vite disparaitre sous la pluie les deux jours suivants. On parvient tout de même à une petite escapade à terre pour une partie de plage et body board, sous la pluie!

Vieques Las Chivas (8)Vieques Las Chivas (12)Vieques Las Chivas (11)Vieques Las Chivas (16)Vieques Las Chivas (18)Vieques Las Chivas (17)

Ouf, le grain qui menace à nouveau.

Vieques Las Chivas (19)Vieques Las Chivas (13)

Changement de mouillage, direction Ensenada Sun Bay, encore sous le gris… Mais une éclaircie semble se dessiner, vite, on arrête tout pour se dégourdir le corps sur la longue plage. Et ici, c’est le domaine des chevaux, plein de chevaux qui vivent en toute liberté sur l’île. Il y en aurait plus de 3000!

Vieques Sun Bay (6)Vieques Sun Bay (8)Vieques Sun Bay (27)Vieques Sun Bay (31)Vieques Sun Bay (21)Vieques Sun Bay (20)Vieques Sun Bay (23)Vieques Sun Bay (19)

Nous passons plus d’une heure à les observer, surtout ce tout petit poulain nouveau-né tout frêle sur ses nouvelles pattes.

Vieques Sun Bay (26)Vieques Sun Bay (25)Vieques Sun Bay (24)Vieques Sun Bay (10)

On se rend à Esperanza, c’est dimanche et les gens se retrouvent sur la plage ou dans les buvettes. Les rythmes latins animent la rue, ambiance festive! 

Vieques Esperanza (1)Vieques Esperanza (4)Vieques Esperanza (5)Vieques Esperanza (6)Vieques Esperanza (9)

Mais le répit soleil est de courte durée. Lundi 16 février, c’est plus gris que jamais. On passera la journée entière à l’intérieur, aucun répit soleil. Tout est détrempé et rien ne sèche. École, lego, pêche pour Ronald et quelques langoustes au souper (au moins!), puis cinéma-bateau.

Vieques Sun Bay (38)Vieques Sun Bay (39)

Et bien, tant pis, on t’aime quand même Vieques! Mais nous reprenons tout de même la route… Et oui, il nous faut avancer! Le temps passe rapidement, nous n’avons plus que quatre mois devant nous et la route est longue jusqu’au froid Canada. Et enfin, le soleil brille à nouveau sous nos tropiques, la mer est belle et nous naviguons vent arrière. La vie n’est-elle pas merveilleuse? Nous revoilà à Puerto Rico sous drapeau, jaune signifiant que notre entrée, soit nos douanes, ne sont pas faites. Une pause parfaite dans la Bahia de Jobos, un petit mouillage entouré de mangrove où nous sommes le seul et unique bateau. Toute cette beauté juste pour nous. Ne sommes-nous pas les plus chanceux du monde?

Culebra (1)Bahai Jobos (5)Bahai Jobos (6)Bahai Jobos (1)Bahai Jobos (7)Bahai Jobos (11)Bahai Jobos (9)Bahia Jobos (1)Bahia Jobos (2)

Les “Wild” Vierges espagnoles Culebra et Vieques Feb 13

Vous savez quoi? Nous aimons TOUTES les îles que nous visitons! Elles ont toutes un petit quelque chose bien à elle qui les rendent unique et qui nous font les aimer. Martinique c’était son Mont Pelée, Antigua ses eaux laiteuses trop bleues, St-Vincent ses mouillages sauvages à faire rêver…

Les Vierges espagnoles, elles sont relax. C’est comme toujours dimanche ici. C’est le no stress land par excellence! Personne ne s’en fait avec rien, on peut compter sur tout le monde, pas de vol, pas de crime. Culebra est en plus l’île au mille coqs. Quoi de mieux qu’un chant de coqs pour se faire sentir loin de chez soi! Ici, c’est l’apothéose de chants de coqs! À quatre heures du matin, ils commencent : un premier, puis un autre, et un autre! Au mouillage, nous sommes en plein centre de ce concert de cocoriq qui chantent tous en une cacophonie parfaite, avec parfois le hurlement d’un chien pour varier le ton! C’est le summum du mouillage! Protégé à 360o en plus, des gens sympas, que demander de plus! Mais bouh, on n’entend pas bien l’enregistrement des chants de coqs qu’on a fait (à 4:00 du matin), c’était pourtant si beau.

Culebra (26)Culebra (45)Culebra (43)Culebra (42)

Nous étions donc heureux de repasser par les Vierges espagnoles. Une fois à terre à Culebra, on s’est dit que c’était donc cool quand on s’était loué notre petit kart de golf la dernière fois… Ah oui, c’était vraiment trop drôle de parcourir l’île dans ses côtes qui montent et qui descendent dans notre petit bolide qui faisait des back fire POW POW!!! Ahhh, oui… Mais, pourquoi pas ENCORE?!!! OUI !!!!!!!

Cette fois-ci, nous avons droit à Rapido, c’est son nom! Un beau tout terrain avec des grosses roues! YÉH!!! Et nos copains de Marama font le tour avec nous, eux dans un beau Jeep rouge! YÉH!!! (parce que cinq, ça rentre pas dans un kart, bouh)

Culebra (58)Culebra (59)Culebra (33)Culebra (32)Culebra (62)

On refait pour une deuxième fois le tour de toutes les petites routes de l’île, et avons toujours un fun fou à monter et descendre les côtes! On se croirait en pleine montagne russe!!

Culebra (107)Culebra (30)Culebra (108)

        

On se rend à la plage de Zoni Beach au bout de l’île. Ouf, quelle beauté, à couper le souffle!

Zoni Beach Culebra (3)Zoni Beach Culebra (9)Zoni Beach Culebra (5)Zoni Beach Culebra (6)

Puis on repart plein Ouest pour Flamenco Beach… Re-à-couper-le-souffle et beaucoup de plaisir! La journée est superbe, l’eau est plus claire que jamais, juste trop beau! Et on s’amuse bien avec nos nouveaux copains, Léa avec Cassianne entre filles, Julien avec Emmanuel et Thierry au body board, puis les parents ensembles à papoter!

Flamenco Beach Culebra (34)Flamenco Beach Culebra (22)Flamenco Beach Culebra (11)Flamenco Beach Culebra (12)Flamenco Beach Culebra (3)Flamenco Beach Culebra (9)Flamenco Beach Culebra (16)Flamenco Beach Culebra (38)Flamenco Beach Culebra (30)Flamenco Beach Culebra (32)Flamenco Beach Culebra (37)

On a beaucoup aimé notre tournée de l’île en tout-terrain. On a tellement aimé qu’on se lancera finalement dans la cour des grands à Vieques… Bientôt! À suivre…

Culebra (37)Culebra (63)Culebra (112)

Montage-vidéo des Iles Vierges! Feb 08

Tel que promis, voici photos et vidéos de nos vacances dans les Iles vierges américaines et britanniques dans ce long métrage de notre cru! Vidéos sous-marins de nos plongée, surf des enfants, navigations, cocktails et noix de coco, de quoi vous donner envie de passer vos prochaines vacances dans les Iles Vierges! Musique Maestro!

Notre belle Visite en vacances dans les Vierges! Feb 07

Nous venons de passer une semaine intense de vacances dans les Iles Vierges! Ouf, pas nécessairement reposant, mais comme ça été bon! Revoir des gens qu’on aime, Mylène, la cousine de Catherine et marraine de Léa avec son conjoint Olivier, se retrouver et passer plus de temps ensemble qu’on n’en a jamais passé depuis les vingt dernières années! Courir d’un endroit à l’autre, prendre trois boules de mouillage dans la journée pour en faire le plus possible, y aller de plongée en randonnée, de baignade en Happy Hour, une vraie semaine de Charter!!

Les voilà qui arrivent! On se donne rendez-vous au Fat Turtle, à la marina Yacht Haven, et nous voilà parti!  À NOUS LES VACANCES !!! À NOUS LES ILES VIERGES !!!

Charlotte nav (4)Charlotte nav (7)Charlotte nav (9)

Après une première nuit à bord (où tout le monde a plutôt bien dormi, c’est un bon départ!), on quitte Charlotte-Amalie des USVI pour les BVI. Un court arrêt à Soper Hole pour les douanes et un petit goûter, c’est mignon avec ses petites bâtisses colorées, mais on doit poursuivre jusqu’à Buck Island avant la fin de la journée, vite! Nous jetons l’ancre vers 17h30. Une longue première journée, mais qui nous permet d’être tout à côté des fameux The Bath, un incontournable des vierges.

La navigation se passe bien, c’est bon, on a de bonnes recrues!

Cooper Island (4)Soper Hole (2)Charlotte nav (18)Soper Hole (13)Soper Hole (11)Soper Hole (6)Soper Hole (12)Buck Island (1)Buck Island (2)

Lendemain matin, Ah!!!! The Bath, toujours aussi insolites et captivant, même à notre deuxième passage (Premier passage ici)! Un dédale de passages au travers de gros rochers à grimper, patauger, se faufiler! La houle du Nord (qui nous compliquera la vie tout au long de la semaine…) rend les bassins agités et la natation sportive, mais l’arrêt est encore aussi génial, nos invités adorent! Yé!

The Bath (38)The Bath (39)GOPR0302The Bath (10)The Bath (7)The Bath (9)The Bath (16)The Bath (17)The Bath (19)The Bath (12)The Bath (8)The Bath (21)GOPR0340The Bath (31)GOPR0294The Bath (40)

The Bath secoué par la houle ne donne pas envie de s’éterniser à bord, on repart sitôt de retour à Oséo, un retour à la nage svp tout comme l’aller, ce qui met un peu de piquant à la visite, surtout avec les remous causés par la vague qui entre entre les rochers! Nos invités trouvent que nous avons de très bons enfants-nageurs, c’est bien vrai! De vrais petits dauphins, ils nagent le tout avec facilité malgré la distance et le remous!

Cooper Island, une nouvelle île pour nous et vraiment une belle découverte. Une belle plage, une cloche qui sonne l’ouverture du Happy Hour au Cooper Island Beach Club, nous voilà, on arrive!

Cooper Island (11)Cooper Island (13)Cooper Island (19)Cooper Island (14)Cooper Island (25)Cooper Island (30)Cooper Island (18)Cooper Island (21)

Mais la grosse vague qui se met à entrer dans le mouillage au courant de la nuit nous chasse au tout petit matin. À peine levés, nous levons l’ancre car c’est un vrai rodéo à bord et dans le mouillage! Ce sera à Peter Island que nous prendrons le déjeuner pour ensuite aller s’y aventurer à grimper ses sentiers et goûter à la belle plage de Deadman Bay.

Peter Island (2)Peter Island (1)Peter Island (25)Peter Island (8)Peter Island (6)Peter Island (14)[5]Peter Island (30)Peter Island (26)Peter Island (31)

Après la ballade sous le chaud soleil, on apprécie d’autant plus l’eau fraiche de la plage. Et pourquoi pas un petit repos, monsieur l’homme…

Peter Island (37)Peter Island (36)Peter Island (43)Peter Island (63)Peter Island (50)Peter Island (48)Peter Island (49)Peter Island (59)

Nous tenions absolument à emmener notre visite à Cane Garden, une de nos favorites lors de notre dernier passage. Mais il y a cette fois-ci cette grosse houle du nord qui perdure depuis des jours, grrrrr…. Impossible de s’y rendre et notre autre favorite, Cinnamon Bay sur l’île de St-John, toujours cette houle qui déferle sur la plage. De paradis de beauté sauvage paisible, elle devient une aventure épique pour tenter l’atterrissage à terre. Impossible d’y beacher le dinghy, on doit tous sauter à l’eau dans les rouleaux de vagues et nager jusqu’au bord, Train Train sera ancré plus loin. Le coup d’œil est loin d’être aussi paradisiaque… Mais on suit le plan de se rendre à pied jusqu’à Trunk Bay où la plongée est supposément très belle.

Heureusement qu’un pick-up nous prend en route car la marche aurait été drôlement longue. Au lieu, c’est drôlement amusant!

St-Jonh Francis-Maho Bay (11)St-Jonh Francis-Maho Bay (10)St-Jonh Francis-Maho Bay (13)St-Jonh Francis-Maho Bay (15)

Mais à Trunk Bay, c’est fermé, drapeau rouge, baignade interdite. Grrrrrr cette houle… Retour en taxi, on se contentera des plages de Maho et de Francis, celles-ci moins paradisiaques, mais protégées des vagues. Et après tout, le soleil brille, l’eau est turquoise, les poissons nous sourient sous l’eau, les conches sont partout, de mini à géantes, Olivier admirera même une belle tortues manger sous l’eau, nous ne sommes tout de même pas à plaindre!

St-Jonh Francis-Maho Bay (17)St-Jonh Francis-Maho Bay (20)St-Jonh Francis-Maho Bay (21)St-Jonh Francis-Maho Bay (25)St-Jonh Francis-Maho Bay (26)

Heureusement, le vent baisse et un jour parfait se lève pour le lendemain. Soleil, mer calme et plongée à couper le souffle sont à l’ordre du jour. D’abord The Indians que nous avions fait près d’un an plus tôt puis The Caves, une nouvelle pour nous. La première est toujours aussi belle, avec la danse des coraux qui valsent au gré des mouvements de l’eau, ses poissons multicolorent. The Indians est un véritable jardin sous-marin!

The Indians (14)The Indians (8)The Indians (15)The Indians (10)The Indians (20)The Indians (18)The Indians (16)The Indians (17)The Indians (21)

Mais The Caves, sur l’île de Norman Island! Wow!!! Nous prenons une boule de mouillage à quelques dizaines de mètres de la falaise et nous voyons les cavernes baignées par une eau tellement claire! Quel endroit! Quelle plongée fabuleuse! Les falaises descendent à pic, on y voit une magnifique raie léopard, un groupe de calmars aux couleurs scintillantes, des bancs de Blue Tang et pour clore le tout, une magnifique tortue posé sur le corail qui mange doucement. On la regarde, elle nous regarde. Nous resterons longtemps à l’admirer, quel moment merveilleux.

The Caves (1)The Caves (8)

Mais le must ici, ce sont les cavernes que nous pouvons parcourir avec nos palmes-masques-tubas. Le temps à nos yeux de s’habituer à l’obscurité et nous pouvons pénétrer dans les trois grottes, une par un long passage noir et étroit se terminant en cul-de-sac, une autre qui nous offre une voûte rocheuse au-dessus de la tête et des poissons multicolores sous les palmes et la troisième avec une ouverture lumineuse et des lianes suspendues…. C’est complètement… wow!!

The Caves (9)The Caves (7)The Caves (10)DCIM\100GOPRODCIM\100GOPROThe Caves (11)The Caves (18)

Oh que oui, ces deux plongées sont absolument à ne pas manquer! À cette matinée parfaite s’ajoute l’après-midi parfait dans la grande baie de The Bight sur Norman Island. L’eau est chaude et claire, une petite plage, les enfants surfent sur Paddle, on s’ouvre une noix de coco trouvée sur la plage et le tout se termine avec petits Rhum Punch et Pain Killer, les spécialités des BVI… Ahhh la belle vie!

Norman The Bight (9)Norman The Bight (15)Norman The Bight (7)Norman The Bight (11)Norman The Bight (5)Norman The Bight (10)Norman The Bight (18)Norman The Bight (24)Norman The Bight (6)Norman The Bight (8)

Plus qu’une journée à notre semaine de charter… on rentre tranquillement à Charlotte-Amalie mais faisons d’abord découvrir en route une autre de nos favorites : Lameshur Bay découverte la semaine dernière, avec ses eaux claires bordées de cailloux à explorer en kayak et paddle. Profitez-en les amoureux!

Great Lameshur (13)Great Lameshur (12)Great Lameshur (10)Great Lameshur (11)Great Lameshur (9)Great Lameshur (5)

Finalement le retour à Charlotte-Amalie où notre visite s’est pris une chambre à l’hôtel de Barbe Noir! Charlotte-Amalie, nous lui avions décerné un « Destination Coup de Cœur » à notre premier passage et elle nous séduit encore. C’est définitivement la plus belle ville des Antilles avec ses bâtiments, anciennement des entrepôts de pierre habillement transformés en galerie d’art, bijouteries luxueuses et boutiques souvenirs. Même sans souhaiter acheter, il est juste bon de simplement déambuler dans ses allées étroites agréablement ombragées. Mais la qualité des œuvres offertes ici nous feront ouvrir un peu trop les cordons de la bourse, on repart avec des souvenirs magnifiques. Ce que se sera beau dans notre maison!

Charlotte Amalie (4)Charlotte Amalie (19)Charlotte nav (1)Charlotte Amalie (13)Charlotte Amalie (10)Charlotte Amalie (23)Charlotte Amalie (22)Charlotte Amalie (27)Charlotte Amalie (18)Charlotte Amalie (6)Charlotte Amalie (21)Charlotte Amalie (7)Charlotte Amalie (24)Charlotte Amalie (25)Charlotte Amalie (26)Charlotte Amalie (16)Charlotte Amalie (31)Charlotte Amalie (30)

Alors au revoir Mylène et Olivier! Vous avez été une visite merveilleuse! Olivier tu nous a bien diverti avec tes plongeons matinaux quotidiens pour récupérer les maillots échappés à l’eau! Vous êtes partis et ça nous fait comme un gros vide dans le bateau, vous nous manquez déjà… On vous aime! Si le voyage se poursuivait, vous seriez à tout coup les bienvenus à bord!

Et pour terminer, un petit cadeau-montage de vos vacances avec nous… au prochain post! Besoin de plus d’internet pour ça! XXXXX

Category: 2014 : Haïti - Iles vierges  | Tags: ,  | 2 Comments
Julien et Léa vous répondent! Feb 02

Les élèves de la classe de Manon de l’école de Normandie, notre école au Québec, ont posé quelques questions à leurs deux camarades-voyageurs! Après une absence de plus de trois semaines d’internet à bord d’Oséo (depuis St-Kitts en fait début janvier), voilà qu’ils ont enfin pu y répondre, alors voici les échanges!

Questions à Léa

Bonjour Léa, Aimes-tu voyager?  Aimerais-tu être au Canada?  Aimes-tu nager?  Nous on te trouve chanceuse. On a une stagiaire dans la classe.  Elle s’appelle Maude.

Dain et Marika

Bonjour, Dain et Marika. J’aime beaucoup voyager et nager surtout avec mon masque parce que l’eau salé ça pique les yeux! De temps en temps je m’ennuie un peu du Canada. C’est amusant que vous ayez une stagiaire.

LéaJolly Harbour (56)

Est-ce que c’est facile de faire un bonhomme de sable?  Nous on fait des bonshommes de neige.

Shany et Andréanne.

Bonjour, Shany et Andréanne. C’est très difficile de faire un bonhomme de sable! On a besoin du sable collant et souvent les boules se cassent.  Mais ce n’est pas grave car c’est amusant Sourire

Léa

Est-ce que tu aimes faire l’école sur le bateau? As-tu hâte de revenir à l’école de Normandie? Nous on a hâte de te voir.

Dafné et Nihad

Bonjour Dafné et Nihad. J’adore faire l’école sur le bateau. J’ai hâte de revenir à l’école de Normandie, mais ça ne me tente pas de finir le voyage.

Léa

Aimes-tu la vie sur ton bateau?  Peux-tu nous en parler?

Sarah et Jézabelle

Bonjour Sarah et Jézabelle. J’aime beaucoup la vie sur le bateau! J’aime naviguer, j’aime aider avec les manœuvres. C’est toujours moi qui aide à mettre l’ancre du bateau et j’aide à hisser la grande voile. J’adore me baigner derrière Oséo et j’aime me promener sur Paddleboard!

croby (224)croby (246)

Léa

Ici il fait très froid.  Parfois, on ne peut pas sortir à la récréation.  Tu es chanceuse d’avoir chaud.

Andrès et Marwa

Bonjour Andrès et Marwa. C’est vrai qu’ici il fait très chaud. Il fait toujours 30-31o et quand il fait 26o on a froid! Ça ne me tente pas de retourner dans le froid!

Léa

Sint Marteen (36)

Questions à Julien

Bonjour Julien,

Est-ce que tu manges souvent au restaurant?  Qu’est-ce que tu aimes manger? Que fais-tu en ce moment?

Guillaume, Elio et Mathieu

Bonjour Guillaume, Elio et Mathieu, Nous mangeons quelque fois au restaurant. Mes plats préférer sont le colombo de poulet, les paties jamaïcain et les roties. Le colombo de poulet c’est du poulet en fricassé avec une sauce au curry. Les paties jamaïcains sont des genres d’empanadas au boeuf épicé. Les roties sont du poulet au curry enveloppé dans un pain non gonflé. En ce moment je vous écris mais avant je faisais de l’école. Julien

Petite Martinique (56)Roti!

En classe, nous avons fait une bande-dessinée de Galoche, tous les élèves de 2e année.  Galoche est un chien qui mange de la viande et qui court vite.

Jacob et Moussa

Bonjour Jacob et Moussa, moi aussi j’ai fait une bande dessinée de Galoche en 2e année. Cette année j’ai fait une bande dessinée du Père- Noël qui mange trop de biscuits et est gros! Julien

As-tu rencontré beaucoup d’amis depuis le début de ton voyage?

Mehdi et Hevra

Bonjour Mehdi et Hevra., j’ai quand même rencontré beaucoup d’amis. Il y a Raphaël et Xavier de Rêve d’Océan, Raphaël de Grégal et Malo, Elian et Pacome de Cataja.

Tobago Petit Bateau (9)Piscine (4)

Julien

Nous avons vu des langoustes sur votre blogue.  Est-ce que tu en as mangé?  Est-ce que tu aimes ça?  Qu’est-ce que cela goûte?

Félix et Henri

Bonjour Félix et Henri, j’ai déjà mangé des langoustes, plusieurs fois même. J’aime quand même ça. La langouste ça goûte un petit peu la crevette avec un gout de homard. Sa texture est comme la crevette mais plus ferme.

Bequia (24)Marie-Galante (33)

Julien

Est-ce que tu as vu une baleine ?  Ce doit être impressionnant!

Omer

Bonjour Omer, j’ai vu plusieurs fois des baleines. J’en ai déjà vu une sauter et c’était très impressionnant! On voit aussi des dauphins et des tortues. On est toujours contents de voir des animaux marins, même si les tortues, on est rendu habitué!

tortue (27)tortue (17)IMG_8661IMG_8673

Julien

Après Ste-Croix, Oséo de retour dans les Vierges! Jan 28

Oséo est de retour dans les Iles Vierges! Nous sommes dans les Vierges américaines et, encore, c’est magnifique!

Buck Island (17)US Lameshure Bay (38)Cruz Bay Salomon Beach (2)

Au moment où nous avions décidé de mettre une croix sur notre Amérique centrale pour notre deuxième année de voyage, nous craignions le retour obligé par les mêmes îles, une répétition de l’an 1. Mais il n’en est aucunement ainsi. Depuis notre remontée de Grenade, nous avons presque toujours foulé de nouvelles routes, de nouvelles baies, de nouvelles îles. Nous sommes bien repassés par la Guadeloupe, la Martinique, Antigua…, mais nous y avons visité de nouveaux endroits, avons découvert des petits coins tout neufs, nous avons beaucoup plus profité des fonds marins par la plongée et la pêche et souvent, la météo plus clémente nous a fait adorer des endroits que les forts vents ou le roulis nous avait fait moins aimer. De nombreuses nouvelles îles se sont aussi ajoutées, des îles que nous n’avions pas prévu faire comme Nevis, St-Kitts, Saba, des merveilles, et maintenant Ste-Croix. Revenir sur nos pas aura finalement été une belle affaire et une nouvelle aventure!

Ste-Croix. Vous vous souvenez que nous avons quitté Saba pour une navigation par une nuit sans vent, à moteur. Quelle idée? Nous aurions en effet mieux aimé filer à voile. Mais voilà que le 20 janvier c’est l’anniversaire de notre capitaine et que l’an dernier, Capi a eu droit pour son anniversaire à la pire des journées de tout notre voyage, alors que nous étions entre les Bahamas et Haïti. Alors cette année, il était hors de question d’un deuxième anniversaire moche. Saba était splendide, mais on en avait fait le tour et le mouillage rouleur est bien le pire des scénarios pour notre Ron!

Bonne fête Capitaine! Le voilà après une nuit de navigation, pas tout à fait frais, mais bien dispo!

Nav Ste-CroixSt-Croix (2)

C’est donc à Ste-Croix, une île appartenant aux Iles Vierges Américaines, que ce sont fêtées les anniversaires de nos hommes à bord, car le 20 c’est Ronald qui vieillit d’un an, mais le 22, c’est notre mousse Julien!

Bonne fête Ronald! Un peu de fatigue après cette nuit à veiller, mais nous partons tous  à la découverte de Christianted pour y dénicher un joli resto parfait! Qu’on ne trouvera pas d’ailleurs, pas de petite cuisine charmante mais beaucoup de burger. C’est les USA!

St-Croix (3)St-Croix (8)St-Croix (13)St-Croix (20)St-Croix (22)St-Croix (28)

Puis au tour de Julien! Au menu : cartes et cadeaux au levé puis visites de la vielle ville de Christianted et ses bâtiments jaune soleil, diner de tacos et gâteau en après-midi dans un petit parc à côté du mouillage avec Rêve d’Océan. Bonne fête mon Ju, 10 ans!

St-Croix (30)St-Croix (33)St-Croix (37)St-Croix (43)St-Croix (48)St-Croix (36)St-Croix (42)St-Croix (38)

Government House, Tacos et Gateau!

St-Croix (49)St-Croix (50)St-Croix (57)St-Croix (63)St-Croix (67)St-Croix (69)

Comme il nous faut attendre la délivrance de notre permis pour la visite de Buck Island, une réserve marine, nous y allons pour un tour de l’île de Ste-Croix avec Rêve d’Océan. La plupart font le tour en jeep car parcourir la Dirt Road serait supposément un must ici. Nous nous contentons du Ford Explorer pour 8, le seul disponible. Un premier arrêt à Whim Estate Plantation, un très beau domaine, ancienne plantation de canne à sucre très bien préservé et restoré.

St-Croix (71)St-Croix (72)St-Croix (81)St-Croix (75)St-Croix (99)

Le sucre fut, comme pour bien d’autres îles des Antillles, l’activité presque unique au 18 et 19e siècle à Ste-Croix, soutenue par une main-d’œuvre esclave. Nous visitons sur le domaine la demeure de l’intendant, meublée de meubles anciens, les ateliers, une réplique d’une maison typique de Ste-Croix, la Nany’s House, très intéressante avec sa pièce unique divisé par de simples rideaux et qui pouvait pourtant logée une grande famille d’une douzaine de personnes. Aperçu des maisons qui pouvaient être celles de nos grands-parents il y a longtemps.

St-Croix (85)St-Croix (83)St-Croix (90)St-Croix (94)

Visite ensuite de Frederiksted, tout à l’ouest de l’île, qui offre un mouillage que nous aurions beaucoup aimé mouiller. La ville est accueillante et invite à déambuler tranquillement, à visiter l’atelier de ses artistes, profiter de la fraicheur du long parc longeant la mer.

St-Croix (107)St-Croix (100)St-Croix (103)St-Croix (101)St-Croix (117)St-Croix (119)St-Croix (120)St-Croix (123)St-Croix (121)St-Croix (113)

Puis pour clore ce tour de l’île, on se dirige vers la fameuse Dirt Road, bien installé dans notre Explorer! Et pour mettre de l’ambiance, une pluie torrentielle digne de toutes les Rain forest s’abat sur notre capot, inondant la route! On se sent peu confiant. Pour la première partie de la route, ça va, mais arrivés au cul-de-sac, ou plutôt à la mini-piste dans les arbres, bien pleine de boue… heu, non! Tout compte fait, on va laisser tomber la Dirt Road en Explorer!

St-Croix (127)St-Croix (129)St-Croix (126)

Ayant finalement en main notre permis pour Buck Island au jour 5, on lève finalement l’ancre pour une nuit à l’île-réserve. Réputée pour ses récifs, la plongée nous offre effectivement un décor impressionnant de corail. Abimé bien souvent, mais d’immenses constructions de corail haute de plusieurs mètres nous font nager dans un labyrinthe en compagnie de grands bancs de blue tang, de barracudas et, dans son château de corail, nous y verrons notre plus grande langouste jamais vu! Une géante! Mais on ne fait que regarder! WAHOOOO!!!!!!

Buck Island GP (3)Plongee Buck Island (9)Plongee Buck Island (11)Plongee Buck Island (1)Plongee Buck Island (12)Plongee Buck Island (5)Buck Island GP (7)Buck Island GP (6)

Ballade par le sentier qui mène au sommet de l’île. La vue y est magnifique et le sentier est amusant avec ses cactus en forme de cowboy!

Buck Island (14)Buck Island (31)Buck Island (29)Buck Island (23)Buck Island (5)Buck Island (37)Buck Island (38)

Départ le lendemain pour Lameshur Bay, dans les Iles vierges américaines. Trente miles plus tard, nous retrouvons la même impression de beauté et de tranquillité en retrouvant l’île de St-John, un immense parc naturel. Nos souvenirs des vierges n’étaient pas surévalués, c’est toujours aussi beau! La baie est magnifique, des eaux clairs aux milles nuances de bleu, brun et turquoise selon le fond de sable, de cailloux ou de coraux qu’elle recèle, la nature est sauvage et aride, cactus, rochers et arbustes habillent les montagnes. L’environnement est tout simplement invitant, invitant à la baignade, la plongée, la ballade en kayak, ce que nous ferons pendant nos trois jours ici après nos tâches matinales d’école, de lessive et de nettoyage.

US Lameshure Bay (2)US Lameshure Bay (11)US Lameshure Bay (43)US Lameshure Bay (12)US Lameshure Bay (14)US Lameshure Bay (22)US Lameshure Bay (29)US Lameshure Bay (32)

Voyez, nous avons découvert une Toute-Petite-Saba!

US Lameshure Bay (21)US Lameshure Bay (20)

Et finalement un dernier arrêt, avant d’aller cueillir notre visite à venir à Charlotte-Amalie, devant la jolie Solomon Beach. Nous en profitons pour nous rendre à Cruz Bay, la ville touristique de St-John. Touristique en effet, Happy Hour impressionnant, terrasses, ambiance. C’est bon!

Cruz Bay Salomon Beach (1)Cruz Bay Salomon Beach (3)Cruz Bay Salomon Beach (8)

Et nous voilà prêts pour notre visite : Mylou et Olivier, on vous attend (tout en roulant dans notre mouillage, beurk…)! En direct de Charlotte Amalie, jeudi 29 janvier!!!

Saba, notre dernière Antilles Jan 27

Saba, quel bijou, quelle beauté, quelle île unique dans les Antilles! Une une île-bijou, île-caillou, comme un diamant émergé de l’eau. Elle est tout en falaise, absolument inaccessible par pratiquement tous ses côtés, aucune plage. Il n’y a que deux façons d’y mettre pied : par l’ancien accès, des escaliers abruptes dans la falaise, ou la nouvelle, un port protégé par une jetée avec une route qui monte en lacet jusqu’aux villages blottis au creux des plateaux-vallés.

             Saba (173)Saba (126)Saba (43)Saba (47)Saba (15)Saba (70)Saba (175)

Saba aura été pour nous notre dernier cadeau des Antilles. C’est notre dernière île des Petites Antilles… C’est un chapitre de notre voyage qui se termine… Mais en grande beauté heureusement.

En navigation vers Saba avec Léa qui barre à voile et maman qui prendra la relève lorsque le vent se lèvera plus fort. Une autre magnifique nav à des vitesses enivrantes jusqu’à 8.5 noeuds.

Saba (1)Saba (2)

On appelle Saba : The Unspoiled Queen. Verte, vierge, trônant majestueusement à plus de 3000 pieds d’altitude, Saba est un paradis de tranquillité, d’unité, de beauté, un refuge à mille-lieu de la sur-activité des mondes modernes.

Saba est une île-caillou, toute petite. Voisine de Statius, à 25 miles de St-Martin, elle ne fait que 5 miles carré de superficie, moins de 10 km carré! C’est pour ainsi dire, une île-village, elle ne compte pas 2000 habitants! Mais tous ses habitants l’ont choisi, ont choisi d’y vivre, car Saba est merveilleuse. Beaucoup s’y sont installés après avoir quitté leur coin de pays et en être tombés amoureux. On y a rencontré un Colombien établis depuis trois ans, Rodney notre chauffeur Sud-Africain installé depuis sept ans avec sa femme boulangère, des Néerlandais, une grand-mère Montréalaises avec sa fille étudiante à l’Université de médecine et ses petits-enfants…

Saba (150)Saba (45)

On a vraiment aimé Saba. L’île en fait, car côté mouillage, Saba n’est pas facile, quoique grandiose. Une île-cailloux, ça n’offre pas grand protection. La houle contourne à tout coup par le nord ou par le sud, si bien que le mouillage est réputé rouleur. Nous y avons bien roulé un peu, mais ce fut somme toute tolérable. Nous avions soigneusement choisi notre moment pour s’y rendre, une fenêtre météo sans vent, la houle était donc longue et douce. Reste que nous n’y avons pas passé nos meilleures nuits.

Saba (16)Saba (156)Saba (28)

Nous y serons tout de même restés trois jours et trois nuits. Le temps qu’il faut pour faire le tour de l’île avec notre chauffeur Rodney, admirer ses points de vue, rouler et marcher sur ses routes impossibles (on appelle d’ailleurs sa route The road that couldn’t be built et un tronçon en particulier The road that shouldn’t have been built!) en plus de se balader dans ses villages – The Bottom et Windwardside, grimper ses milliers de marches dans ses beaux sentiers de randonnées et plongés dans ses eaux incroyablement translucides. Nous y avons vu tortues, des poissons jamais vus immenses, des éponges tubulaires bleues vifs ou violets.

L’arrivée à Fort Bay ne paie pas de mine… On se croit en pleine carrière de gravier! Mais sitôt grimpée sa route en épingle, c’est un tout autre paysage qui s’offre à nous : Saba tout en beauté.

Saba (19)Saba (30)Saba (33)Saba (98)

Nous avons fait le tour de l’île en taxi en compagnie de Rêve d’Océan. Au menu de la journée, la visite entre The Bottom et l’aéroport en matinée, pique-nique et ballade à Windwardside au midi et ascension du Mt. Scenery et ses 1064 marches en après-midi.

Saba (37)Saba (41)Saba (142)Saba (47)Saba (71)Saba (145)

Plaque en l’honneur de M. Lambert Hassel, celui grâce à qui Saba a maintenant sa route. On la dit The road that couldn’t be built parce que les ingénieurs hollandais, après étude de l’île, avaient affirmé qu’il était impossible de construire une route ici. Alors M. Hassel, habitant de Saba, s’est fait livré un cours de construction de route par correspondance et a construit la route! D’où le nom de cette route!

Saba (53)Saba (56)Saba (68)Saba (44)Saba (148)

Windwardside est tout à fait charmant comme village, avec sa boulangerie délicieuse, sa petite épicerie étonnamment bien garnie, ses jolis maisons. Juste ce qu’il faut de touristique, sans plus!

Saba (85)Saba (90)Saba (88)Saba (92)Saba (81)Saba (80)

À midi, au plus chaud, nous entreprenons l’ascension du Mount Scenery, le sommet de l’île. 1064 marches! Une randonnée de trois heures sous la végétation tropicale à grimper et descendre des marches! Une grimpée à pic et une descente glissante!

Saba (94)Saba (99)Saba (129)Saba (101)Saba (131)Saba (132)

Nous y sommes presque, plus qu’une centaine de marches et nous aurons droit à la Scenic View!

Saba (107)Saba (109)

… Et la récompense est grandiose! Toute l’île sous nos yeux, on y voit les village de Bottom, Windwardside, des criques turquoises, des collines sublimes et même l’aéroport!

            Saba (127)Saba (112)Saba (122)Saba (125)Saba (113)

La deuxième journée à l’île, nous la passerons à bord et à l’eau, à se balader en kayak et paddleboard, plonger autour d’Oséo. Et, bien que nous souhaitions attendre le vent pour quitter vers l’Ouest en direction de Ste-Croix, nous quitterons finalement au troisième jour, dans un calme plat tout à fait inhabituel, sans un pet de vent mais une mer absolument plate seulement parcourue d’une très longue houle, à moteur. Comme nous ne prévoyons quitter que vers 15h30 pour une navigation de nuit, nous profitons de la matinée et de notre visite obligatoire à Fort Bay pour la clearance pour retourner à The Bottom, histoire d’y marcher tranquillement, de s’éviter ainsi des heures à se faire rouler à bord (!) et de se rendre jusqu’à « The Ladder ». The Ladder, ce sont les marches dans la falaise, l’ancien unique accès à l’île. La petite cabane qu’on aperçoit, c’était les anciennes douanes. Et l’image des accostages difficiles d’antant…

Saba (22)Saba (140)

Les navires qui arrivaient à Saba, espérant trouver refuge, était souvent obligés d’attendre plusieurs jours avant de pouvoir toucher terre, la houle déferlant sur la falaise rendant impossible un atterrissage. Et une fois à terre, il fallait grimper les 524 marches de pierre avant d’enfin atteindre la douane et la civilisation, parcours exténuant, nous en témoignons! Mais encore une fois, décor et vue magnifique sur la mer et nos bateaux, qui roulent allègrement sur la longue houle!

Saba (152)Saba (160)Saba (159)Saba (154)Saba (155)

Alors un petit repas en ville au chinois (!), quelques derniers pas au village et on redescend vers le port. Faute de taxi, on le fait à pied et c’est assez amusant à descendre cette route!

Saba (164)Saba (166)Saba (168)

Au revoir Saba. Ce fut chance de se croiser et cette île s’inscrira définitivement parmi nos plus belles visitées.

Le soleil qui se couche sur l’horizon alors qu’Oséo avance doucement vers notre prochaine destination, Ste-Croix. La navigation à moteur n’est pas aussi belle que la voile, mais il est si bon de voguer sur une mer calme, notre esprit a toute liberté pour aller d’une pensée à une autre.

Nav vers Ste-Croix (6)Nav vers Ste-Croix (9)Nav vers Ste-Croix (8)

Et nous pouvons manger avec appétit en mer, et même cuisiner!

Nav vers Ste-Croix (3)Nav vers Ste-Croix (5)

… et comme la mer est calme et qu’il fait très chaud, on s’échange des Mr Freeze d’un bateau à l’autre! Voyez l’échange qui se fait en pleine nav dans le sac suspendu au bout de la gaffe!

Nav vers Ste-Croix (2)

——————

Quelques images d’Anguilla, que nous avons visité entre St-Martin et Saba. Une seule nuit passée, île réputée pour ses plages mais coûteuses à visiter, à moins de ne rester qu’à Road Bay où c’est alors tout à fait gratuit. Ce que nous avons fait! Et un tampon de plus au passeport!

Les enfants en conversation au bureau des douanes avant une ballade sur la plage et l’unique rue de Road Bay. Une bien courte visite! Mais du magnifique sable fin sous les pieds.

Anguilla (10)Anguilla (4)Anguilla (15)Anguilla (14)Anguilla (11)

Category: 2014-15 : Petites Antilles  | Tags: ,  | 2 Comments
St-Kitts. St-Barth. Sint Marteen. Jan 13

J’ai dit déjà que la nature de St-Kitts était des plus belles. Couleur, montagne, nature sauvage. Et bien nous l’avons admiré encore un peu en quittant l’île, la contournant par le nord, longeant sa côte sous le vent doucement poussé par un vent de dos. Nous avons dépassé Basseterre, soupçonné ses petits villages, admiré sa forteresse de Brimstone Hill pour finalement s’engager entre St-Kitts et sa voisine, l’île de Statius, sur laquelle nous avions une vue superbe de son volcan.

St-Kitts (15)St-Kitts (8)St-Kitts (4)St-Kitts (3)

Comme toujours en cette année de remontée vers le Nord, la navigation a été belle. Douce derrière l’île de St-Kitts, rapide en mer jusqu’à St-Barth. Une belle moyenne de 7,1, un ris dans la Grand-Voile, tous à bord qui se portent bien, on s’en réjouit. Et nous arrivons à St-Barth pour y retrouver nos bons amis de Cataja vers 15h00, eux qui s’y sont établis, pour quelques mois, dans le port de Gustavia. Pour une première fois, le mouillage est plus que tenable, il est même bon, ça bouge à peine. Eau magnifique, tortues tout autour, la chic Gustavia avec ses yachts de milliardaires et ses boutiques grand-luxe nous sourit cette fois-ci! Enfin!

St-Barth (37)St-Barth (36)St-Barth (44)St-Barth (14)St-Barth (66)St-Barth (8)

On retrouve avec plaisir Antoine, Eurielle, Malo, Elian et Pacome de Cataja, les uns après le retour de l’école à terre, l’autre après le boulot. C’est la vie de terrien pour nos copains, le temps de renflouer la caisse de bord. Et comme ils ont une voiture, Antoine nous offre le tour de l’île commenté pour le lendemain!

St-Barth (5)St-Barth (11)St-Barth (14)St-Barth (12)St-Barth (10)St-Barth (18)St-Barth (15)St-Barth (13)St-Barth (21)St-Barth (28)St-Barth (26)

Gustavia nous plait beaucoup et nous aimerions y flâner plus longtemps et profiter de nos derniers moments avec Cataja, mais nous sommes en répit météo que pour quelques jours, entre les deux gros systèmes qui nous ont obligés à se cacher à St-Kitts & Nevis déjà et le suivant qui nous oblige à vite monter sur St-Martin.

Ah… être à Gustavia… avec toutes ses bonnes adresses, ses restos de luxe… pour manger… des burgers ??? Que voulez-vous, budget! Budget. Mais c’est le petit truc rempli de locaux, bien ok.

St-Barth (41)St-Barth (12)St-Barth (43)

Gustavia et Shell Beach, la belle plage de coquillage. On tenait à y revenir pour prendre une belle pelleté de ces jolis coquillages qu’on mettra dans notre bouteille souvenir, pour le retour.

St-Barth (51)St-Barth (53)St-Barth (55)St-Barth (57)St-Barth (54)

Nous profitons de la dernière journée avant le gros vent pour nous arrêter à l’Ile Fourchue où nous jouerons à grimper les bosses du chameau! Les décors sont grandioses, de dénuement, d’aridité et de rochers.

Ile Fourchue (1)Ile Fourchue (7)Ile Fourchue (9)Ile Fourchue (22)Ile Fourchue (23)

Nous amorçons la grimpé d’une première bosse dans soucis, mais à la seconde, nous n’avons pas fait quatre pas qu’on se prend tous des cactus dans le croc! Il était avisé : porter des chaussure anti-cactus! Mais nous, nous n’avons que nos crocs-tout-terrain, nous voilà averti, on fera attention!

Ile Fourchue (15)Ile Fourchue (16)Ile Fourchue (13)Ile Fourchue (14)Ile Fourchue (25)Ile Fourchue (24)Ile Fourchue (45)

Top of the World! Le sommet du monde! Les îles de St-Barthélémie d’un côté, de St-Martin de l’autre. La liberté!

Ile Fourchue (47)Ile Fourchue (28)Ile Fourchue (30)Ile Fourchue (41)Ile Fourchue (33)

Et nous voilà finalement à Sint Marteen, le côté hollandais de St-Martin. On se disait que ça ferait changement de la dernière fois que de s’arrêter de ce côté de l’île. St-Martin nous plait toujours aussi peu, mais c’est un arrêt pratique, sur la route, approvisionnement facile, abris idéal pendant ces gros vents qui nous reviennent, bien abrité dans le lagon. Et ça souffle, en rafale jusqu’à 35-40 nœuds! Mais le soleil y est quand même, étrange ce mauvais temps!

Sint Marteen (6)Sint Marteen (16)Sint Marteen (15)

Sint-Marteen, c’est comme une parodie du tourisme à son paroxysme! Des publicités partout, des bijoux, du bling bling, les 2 pour 1 en grand, les casinos, les plages bondées, les bronzés brûlés, pas de trottoir pour marcher, des voitures à la queue, les prix gonflés des supermarchés à côté des hôtels.

Sint Marteen (33)Sint Marteen (9)Sint Marteen (10)

Mais dans notre lagon, nous sommes loin de tout ça. Nous sommes ici avant tout pour se cacher du mauvais temps, avancer l’école, faire les achats pour Oséo, approvisionnement, réparation… Tâche, tâche, tâche! Pas de temps pour le tourisme, on se garde ça pour les îles à venir!

Courses de dernières minutes du côté Marigot, côté français. C’est notre dernier pays Français, on fait le plein de fromage, vinier, champignon en can (étrangement seul endroit où ça reste abordable), on remange chez notre lolo préféré (mmm, la bonne fricassé de poisson!) et une dernière boulangerie française… Dix baguettes, ce sera assez???

St-Martin (8)St-Martin (9)

L’école se poursuit entre la Martinique et Sint-Maarten Jan 12

Logo Ecole Oseo2Faire l’école pendant qu’on voyage, ça demande de la flexibilité! De la part de l’école, du prof et des élèves… Mais on y arrive! Malgré les nombreux miles parcourus, malgré la visite des grands-parents, les visites qu’on ne veut pas manquer sur les îles, malgré Noël, ou tout ce qui peut faire que l’école est parfois reléguée à demain… On y arrive! Et nous voilà rendu à la semaine 20.

Voilà où nous en sommes… Retour des collectifs thématiques. Ces semaines, nous étions dans la Culture, la culture religieuse. Je ne pensais pas aborder ce sujet pendant le voyage, mais j’avais envie que les enfants connaissent leur propre culture religieuse et également celles qu’ils sont, ou seront appelés à côtoyer autour d’eux. C’est pourquoi nous avons étudié les trois grandes religions monothéistes : Le christianisme, le judaïsme et l’Islam. Pour chacune de ces religions, nous en avons vu l’histoire, les livres, lieux et objets de cultes, les grands événements de la vie des pratiquants, les fêtes qu’on célèbre et les règles de vie à suivre. Pour ce faire, j’ai photocopié et réadapté le contenue du site http://decouvrelesreligions.free.fr/ . Et vous savez quoi? Les enfants ont adoré cette thématique! Beaucoup de belles et nouvelles connaissances!

Ecole Martinique (30)Ecole Martinique (34)Ecole Martinique (33)

Lorsque nous avons étudié la religion catholique, nous avons visionné le film « Jésus raconté aux enfants – La bible en dessins animés » ce qui a rendu tout ça très concret. Il y avait la nativité, les miracles puis la Pâques, soit la mort de Jésus. Très bien. https://www.youtube.com/watch?v=rah8qg0H04w

Exercice d’intégration finale sur les 3 grandes religions monothéistes

Ecole Martinique (1)

En anglais, c’était Home Sweet Home : la maison, ses pièces, ses meubles (rooms, places, furnitures). En grammaire, on maitrise There is et There are pour dire Il y a et on continue à travailler les Question words (who, where, when, what…).

Ecole Martinique (12)Ecole Martinique (13)

On lit aussi des textes de plus en plus long…

Ecole Martinique (26)

Durant cette période, nous avons passé Noël! On s’est fait des problèmes mathématiques sur le thème, Léa qui apprenait le calcul de l’heure s’est creusée les méninges dans des problèmes pas facile du tout et a super bien réussi! Julien qui avait en français l’étude du genre littéraire de la bande dessinée a concrétisé ses savoirs par la réalisation d’une BD humoristique de Noël : « Le Père-Noël dans : Nouvelle machine ». On y voit la nouvelle machine acquise par le Père-Noël qui a finalement assemblé les jouets en tous sens! Quelle catastrophe en cette nuit de Noël!

Ecole Martinique (5)Ecole Martinique (6)Ecole Martinique (3)Ecole Martinique (4)Ecole Martinique (27)Ecole Martinique (10)

Tant Julien que Léa en sont aux fractions en mathématique, chacun à son niveau. Léa en est au principe, à la signification du numérateur (chiffre du haut) et dénominateur (chiffre du bas) et à la division d’ensemble en fraction. Elle a vu la température, le terme manquant dans une équation, les complémentaires.

Julien en est quant à lui à trouver les équivalences entre un nombre décimal, une fraction et un pourcentage, le calcul des nombres décimaux et des fractions, l’ordonnancement de tout ça (plus petit et plus grand). Tout semble clair pour tout le monde!

Ecole Martinique (21)Ecole Martinique (16)

Contrôle d’arithmétie

Ecole Martinique (8)Ecole Martinique (9)

En français : verbe, verbe, verbe! On tape sur le clou et ça rentre! Léa apprends ses verbes au présent de l’indicatif et les règles de terminaison. Le tableau des terminaisons que j’ai réalisé pour Julien l’an passé et qui est en permanence affiché au mur entre la planche de surf et la fresque des Bahamas est toujours très utile.

Ecole Martinique (29)

Léa a appris les terminaisons du présent des verbes en ER, IR et ceux des autres verbes. Elle identifie le verbe dans les phrases et le conjugue, et fait de même avec le groupe du nom (nom, adjectif et déterminant). Léa a terminé le très beau petit roman de Pierre Roy (mon oncle!) L’Ara qui rit.

Ecole Martinique (18)Ecole Martinique (22)Ecole Martinique (7)Ecole Martinique (17)

Avec Julien, en plus de l’étude de la BD, nous avons vu les règles de terminaisons du futur simple et du conditionnel, le futur proche et le passé composé avec son redoutable participe passé! S’accorde si utilisé avec l’auxilière être, généralement pas avec l’auxilière avoir, s’accorde si employé en tant qu’adjectif, se termine en i pour les verbes en IR, en é pour les verbes en ER, et ça devient assez variable pour les verbes du 3e groupe… Ouf, heureusement que l’étude du participe passé se poursuit au 3e cycle, mais on s’y est retrouvé!

Ecole Martinique (15)Ecole Martinique (23)

Voilà qui fait le tour de l’école d’Oséo des derniers mois! Bonne école à vous aussi, amis de l’école de Normandie, de la classe de Manon et de celle de Julie!

Category: L'école d'Oséo  | One Comment
La Beauté sauvage de St-Kitts Jan 07

Notre entrée en la matière de St-Kitts se fait sous le signe du vent. Il vente. Beaucoup de vent. Mais nous nous abritons dans la baie de White House. Déjà, depuis Nevis, nous voyions les sommets de la péninsule Sud de St-Kitts et ses monts couleur jaune d’or. Une couleur qui rappelle les plateaux boliviens, une couleur qu’on n’aurait cru possible qu’en haute altitude. Mais ici, à St-Kitts, les montagnes ont cette couleur de la lumière pure et c’est de toute beauté. Sans même avoir mis pied à terre, une soixantaine de  photos avait déjà été prises (ok, excessive!).

Nevis (205)Nevis (200)White House Bay (3)White House Bay (1)White House Bay (23)

Le pied à terre, nous avons dû attendre un peu car, tel que déjà dit, il vente beaucoup. Nous sommes en BMS depuis trois jours, en Bulletin Météorologique Spécial, à cause de ces vents et ces rafales à 30-35 nœuds. Le premier jour à St-Kitts, nous l’avons donc passé à écouter la VHF nous envoyer les bulletins météo, les Pan Pan et même des Mayday, et à se prendre les grains et les rafales. L’ancre tient bien et c’est le calme à l’intérieur. La journée passe entre école, film et vue imprenable sur les collines de notre mouillage que le ciel noir des grains ajouté au soleil couchant rend encore plus dramatique.

White House Bay (9)White House Bay (18)White House Bay (16)White House Bay (17)White House Bay (20)

Nous risquons l’expédition à terre le lendemain, toujours dans ces vents et rafales, mais Train Train trace bien sa route. Malheureusement, le résultat est en-dessous des attentes. La nature se fait prendre la main par le développement. Un promoteur s’est approprié le Salt Pond, l’étang salé, et le tout est en voie de devenir un immense développement, si bien que les dragueuses et niveleuses sont à l’avant plan des collines, pics et plans d’eau. Il y a peu à faire, peu de ballade possible au-delà de la route bien tracée, nous retournons donc de bord un peu déçu car ça semblait si prometteur.

White House Bay (31)White House Bay (37)White House Bay (40)White House Bay (42)White House Bay (32)White House Bay (30)

Ne vous y méprenez pas amis navigateurs! Le beau dinghy dock n’est pas pour nous! Il faut beacher, sur une belle plage de roche ou ancrer et nager, ce que nous avons fait. Merci Christophe Hourbour-Promoteur.

White House Bay (41)White House Bay (35)White House Bay (43)White House Bay (38)White House Bay (45)

Nous quittons ensuite White House Bay pour Basse-Terre, la capitale. Ouf, changement de décor… Trois bateaux de croisières sont en ville ce jour-là. Notre première impression est de se trouver en plein Far West! Bijouteries, boutiques à la pelle, singes en petites culotte près pour la photo, panneau publicitaire, tout y est pour faire dépenser le nouveau touriste sur l’île. On y passera la demi-journée, ça en sera assez!

Basseterre (2)Basseterre (4)Basseterre (7)Basseterre (9)Basseterre (19)Basseterre (10)Basseterre (11)Basseterre (18)

Une nuit sera assez, surtout que nous sommes ancré dans le port commercial, mieux protégé mais peu bucolique. Et les autorités portuaires qui nous font des misères… Trois fois ils sont venu nous réprimander tout gyrophare allumé, parce qu’on ne passait pas au bon endroit avec notre annexe. Pas sous le quai des bateaux de croisière qu’ils nous disent d’abord, ensuite pas derrière, et finalement ils arrêtent Ronald et confisque Train Train alors qu’il faisait nos douanes de sorti parce qu’il est passé à l’intérieur du Dolphin. Les Dolphins??? Mais c’est quoi ces dauphins??? Ahhh, c’est finalement l’immense bloc de mouillage des bateaux de croisière. Ronald et Train Train sont libéré, ouf, on s’en va au plus vite! On retourne à White House Bay jusqu’à demain, la météo doit finalement être clémente et on partira direction St-Barth. Verdict : on préfère le St-Kitts sauvage à sa civilisation!

Basseterre (22)

Nevis et ses petits singes, un petit bonheur! Jan 04

Ah Nevis! Nous avons bien failli passer à côté! Nous visions Barbuda, les vents nous ont plutôt poussés vers Nevis. Nous troquons les plages roses de Barbuda pour le volcan verdoyant de Nevis, les Frigate Birds de Barbuda pour les African Green Vervet Monkeys de Nevis. Pourquoi pas? Nous n’avons pas vu l’un, mais l’autre nous plait énormément! La météo pour s’y rendre est idéale, nous voguons vent arrière avec une petite mer de 1 à 1.5 mètres, l’île se dessine au loin et le Mont Nevis domine, majestueux. Le mouillage est parmi les plus beaux, calme, serein devant ce volcan qu’aucune habitation ne souille. La nature verte et belle, le mouillage calme, la petite ville-village de Charlestown, la longue plage de Pinney’s Beach, nous y passerons de belles nuits tranquilles malgré le vent qui rugit au large.

Nevis (192)Nevis (14)Nevis (197)Nevis (194)

Nous arrivons à Nevis le 31 décembre, n’est-ce pas là un soir spécial? Sitôt Oséo bien en sécurité sur sa boule de mouillage, la musique résonne sur la plage et ces petites cabanes colorées nous appellent! On y voit nos premiers singes de Nevis! Le rafraichissement est bon après ces 46 miles en mer et on savoure notre arrivée ici de même que notre décision d’y être venu.

Nevis (16)Nevis (18)Nevis (23)Nevis (36)Nevis (24)Nevis (35)Nevis (20)Nevis (21)Nevis (26)

Ça sent bon le BBQ, on pourrait se laisser tenter par un BBQ du nouvel an sur la plage? Mais non, à 100$US par personne, on laisse tomber! Mais on profite des feux d’artifices, à minuit moins le quart on se lève et sommes aux premières loges sur le pont d’Oséo pour célébrer la nouvelle année!

Nevis (47)Nevis (48)Nevis (45)

Lendemain matin, Oséo toujours sous drapeau jaune signifiant que nos douanes n’ont pas été faites, nous partons dès les 8h00 1er janviers 2015 (!) pour Charlestown. Ville-village endormi en ce lendemain de veille, c’est tranquille, rasta et l’architecture est agréable.

Nevis (73)Nevis (74)Nevis (84)Nevis (81)Nevis (66)Nevis (79)Nevis (54)Nevis (75)Nevis (52)

En après-midi, nous partons en taxi dans le Gingerland, la contrée fertile, où de nombreuses plantations opéraient il y a de cela plus de deux cent ans. Vestige du passé colonial, esclavagiste, sucrier et prospère, nous visitons Golden Rock Estate, construite à flan montagne entre mer et forêt. C’est tout simplement magnifique. L’ensemble est une véritable œuvre d’art entre la nature, les vestiges architecturales, les jardins. On peut s’y promener malgré que ce soit maintenant un hôtel et admirer l’ensemble de l’œuvre. Ça ne coûte rien, c’est très généreux de nous y permettre l’accès, nous prendrons un verre sur les terrasses du restaurant, vu sur la végétation et la mer en arrière-plan.

Golden Rock (81)Golden Rock (54)Golden Rock (57)Golden Rock (85)

Golden Rock (65)Golden Rock (47)Golden Rock (55)Golden Rock (43)Golden Rock (51)Golden Rock (35)Golden Rock (76)Golden Rock (77)Golden Rock (80)Golden Rock (69)Golden Rock (87)Golden Rock (90)

Une longue allée mène au domaine bordée de ruine et de fleurs et sur notre gauche, les singes! En toute liberté ceux-ci! Ils sont joueurs, se courent l’un après l’autre, mangent les fèves des grandes cosses des arbres. Ils se laissent approcher, mais à une certaine distance quand même!

Golden Rock (7)Golden Rock (29)Golden Rock (27)Golden Rock (10)Golden Rock (14)

On aperçoit aussi des ânes au bout du mur de la ruine qui sert de sentiers aux singes et on les suit jusqu’au bout de la piste. C’est peut-être chez eux, sont-ils sauvages ou pas, on ne le sait pas.

Golden Rock (20)Golden Rock (25)

Pour faire de la visite de Golden Rock Estate une activité vraiment complète, un sentier de 2 ou 4 heures que nous aurions volontiers emprunté y débute. Mais Catherine en est encore à ne pas s’appuyer sur son talon troué par le vilain conche d’Antigua, alors on s’est abstenu, mais c’était très tentant!

Les autres journées, nous avons profité de la belle plage de Pinney’s Beach et du trampoline de l’Hotel de luxe Four Seasons (les enfants ont adoré!), de l’eau claire et chaude de Nevis et avons arpenté les fonds à la recherche de diner. Résultat : Salade de conche et ceviche de poisson-lion!

Nevis (210)Nevis (211)Nevis (222)Nevis (223)Nevis (226)Nevis (220)Nevis (217)Nevis (218)

Nous avons aussi tenté un déplacement vers les mouillages de Tamarind Bay et Oualie Beach plus au nord, mais le vent et la vague entraient en grand et les baies étaient loin d’être aussi belles que derrière notre volcan, alors nous avons rebroussé chemin et repris place sous la montagne. Rêve d’Océan nous y rejoint d’ailleurs, si bien que nous avons levé nos verres sur la belle plage de Pinney.  À la bonne heure les copains, et bonne et heureuse année!!

Nevis (204)Nevis (205)Nevis (202)Nevis (203)Nevis (239)Nevis (236)Nevis (237)

Expédition au nord d’Antigua Dec 30

Barbuda? Pas Barbuda? Barbuda? … La météo nous offre un beau casse-tête pour les prochains jours et nous tergiversons pendant tout le temps de Noël à savoir si nous partons pour Barbuda le 25 ou restons pour fêter avec les autres équipages, si nous partons le 26 ou si la mer est déjà trop forte… Entre vague, vent, houle et fêter Noël avec les copains, on ne sait plus où donner de la tête! Nous décidons finalement de partir le 26 en direction du nord d’Antigua. Des petits îlots dans un dédale de récifs devraient pouvoir nous tenir occupé pendant quelques jours! On réévaluera plus tard la situation pour aller vers Barbuda.

Au 26, le vent souffle fort et en rafale, si bien que même abrité sous le vent de l’île, avec 1 ris dans la grand-voile et dans le génois, la progression est mauvaise, les embruns nous éclaboussent et on ne fera pas le cap. Alors changement de plan : on s’arrête à St-John’s. De toute manière, on voulait y revenir car la dernière fois, c’était un dimanche et tout était fermé. En plus, le port est parfaitement abrité alors hop, allons-y!

Bonne idée! On s’ancre dans le petit bassin des pêcheurs et c’est la tranquillité incarnée. Nous avons vu sur le Redcliffe Quay qui s’illumine sous la lumière de l’après-midi, les aigrettes nous rejoignent en fin de journée pour nicher dans les palétuviers, les papillons virevoltent autour de nous, que demander de plus! Nous aurons même droit à des souvenirs de Grenade avec le party « Soca » en soirée!

St-Johns (1)St-Johns (3)St-Johns (6)

Petite tournée à terre le 27 au matin, deux bateaux de croisière sont entrés à quai si bien que la ville est en effervescence, ça fourmille! Ça nous plait bien, mais une heure est assez.

St-Johns (12)St-Johns (13)St-Johns (16)

Nous partons vers midi pour avoir la lumière avec nous pour pouvoir lire les fonds au Nord où nous allons. Rêve d’Océan nous appelle à la VHF, ils sont juste devant St-John’s, si bien que nous faisons route ensemble jusqu’à Jumby Bay sur l’île de Long Island. Le vent est parfait et nous faisons tout le trajet à voile, beaucoup mieux qu’hier!

Long Island, c’est une île privée où ont poussé des villas de millionnaire. Mais Jumby Bay est belle avec une magnifique plage de sable blanc qui contraste sur l’eau turquoise.

Jumby Bay (13)Jumby Bay (19)Jumby Bay (45)Jumby Bay (9)Jumby Bay (10)Jumby Bay (44)

On s’y baigne et on se rend à la croisée de la swell pour y surfer les vagues! Attention, pas pour les débutants ici!

Jumby Bay (23)Jumby Bay (28)Jumby Bay (25)Jumby Bay (34)Jumby Bay (42)

Et Catherine s’enfonce profondément un truc dans le pied. Peut-être un conche… Mais chose certaine, il manque un bon bout de pied sous le talon. Ouch et zut, c’est repos obligé, plus de baignade, pas de marche, il faut que ça guérisse au plus vite. On est donc aux petits soins avec le pied blessé…

Jumby Bay (21)Great Bird Island (13)Great Bird Island (14)

On se déplace un peu plus profondément à Great Bird Island. C’est beau et calme et voilà La Jeannoise qui nous y rejoint! C’est l’endroit idéal pour la plongée, il y a des récifs absolument partout et l’eau y est assez claire. Mais nous passons notre tour pour laisser au pied de Catherine le temps de guérir un peu, sable et sel ne font pas bon ménage avec les plaies. Nous attendrons un bon 24 heures de repos complet pour finalement s’aventurer sur l’île. Et elle est très belle!

Great Bird Island (16)Great Bird Island (59)Great Bird Island (17)Great Bird Island (15)

Nous y trouvons des petits lézards, une belle végétation variant des aloes, aux petits buissons et aux herbes soyeuses, puis deux grand trous qui partent du sommet de l’île et plonge jusque dans l’océan. Catherine se débrouille bien en sautillant sur le bout des orteils sans poser pied à terre, ça se passe bien et la petite randonnée en vaut tout à fait la peine. La vue y est spendide et, surtout, il y a des centaines de petits papillons! On les voit partout depuis notre arrivée à Antigua! Ils volent au dessus de la mer tout ébouriffé dans le vent! Pauvres petits, ils travaillent si fort! Mais pour aller où??

Great Bird Island (49)Great Bird Island (50)Great Bird Island (54)Great Bird Island (56)Great Bird Island (26)Great Bird Island (45)Great Bird Island (43)Great Bird Island (36)Great Bird Island (47)

Notre expédition dans les dédales du nord d’Antigua s’arrête là. Nous n’allons pas à Parham ni à Davis Bay comme nous le pensions, nous rentrons plutôt à Jolly Harbour pour y faire une dernière épicerie et nos douanes de sortie car demain, le 31, nous naviguerons vers Nevis, une nouvelle île pour nous. Nous y passerons fort probablement une grosse semaine, à Nevis et à St-Kitt’s sa voisine, car une vilaine météo s’en vient avec de très forts vents. Mais tout est pour le mieux, nous aurons une semaine pour explorer ces nouvelles îles!

BONNE NOUVELLE ANNÉE À TOUS!!!

Category: Uncategorized  | Leave a Comment
Un joyeux Noël bleu Dec 27

Ce sont là les teintes sous lesquelles s’est déroulé notre Noël cette année! Du bleu. Du beau bleu turquoise, cette couleur qu’on ne se lasse jamais de regarder! Surtout l’eau laiteuse si unique d’Antigua qui est tout à fait éblouissante! Quel bonheur pour les yeux, que dis-je, quel cadeau!!

              Joyeux Noël tout le monde !!!

                          De Antigua !!!

Jolly Harbour (49)Jolly Harbour (55)Jolly Harbour (13)Noel Jolly (21)Jolly Harbour (12)Noel Jolly (6)Jolly Harbour (45)

Nous arrivons à Antigua dès le lendemain du départ des parents de Catherine. Un canal parfait, 50 miles de bonheur à filer à 7,4 noeuds sur une belle mer. Et nous aimons tant le mouillage de Jolly Harbour entouré de montagne et de plage.

Nav Anatigua Jolly (7)Jolly Harbour (4)Noel Jolly (24)Nav Anatigua Jolly (8)

Les jours jusqu’à Noël passeront rapidement! Il nous faut décorer Oséo (au 22 décembre, il était temps!), finaliser les petits cadeaux, planifier le repas de Noël, faire les achats du réveillon…

Noel Jolly (8)Noel Jolly (5)Noel Jolly (7)Jolly Harbour (9)Noel Jolly (31)Jolly Harbour (25)

Cadeau de la mer, juste à côté de Oséo… Et elle a gardé la pose tout le temps que je cours chercher la caméra.

Jolly Harbour (7)Jolly Harbour (5)

Pour notre Noël, le 24, la belle plage de Jolly Beach servira à faire patienter les enfants jusqu’à la fin de l’après-midi où nous ouvrirons nos bas de Noël! Remplis de petits souvenirs des îles précédentes, de petites pensées et de quelques sucreries, Noël aura à nouveau été beau et bon.

Jolly Harbour (48)Jolly Harbour (59)Jolly Harbour (41)Jolly Harbour (61)Jolly Harbour (46)Jolly Harbour (43)Jolly Harbour (50)Jolly Harbour (53)

Après des retrouvailles avec Rêve d’Océan et La Jeannoise, voilà enfin le temps venu!

Jolly Harbour (63)Noel Jolly (34)Noel Jolly (42)Noel Jolly (41)Noel Jolly (40)

Et le 25, jour de Noël, ce sera un grand rassemblement des nombreux équipages familiaux en remontée vers le Nord! Rafiki, La Jeannoise, Rêve d’Océan, Four Coconuts, Oséo, Del Max, Picaro… On se retrouve tous sur la plage pour célébrer, jouer et manger! 13 enfants heureux, 14 parents joyeux, la soirée se terminera sur la plage avec un feu et des guimauves! Joyeux Noël!!

Noel Jolly (58)Noel Jolly (50)Noel Jolly (63)Noel Jolly (66)

On reproduit même un échange de cadeaux! À chacun de trouver à bord quelque chose qui ne sert plus. On se retrouve avec des barres de savons, de beaux livres, un swiffer, des gants très prisés et même un superbe harnais d’escalade! Et surtout, on retrouve la joie des cadeaux et des échanges! Ça sent Noël et c’est bon d’être ensemble…

Noel Jolly (52)Noel Jolly (56)Noel Jolly (53)Noel Jolly (54)Noel Jolly (73)Noel Jolly (74)Noel Jolly (75)

Category: 2014-15 : Petites Antilles  | Tags:  | 3 Comments
Au revoir Papi, Grand-maman! Aloha Antigua!!! Dec 20

On se revoit dans six mois Papi, Grand-maman!!! Et oui, les voilà parti! Un peu émouvant, comme toujours lorsqu’on laisse partir, mais six mois c’est si vite passé. Surtout que ces six mois signifient pour nous la fin de notre voyage… Double snif…

Mais nous aurons passé du temps SUPERBE avec nos invités, et quelle meilleure île que la Guadeloupe pour eux. Nous adorons ce pays et toutes ces îles. Je crois franchement que c’est parmi nos top 1!

Voici nos dernières images de la Guadeloupe. D’abord, une difficile navigation. Ouf… c’est dure la voile. Attention à ne pas tomber Grand-mère, l’eau pourrait être fraîche!

Nav Malendure (6)Nav Malendure (5)

Prochain arrêt : Malendure… ou Ilet Pigeon… ou Réserve Cousteau… Les grands-parents sont tout confondus! En fait, c’est tous le même endroit, noms différents. Vers le centre de la Guadeloupe, côté sous le vent. On s’y arrête pour sa plongée magnifique (Réserve Cousteau, on s’entend)rempli d’une quantité incroyable de beaux poissons dont le préféré de Catherine, le baliste noir, tout noir avec une bande bleu phosphorescente, le seul endroit où on l’ait aperçu.

Vue sur l’eau, eau incroyablement claire, et couché de soleil époustouflant.

Reserve Cousteau (7)Reserve Cousteau (9)Malendure (3)Malendure (4)

Vue sous l’eau. On n’arrive vraiment pas à témoigner de la multitude de poissons qu’on y trouve. Nos photos sont vraiment nulles comparativement au vrai.

Plonge Cousteau (2)Plonge Cousteau (3)Plonge Cousteau (7)Plonge Cousteau (1)Plonge Cousteau (4)

Oups, et les pancakes du matin! Pas de rapport avec la plongée, mais miam que c’était bon!

Malendure (6)

Malendure, c’est aussi sa plage. Pas mal du tout avec ses quelques lolos, ces restos tout simples, ses quelques boutiques et son sable noir, on y passe un agréable moment. Papi tente même le coup pour un tour de « wake-paddleboard » après avoir gagné au Roi du Paddle! C’est qu’il est bon le papi!

Malendure (36)Malendure (44)Malendure (43)Malendure (1)Malendure (38)Malendure (12)Malendure (45)Malendure (49)Malendure (34)Malendure (29)Malendure (10)

Puis Deshaies, notre dernier arrêt. Nous y entrons avec une certaine appréhension après notre mauvaise expérience de l’an dernier et ces vents terribles, mais non, tout est calme cette fois-ci. On se prend en fin de compte une des nouvelles boules gratuites pour le mouillage. Tout tient bien, c’est parfait! Prêts pour une petite ballade!

Deshaies (5)Deshaies (18)Deshaies (21)Deshaies (3)Deshaies (6)

On trouve cette drôle d’affiche qui attire notre attention… Prêts pour une p’tite Kékette les mecs?!

Deshaies (53)Deshaies (54)Deshaies (55)Deshaies (64)Deshaies (51)

Et tout compte fait, pourquoi pas y manger! Poisson grillé et colombo de poulet de Chez Madras! Poulettes incluses!

Deshaies (70)Deshaies (62)Deshaies (59)

Nous comptions initialement nous rendre à la belle plage de Grande-Anse en suivant la route à pied, on change d’avis et optons finalement pour simplement flâner dans Deshaies, trainer d’une boutique à l’autre et s’offrir un festin dans un de ses jolis restos. Un peu de repos après ces deux semaines de tourisme intense, ça fait grand bien à tous!

Deshaies (11)Deshaies (7)Deshaies (12)

Voyez Grand-Mère fantôme à côté de Léa l’angélique!

Deshaies (14)Deshaies (16)

Notre meilleur repas dans un décor superbe. Merci beaucoup papi pour ce souper de Noël! Tout le monde a eu Beaucoup de plaisir…

Deshaies (27)Deshaies (28)Deshaies (34)Deshaies (32)Deshaies (42)Deshaies (41)Deshaies (48)Deshaies (47)Deshaies (46)Deshaies (45)

Et voilà. C’est samedi. C’est l’heure pour Papi et Grand-mère de nous quitter. Au revoir! Mais surtout, à bientôt! XXXXXXX On vous aime et vous avez été de supers invités!!! …Et Papi, ne perd pas ta nouvelle habitude à essuyer la vaisselle, tu le fais si bien! 😉

Et nous, nous voilà prêts pour de nouvelles îles-aventures!!! ALOHA ANTIGUA!!! En route demain!!

Les Saintes, notre plus beau séjour Dec 18

Nous sommes aux Saintes pour la troisième fois et c’est ce troisième séjour qui nous a plu le plus. En fait, nous avons cette fois-ci adoré Les Saintes. Peut-être parce que le soleil a brillé de tous ses feux tout le long, peut-être parce que le vent était si calme, peut-être parce que pour une première fois nous n’y avons pas roulé du tout (et par le fait même dormi!). Je crois aussi que nous l’avons abordé différemment. Nous avons beaucoup profité de ses eaux d’une clarté incroyable et de ses beautés sous-marines. Nous avons senti le pouls du Bourg des Saintes, marché la campagne de Terre-de-Haut, découvert de nouvelles beautés.

Bourg des Saintes (47)Bourg des Saintes (53)Pain de sucre (14)Bourg des Saintes (43)Bourg des Saintes (8)

Le mouillage du Pain de Sucre était de toute beauté. La vue sur le magnifique rocher qui lui vaut son nom, sur l’Ilet à Cabrit, sur Terre-de-Bas… Admirer passer les jolis voiliers…

Pain de sucre (4)Pain de sucre (21)Pain de sucre (19)Pain de sucre (15)

Les eaux sont ici aussi claires qu’à Cabrit ou Terre-de-Bas. Nous plongeons sous le Pain de Sucre où les fonds sont de gros rochers sans beaucoup de corail toutefois, mais sous les falaises adjacentes à la petite plage de l’hotel, les fonds sont beaucoup plus riches et on y trouve de nombreux coraux et poissons. Nous parviendrons à une petite pêche de deux langoustes et un immense poisson lion. Pas facile à débusquer ces dames langoustes!

GOPR0164GOPR0169GOPR0156GOPR0155GOPR0170

Poisson lion et langoustes

GOPR0191Pain de sucre (13)Pain de sucre (11)

Le Bourg des Saintes… C’est le village principal de Terre-de-Haut. Il s’agit de le parcourir au bon moment pour l’adorer… À midi, le soleil plombe et toutes les portes sont closes. On cuit littéralement dans ses petites rues dardées de soleil. C’est le mauvais moment pour aborder l’île. Les superettes sont fermées et n’ouvre qu’à 15h ou 16h, les guichets pour retirer des Euros sont hors fonction pour cause de bris sur la Guadeloupe, les portes des boutiques sont fermées, les restos trop chers, le pain ne sera disponible qu’à 17h… La première approche aura été la mauvaise.

Bourg des Saintes (75)Bourg des Saintes (76)Bourg des Saintes (2)Bourg des Saintes (10)Bourg des Saintes (6)

Nous nous y reprenons différemment le lendemain matin. Dès 7h00, nous sommes au marché de poisson pour l’arrivée des pêcheurs. À 9h00, ce sont les légumes frais qui arrivent sur le petit marché de la plage des pêcheurs. Les superettes sont toutes ouvertes pour le lait et les œufs et nous parcourons les jolies rues fraiches au petit matin à visiter les boutiques. Ce que c’est bien ainsi! Tous les gens sont dans la rue, ça discute, ça s’active. Les vendeuses de « tourments d’amour » et de feuilletés sont à leur poste, ces délicieuses tartelettes à la goyave, passion, coco ou ananas. Voilà le charme et les beautés du Bourg des Saintes.

Bourg des Saintes (35)Bourg des Saintes (41)Bourg des Saintes (33)Bourg des Saintes (45)Bourg des Saintes (37)Bourg des Saintes (5)Bourg des Saintes (43)Bourg des Saintes (48)Bourg des Saintes (27)Bourg des Saintes (26)Bourg des Saintes (29)

Le charme se poursuit en après-midi alors que nous quittons le Bourg pour une ballade jusqu’à la plage de Pompierre. Nous nous croyons en pleine visite agricole! Aux côtés des belles maisons, les chèvres paissent sur un terrain vague, les boucs bombent le torses, les vaches broutent, les coqs courent les poulettes…

Pompierre (4)Pompierre (7)Pompierre (8)Pompierre (14)Pompierre (12)Pompierre (9)

Toute la basse-court se regroupe sur cette montagne, les chèvres affluent à notre vue pour recevoir quelques brins d’herbe fraiche! On s’amuse beaucoup car il y a toujours d’autres bêtes toujours plus drôles et c’est surtout si incongrue de les voire toutes aux côtés de ces belles maisons, un mélange d’urbanité mêlé aux traditions.

Pompierre (33)Pompierre (10)Pompierre (5)

Nous arrivons à la plage de Pompierre, avec sa grande cocoterais et ses petits îlots qui referment la baie. À s’y baigner, on se dit que c’est sans doute du fait que rien ne vient troubler la nature qui rende l’endroit si agréable. Aucun voilier n’y mouille, c’est interdit, pas de kayak, pas de planche, que quelques baigneurs dans cette belle baie lumineuse. Et l’eau est si chaude, encore plus que l’air qui ne donne pourtant pas sa place!

Pompierre (16)Pompierre (19)Pompierre (30)Pompierre (27)

De retour vers le Bourg, il est 15h, nous souhaitons nous arrêter au petit lolo croisé en route pour un rafraichissement. Mais c’est fermé! Tout à côté de la plage, mais ils ferment, nous n’avons décidément pas le même sens des affaires! Ça ira donc au Bourg, et ce sera pour le mieux car, quelle vue nous avons!

Bourg des Saintes (58)Bourg des Saintes (61)Bourg des Saintes (53)Bourg des Saintes (55)Bourg des Saintes (62)Bourg des Saintes (67)

Voilà, nous quittons Les Saintes heureux de ce séjour!

Bourg des Saintes (60)Bourg des Saintes (73)Bourg des Saintes (71)

Terre de Bas, quel délice! Dec 17

Au moment de quitter Pointe-à-Pitre, nous sommes prêts à reprendre le large. Cette ville est fascinante, mais s’en est assez, nous avons envie de calme et de mouillages paisibles après toutes ces journées visiter du matin au soir.

Notre dernière journée à Pointe-à-Pitre, ballade autour de la Darse et du marché d’artisanat pour de jolis souvenirs.

Pointe a Pitre (40)Pointe a Pitre (63)Pointe a Pitre (69)Pointe a Pitre (70)Pointe a Pitre (32)Pointe a Pitre (66)

Après une nuit à l’Ilet à Cochons, nous nous rendons à l’Ilet Gosier. L’Ilet Gosier et son joli phare rouge qui surplombe une toute petite île de plage et de palmiers. C’est très mignon pour une île si près de la ville! C’est très bien. Le mouillage n’est pas trop achalandé et on parvient à s’avancer assez loin dans le mouillage si bien que Oséo est bien protégé de la petite vague qui fait valser les bateaux derrières.

Entrainement du Dragon, l’hélicoptaire du CROSSAG en route vers Gosier, et école en navigation!

Gosier (2)Gosier (5)Gosier (3)Gosier (7)Gosier (27)

Un endroit populaire! Des bateaux taxis amènent locaux et touristes pour profiter de sa jolie plage ou du snack tout simple mais qui sent délicieusement bon! Et l’îlet se vante de son « parcours sous-marin » Ouuuhhhhh! Quel truc médiocre!! On l’a fait et on traverse d’abord un herbier d’oursin mort pour atteindre les coraux, tous bien bien morts! Un minuscule bloc rectangulaire de mort sans aucun poisson. On ne s’est donc pas rendu à la troisième station qui devait être les poissons, nous aurons mille fois mieux aux Saintes!

Gosier (15)Gosier (18)Gosier (19)Gosier (24)Gosier (20)Gosier (13)Gosier (23)Gosier (31)

Gosier est très populaire des nageurs. Des clubs déparquent matin et soir pour nager autour de nous! On se fait réveiller à 6h00 par de joyeux éclats de voix des nageurs qui s’emblent beaucoup s’amuser! Et après la nage, c’est l’aquagym! Mais pauvre eux, l’endroit est envahit de sargasses, ces algues dérivantes! Disons que ça gratte un peu le dos…

Gosier (32)Gosier (26)Gosier (25)

Nous sommes heureux d’enfin reprendre la mer au mercredi pour naviguer 20 miles vers Les Saintes. Trop peu de vent, c’est le problème des dernières semaines. Quel contraste avec notre descente des Antilles vers le Sud! Oséo se traine vent arrière et malgré le peu de vague, Grand-mère sourit de plus en plus jaune… puis vert. Elle finit le ballade bien à plat sur le dos, et papi adpotera la même position. Nous terminerons donc la traversée à quatre, Ronald et Catherine, à jaser, les enfants bien tranquille à apprécier la petite nav!

Sainte - Cabrit (7)Sainte - Cabrit (2)Sainte - Cabrit (4)Sainte - Cabrit (5)Sainte - Cabrit (6)

Mais vous avez bien fait ça les grands-parents! Nous passerons la première nuit aux Saintes à l’Ilet à Cabrit. Robinson Canoe n’y est plus, plus de poterie alors. Il a été relocalisé à nouveau sur son ancienne terre de Terre de Bas, avec les éoliennes. Mais nous, nous profitons plutôt des fonds marins. L’eau est tellement claire aux Saintes! On voit le fond sous Oséo dans ses 50 pieds d’eau! Et tout au bord de Cabrit n’est que rochers garnit de poissons flutes, corail, oursins, poissons anges, big eyes… Peut-être pas le plus exceptionnel, mais la clarté de l’eau rend le tableau sublime!

Saintes - Terre de bas (9)Sainte - Cabrit (10)Sainte - Cabrit (19)Sainte - Cabrit (13)

Grand voilier qui quitte sous toute ses voiles au crépuscule, qu’il est beau…

Sainte - Cabrit (14)Sainte - Cabrit (16)

Nous nous déplaçons ensuite à Terre de Bas, la plus grande île des Saintes, la moins visitée, la plus authentique, elle est magnifique. Nous y étions allés la dernière fois pour quelques heures, en dinghy. Pas très bonne idée la traversée en dinghy depuis Cabrit, c’était long et bumpy! Cette fois-ci nous nous y rendons plutôt avec Oséo, dans la baie bien protégée de Anse Fideling. Sous un vent arrière dans le génois, n’est-ce pas le paradis?

Saintes - Terre de bas (2)Saintes - Terre de bas (3)Saintes - Terre de bas (6)Saintes - Terre de bas (4)Saintes - Terre de bas (5)

Et je dis oui, voilà le paradis. J’adore cette île… J’adore notre baie avec tout à côté du bateau des récifs remplis de santé, de gorgones, ces coraux en forme d’éventail, des cerveaux, des éponges tubulaires et tous les poissons qui les habitent. Les récifs sont au pied d’une parois abrupte et le fond marin est fait de montées et de descentes, d’immenses blocs de pierre qui offrent l’abri parfait aux murènes, aux flutes aux groupers et tous les autres. Nous cherchons bien quelques langoustes, mais le paradis les langoustes est ailleurs! Malgré tout, nous nous pêchons 4 petites langoustes pour notre repas de Noël! Et Léa trouvera sa première langouste, bravo ma belle! Et elle était très bien cachée sous une pierre profonde! Malheureusement, la Go-pro était vide de batterie, pas de photo de cette belle plongée…

Saintes - Terre de bas (134)Saintes - Terre de bas (131)Saintes - Terre de bas (89)Saintes - Terre de bas (107)Saintes - Terre de bas (130)Saintes - Terre de bas (123)

À terre, c’est encore mieux. Terre de Bas, c’est une île village, le plus tranquille des villages. Les plus chaleureux des villageois. On parcourt ses petites rues propres les yeux heureux d’aller d’une petite maison à une autre, toutes plus jolie et agréable les unes que les autres. Les fleurs bordent les jardins, des héliconias, des arbres du voyageur, des hibiscus, des crotons multicolores aux feuilles entortillées ou picotées… On s’y sent si bien…

Saintes - Terre de bas (40)Saintes - Terre de bas (67)Saintes - Terre de bas (38)Saintes - Terre de bas (37)Saintes - Terre de bas (117)Saintes - Terre de bas (116)Saintes - Terre de bas (121)Saintes - Terre de bas (112)Saintes - Terre de bas (115)Saintes - Terre de bas (78)De Paz (31)

L’attrait ici, c’est d’y être, tout simplement. S’y promener, au rythme du jour, au rythme de l’île. Des sentiers de randonnées sont aussi accessibles. Nous nous contenterons de l’ancienne poterie. On y fabriquait des pots à mélasse et des « pains de sucre ». Nous apprenons enfin d’où vient ce nom de « pain de sucre » qui est souvent donné aux gros cailloux “île-falaise”. Il y en a un Aux Saintes, le fameux Pain de sucre. C’est en fait une jarre de terre cuite qu’on emplissait de sucre qui, une fois durci, donnait un « pain de sucre », un pain de sucre cristallisé.

Le site, avec les ruines des vielles installations de l’ancienne poterie, est à demi envahi par la nature. Ça confère à l’endroit un romantisme…

Saintes - Terre de bas (105)Saintes - Terre de bas (104)Saintes - Terre de bas (103)Saintes - Terre de bas (102)Saintes - Terre de bas (96)

Parmi nos « to do » à faire à Terre de Bas, nous voulions se rendre à La Belle Étoile. Nous y avions lu que le menu était exquis, les prix pas cher du tout et nous étions passé la dernière fois, mais étions trop tard, nous n’avions pu y manger. Cette fois-ci, nous ne manquons pas l’heure du diner (déjeuner!)!

Nous partons avec Train Train! Mais dans notre jolie baie de Anse Fideling, il n’y a pas de dinghy dock! Il y a seulement une jolie plage de sable deux couleurs : brun et noir, c’est vraiment très très beau! Pourquoi tous ces points d’exclamation à toutes mes phrases? C’est qu’on s’est bien amusé à aller à terre! Nous ne voulions pas beacher Train Train sur la mini plagette entourée de gros cailloux. Alors nous mettons l’ancre comme toutes les chaloupes de pêche et, tout le monde saute à l’eau!

Saintes - Terre de bas (15)Saintes - Terre de bas (17)Saintes - Terre de bas (18)Saintes - Terre de bas (19)Saintes - Terre de bas (86)Saintes - Terre de bas (21)

Vêtements légers dans le sac étanche, gougounes dans les mains, on patauge jusqu’au bord! Quelle agréable manière d’aller à terre! Et pour revenir, pour éviter à Grand-mère une difficile remontée dans Train Train, c’est Léa qui lui fait le trajet sur Paddleboard!

Saintes - Terre de bas (24)Saintes - Terre de bas (124)Saintes - Terre de bas (125)

À terre, la dame de la maison du bout de la rue nous indique la bonne direction pour se rendre au village. On la remercie et lui dit que nous allons à la plage, au petit restaurant. « Oh, la plage, elle a bien mauvaise mine… », qu’elle nous dit. Pourtant, elle était jolie la dernière fois? On traverse le village et, sur le haut de la côte, nous voyons la plage, celle de Grande Anse. Elle est PLEINE de sargasse!!!! Mais pleine!!!! Oh la la!! Pauvre plage, on peut bien oublier la baignade, il faudrait escalader ces montagnes d’algues et ensuite, se faire rouler dans les rouleaux d’algues. Beurk! C’est bien triste pour la vue, mais c’est encore pire pour les pêcheurs. Les filets se remplissent de ces algues, prenant la place des poissons. Et c’est lourd à remonter ensuite. Nous aussi, on oublie bien la pêche ces temps-ci, nos lignes sont à chaque instant prises dans une algue… C’est un phénomène qui va et qui vient selon ce que notre restaurateur préféré nous a dit. Il y en a eu il y a trois ans et parfois il n’y en a pas…

Ballade jusqu’à la plage. Attention Juju!

Saintes - Terre de bas (27)Saintes - Terre de bas (28)Saintes - Terre de bas (30)Saintes - Terre de bas (49)Saintes - Terre de bas (50)Saintes - Terre de bas (47)Saintes - Terre de bas (48)

Nous mangeons à La Belle Étoile, et c’est DÉLICIEUX! Accras de morue en entrée, de loin les meilleurs que nous ayons mangé, bien rempli de poisson et bien épicé. Nous en commanderons pour le soir à emporter et pour notre soixantaine d’accras, il ne nous en coûtera que 10 Euros! Le reste du repas est tout aussi exquis : fricassée de lambi, poisson grillé, poulet sauce coco, un délice!

Saintes - Terre de bas (59)Saintes - Terre de bas (60)Saintes - Terre de bas (62)Saintes - Terre de bas (55)Saintes - Terre de bas (51)Saintes - Terre de bas (57)

Nous repassons par la petite maison de notre artisan du bois où nous avions acheté notre joli poisson peint la dernière fois. Nous discutons et repartons avec de nombreux autres poissons de toutes tailles! Ils sont si joli, fait main et pas cher du tout.

Saintes - Terre de bas (70)Saintes - Terre de bas (71)Saintes - Terre de bas (72)

Et il ne faut surtout pas manquer l’arrêt au parc à la conche géante qui s’est inscrit dans nos anales!

Saintes - Terre de bas (81)Saintes - Terre de bas (83)Saintes - Terre de bas (85)

Les enfants retrouvent leurs jeux d’enfants et s’exercent aux barres à s’en faire des ampoules. Ils s’activent tellement que Julien s’en brûle les yeux de sueur! (Clin d’œil aux collègues de travail de Papi!)

Puis en ce samedi 13 décembre, nous sortons à nouveau les bulles pour célébrer la première semaine à bord de notre belle visite, mais surtout, notre premier Noël de l’année! Les enfants l’attendaient avec impatience cette journée! C’est le temps de s’échanger les cadeaux : Catherine récolte sept nouveaux maillots (j’en connais quelques unes qui seront envieuses!), Ronald en aura deux nouveaux, tout comme Léa et Julien, Grand-mère a sa boule des tropiques, Papi son porte-gobelet à l’effigie des tortues… et les enfants, joie suprême à la vue de leur nouveau légo! Et en prime, cadeaux du Canada de mon-noncle, ma-tante, cousins et consines Roy, un super kit à fabriquer des bracelets! Nous pourrons varier notre production des bracelets d’amitier! Merci tout le monde!!

Le soleil brille pour le Noël du 13 décembre!

Saintes - Terre de bas (133)Saintes - Terre de bas (126)Saintes - Terre de bas (128)Saintes - Terre de bas (127)Saintes - Terre de bas (129)

Enfin le temps des cadeaux!

Saintes - Terre de bas (135)Saintes - Terre de bas (138)Saintes - Terre de bas (146)Saintes - Terre de bas (143)Saintes - Terre de bas (137)Saintes - Terre de bas (145)

Les lego sont faits, on s’amuse aux bracelets!

Saintes - Terre de bas (148)

Alors Terre de Bas, c’est pour nous un délice. Nous lui décernons avec plaisir notre sceau d’excellence :

Terre de Bas - Saintes

Belle Guadeloupe, toujours aussi invitante… Dec 10

Ah la Guadeloupe! Encore une fois, la belle île en forme de papillon, la montagneuse, la séduisante Guadeloupe, nous interpelle et nous captive, on l’adore. Divisée en deux comme les deux ailes du papillon, le côté ouest est tout en montagnes et en forêts tropicales, on y cultive la banane et la végétation est aussi riche que son décor. Alors que l’aile Est est plate telle Marie-la-Galette sa voisine, verte et calcaire, couverte des cultures de canne à sucre qui alimentent les nombreuses rhumeries de l’île. Lors de notre premier passage, nous en disions que « Notre cœur bat pour la Guadeloupe », et bien c’est toujours le cas. Voici une de nos îles favorites des Antilles. Et cette fois-ci, nous sommes heureux de la partager avec les parents de Catherine pour deux semaines!

Les voici qui arrivent!! Champagne…gnette!! Ancré dans la Darse de Pointe-à-Pitre, nous sommes aux premières loges pour l’arrivée des bateaux de croisière, les spectacles à la Place de la Victoire et l’animation du marché. Petit déjeuner au beurre d’érable et fromage en crotte en sus, miam!!!

Pointe a Pitre (38)Pointe a Pitre (41)Pointe a Pitre (50)Pointe a Pitre (33)Pointe a Pitre (56)Pointe a Pitre (59)Pointe a Pitre (60)Pointe a Pitre (54)Pointe a Pitre (48)

C’est sous un soleil magnifique que nous débutons l’exploration de Basse Terre, l’aile montagneuse. Notre premier arrêt sera La Grivelière, seule caféière traditionnelle de la Caraïbe encore en activité. Nichée à flan de montagne, la seule route pour s’y rendre vaut le déplacement! Et le site est splendide! Le café pousse ici au cœur d’un jardin créole. Ainsi, les caféiers sont disséminés sous des cacaoyers, des figuiers pays, des bananiers, la vanille…

Griveliere Cafe (36)Griveliere Cafe (31)Griveliere Cafe (32)Griveliere Cafe (25)Griveliere Cafe (27)Griveliere Cafe (24)Griveliere Cafe (33)

Sophie, notre guide, nous parle de l’exploitation, des plantes, de l’histoire du site. Les petits sentiers nous mènent d’un arbre à l’autre en passant par le jardin médicinal.

Griveliere Cafe (34)Griveliere Cafe (26)

L’exploitation date du 18e siècle et les bâtiments sont magnifiquement restaurés. On y retrouve la bonifierie, le hangar à café avec sa décériseuse et ses pilons, le boucan à tiroir où sèche le café, la maison du maître et le quartier des esclaves.

Griveliere Cafe (77)Griveliere Cafe (46)Griveliere Cafe (37)Griveliere Cafe (57)Griveliere Cafe (60)Griveliere Cafe (76)Griveliere Cafe (43)Griveliere Cafe (45)Griveliere Cafe (59)Griveliere Cafe (53)

La visite se termine avec la visite de la maison du maître et une dégustation : café ou cacao fait maison. Mmmmm! Quelle magnifique visite, de loin parmi les plus belles que nous ayons faites!

Griveliere Cafe (65)Griveliere Cafe (67)Griveliere Cafe (70)Griveliere Cafe (63)Griveliere Cafe (68)Griveliere Cafe (78)

Nous rebroussons chemin dans la route sinueuse sous les lianes et les mousses tropicales et remontons la route sous le vent pour un arrêt pique-nique près de Bouillante.

Pique nique (3)Pique nique (1)

Les enfants sont ensuite heureux de s’engager sur la Route de la Traversée en direction du Parc zoologique et botanique des Mamelles. Un zoo sous les grands arbres de la forêt tropicale, les animaux sont bien, au frais dans la montagne. Grand-mère adore les fleurs, les animaux, le cadre tropical…

Zoo Parc des Mamelles (17)Zoo Parc des Mamelles (2)Zoo Parc des Mamelles (5)Griveliere Cafe (21)Zoo Parc des Mamelles (8)Zoo Parc des Mamelles (10)

Les enfants aiment l’insectarium, les passerelles à 20 mètres dans la canopée et la Kaz’à Tarzan!

Zoo Parc des Mamelles (15)Zoo Parc des Mamelles (19)Zoo Parc des Mamelles (28)Zoo Parc des Mamelles (27)Zoo Parc des Mamelles (11)

Ahhh… La belle Cascade aux Écrevisses! N’est-ce pas le rêve de faire trempette dans une cascade dans un tel décor? Allez Papi et Grand-mère! Youuu, l’eau est fraiche!!!

Cascade aux ecrevisses (5)Cascade aux ecrevisses (6)

Jour deux : c’est maintenant Grande Terre qu’on visite, l’autre côté! Après les montagnes, les plaines agricoles. On s’attendait à plus… moche disons. Mais non, c’est tout aussi beau! Bien différent, mais les longs décors verts de canne et de bananes séduisent l’œil, la végétation est toujours riche et belle.

Distillerie Damoiseau (35)Griveliere Cafe (10)Griveliere Cafe (11)Grande Terre (5)Grande Terre (1)

On s’arrête à Morne-À-l’Eau pour y voir son surprenant cimetière carrelé de blanc et de noir, un cimetière aux dimensions d’une petite ville avec ses bâtiments funéraires aux aspects de maisonnettes. Étonnant!

Morne a l eau (2)Morne a l eau (6)Morne a l eau (4)Morne a l eau (5)Morne a l eau (3)

Puis direction le Moule, tout à l’Est de l’île, pour faire découvrir le rhum aux grand-parents! Au menu, visite à la Distillerie Damoiseau. Pas comparable à De Paz en Martinique, mais la visite est belle, le site est joli et on y trouve un moulin à vent que l’on peut visiter, le seul parait-il. « Et une tit’shot de rhum pou’papi!! »

Distillerie Damoiseau (2)Distillerie Damoiseau (9)Distillerie Damoiseau (32)Distillerie Damoiseau (31)Distillerie Damoiseau (29)Distillerie Damoiseau (28)

On traverse les plantations de cannes à sucre pour atteindre les points de vue de la Porte d’Enfer et de la Pointe de la Grande Vigie, tout au Nord. L’eau pénètre un petit lagon calme aux eaux claires dans le Lagon de la Porte d’Enfer et au bout se trouve le Trou de Madame Coco, une caverne où serait apparue une femme marchant sur l’eau… Ouuhhhh!! Le site a été repris pour le vaudou, mais nous, on s’y rend pour la ballade et le coup d’œil est saisissant. L’eau s’engouffre dans la caverne dans un bouillonnement à faire perdre la tête.

Porte dEnfer Trou Mme Coco (4)Porte dEnfer Trou Mme Coco (15)Porte dEnfer Trou Mme Coco (19)Porte dEnfer Trou Mme Coco (20)Porte dEnfer Trou Mme Coco (23)

Trou Madame Coco, grotte profonde dans la falaise de calcaire…

Porte dEnfer Trou Mme Coco (30)Porte dEnfer Trou Mme Coco (35)Porte dEnfer Trou Mme Coco (29)Porte dEnfer Trou Mme Coco (39)Porte dEnfer Trou Mme Coco (32)Porte dEnfer Trou Mme Coco (33)

La Pointe de la Grande Vigie, tout au Nord.

Pointe Grande Vigie (4)Pointe Grande Vigie (5)Pointe Grande Vigie (8)Pointe Grande Vigie (9)Pointe Grande Vigie (10)

Quels paysages grandioses… Nous ne regrettons pas du tout ces longues journées de voitures qui nous aurons permis d’en découvrir tellement! Nous terminons cette longue journée à l’Anse Souffleur, dans le Grand-Cul-de-Sac-Marin. Le turquoise n’est pas au rendez-vous car le soleil joue à cache-cache, mais se laisser flotter tout doucement fait grand bien!

Anse Souffleur (3)Anse Souffleur (8)Anse Souffleur (5)

Fatigués de toutes ces visites, nous sommes heureux de rendre la voiture!

Vu sur Pointe à Pitre depuis notre mouillage calme de l’Ilet à Cochons.

Pointe a Pitre (27)Pointe a Pitre (24)Pointe a Pitre (25)Pointe a Pitre (28)

Marie-Galante et Petite Terre Dec 03

Nous étions à Marie-Galante, en Guadeloupe. Après ces trois dernières journées à naviguer, du Marin à St-Pierre, de St-Pierre en Dominique et de la Dominique en Guadeloupe, nous étions dû pour prendre du repos, routine, école et compagnie. Marie-Galante nous paraissait le choix parfait.

Marie-Galante (34)Marie-Galante (40)Marie-Galante (2)Marie-Galante (4)

Nous faisions donc l’école au matin du dimanche. Ayant terminé la Martinique, les enfants devaient rédiger un texte intitulé « Bienvenue en Martinique » pour leur Carnet de bord. L’exigence était de construite un texte promotionnel en trois sections : une première section de présentation globale de la Martinique, une deuxième touchant des aspects de sa géographique, et la troisième sur ses attraits, soit ce que eux avaient le plus aimé. Les enfants aiment toujours faire leur Carnet de bord. Ça se veut pour eux leur livre de voyage, leur expression personnelle de leur voyage. Mais ils aiment souvent moins la rédaction et encore moins la mise au propre! Mais ce dimanche matin, ils entreprennent avec beaucoup d’enthousiasme leur mission!

Ils y travaillent toute la matinée et terminent le brouillon puis la correction. Alors en après-midi, nous leur suggérons une petite tournée à la plage, histoire de changer d’air, de bouger un peu et de s’amuser. Et bien vous savez ce qu’ils nous répondent??? « Nonnnn, on veut rester pour faire l’école! ».

Auriez-vous un jour cru entendre vos enfants choisir l’école à la plage???

Marie-Galante (14)

Alors les enfants ont poursuivi leur Carnet de bord de la Martinique TOUT l’après-midi! Dans la bonne humeur et le rire! Bien sûr, ils en étaient au plus plaisant : décorer! Et voilà le résultat!

Bienvenue en Martinique!

Marie-Galante (16)Marie-Galante (19)

Notre Marie-Galante aura été une escale bien tranquille. Nous y étions pour se reposer, et où de mieux que cette île paisible pour cette fin. La baie a été calme et accueillante. Seule une régate autour de nous pour nous divertir depuis le bateau.

Marie-Galante (3)Marie-Galante (9)Marie-Galante (11)

Catherine et Ronald profitent des après-midi pour nager aux alentours et explorer les fonds sous-marins. Ils ne sont pas fantastiques, mais nous sommes à la recherche de repas!  Ce sera six petites langoustes le dimanche accompagnées deux poissons lions, et six poissons lions le lundi, accompagnés de deux langoustes! Le poisson lion apprêté en ceviche, la langouste grillée, nous avons bien mangé!

Marie-Galante (33)Marie-Galante (37)

Une seule petite tournée au village de St-Louis pour acheter du pain et une pastèque bien fraiche de Marie-Galante!

Marie-Galante (2)Marie-Galante (27)Marie-Galante (5)Marie-Galante (26)Marie-Galante (25)

Il nous reste encore quelques jours avant l’arrivée de notre visite. Après l’écoute de la météo du CROSSAG sur la VHF, on découvre un petit vent d’Est pour la journée. On pourrait peut-être atteindre les îles de la Petite Terre? Nous n’espérions plus s’y rendre, elles sont complètement à l’Est de la Guadeloupe, une route contre les alizés, mais là ça pourrait être possible! Go, on range le bateau et dirigeons l’étrave vers le Nord-Est, cap 042! Le vent est trop faible pour faire une vitesse amusante, mais on s’y rend!

Petite Terre (50)

Deux îles à ras de l’eau, classée réserve naturelle. Arrivée face à la passe d’entrée, le cœur se resserre car il faut passer dans un petit passage étroit non balisé entre deux récifs où les vagues déferlent de chaque côté. Nous ne sommes pas certains que ça ne déferle pas dans la passe aussi… Nous suivons donc scrupuleusement nos coordonnés GPS et on entre. Ouf!

Petite Terre (1)Petite Terre (2)

Les guides comparent Petite Terre aux Tobago Cays des Grenadines. On y voit bien une ressemblance : deux îles comme Petit Bateau et Petit Rameau entre lesquelles on mouille, des îles arides remplies d’Iguanes! Mais nous préférons les Tobago. C’est joli ici, mais pas le paradis. L’île devient cependant grandement plus belle passé 16h00. Soudainement, une impression de calme nous envahi lorsqu’on entend finalement les petits sucriers, ces petits oiseaux de l’île, chanter… C’est que l’île vient de se vider de ses dizaines de dizaines de touristes venus y passer la journée en bateau d’excursion.

Petite Terre (4)Petite Terre (30)Remarquez les iguanes!Petite Terre (38)Petite Terre (40)

Un sentier avec panneaux explicatifs parcourt la pointe Est de l’île. Une île calcaire, aride,  rempli d’agaves, ces aloes géantes qui produisent une fleur unique pouvant atteindre 11 mètres de hauteur pour ensuite mourir.

Petite Terre (28)Petite Terre (26)Petite Terre (10)Petite Terre (24)

Et les iguanes qui se font dorer sur les arbustes!

Petite Terre (15)Petite Terre (14)

Nous repartons mercredi matin, la passe est belle, on en profite! On repart en vent arrière et on se traine (mais la mer est si belle!) car le vent est exceptionnellement calme ces jours-ci. On a rarement vu ça. Ah et, devinez qui vient nous voir??? De magnifiques dauphins, de grands gris, pas du tout les mêmes que ceux de Martinique, les tout-petits agiles. Ceux-ci sont grands et gracieux. En plus, des tortues sur notre route, et hier, c’était des baleines! On est chanceux et privilégié!

Pointe a Pitre (4)Pointe a Pitre (5)dauphinsDauphins1

Bon, un vidéo de dauphins… même après 1 an et demi, nous sommes toujours aussi heureux! Vidéo pas terrible, j’en conviens, mais l’ambiance y est!

Alors nous voilà maintenant à l’Ilet à Cochons, devant Pointe-à-Pitre. C’est vraiment très joli et nous nous sentons des Robinson-Urbains, ancrés devant une jolie île avec la grande ville de l’autre côté du chenal et le port commercial derrière!

Pointe a Pitre (12)Pointe a Pitre (11)

Ces dernières semaines, c’était la Route du Rhum, la grande courses des voiliers entre St-Malo et la Guadeloupe. Le dernier concurrent est arrivé hier, les vedettes sont toujours au port!

Pointe a Pitre (19)Pointe a Pitre (16)Pointe a Pitre (18)Pointe a Pitre (21)…Ronald et son RM!

Et maintenant, on attend… On attend papi et grand-mère qui arrivent samedi!!! Et juste pour toi papi, voici ce qui t’attend si on est bon aux Saintes :

langouste Jean-Lo

C’est notre ami Jean-Lo, le champion chasseur sous-marin!!

St-Pierre, sous l’aura de son volcan Nov 30

Il règne dans les rues de St-Pierre une atmosphère spéciale. Une ville empreinte de son passé, d’une atmosphère lumineuse du soleil sur ses murs ocres défraichis. Elle vit dans un décor majestueux des vertes vallées de canne à sucre au pied de sa majestueuse montagne Pelée, cette montagne qui, le 8 mai 1902, a craché sa fureur et tuée ses 28 000 habitants…

St-Pierre est empreinte de cette tragédie. Du jour où le volcan s’est éveillé. Pour cette raison, elle fascine. Nous n’y étions que passé la dernière fois. Cette fois-ci, nous avons exploré St-Pierre et sa région, la petite ville, son volcan, ses rhumeries et nous nous sommes laissé envoutés par son décor et le volcan.

St-Pierre (55)St-Pierre (58)

St-Pierre est tout au Nord de la Martinique. Nous nous y rendons d’abord en voiture, depuis le Marin. Ça nous permet de parcourir l’île du Sud au Nord. On découvre ainsi la plaie du trafic infernal de Fort-de-France. Des bouchons de circulation comme à Montréal, on nous avait prévenus. Mais on y fait aussi de très belles découvertes. On s’arrête d’abord à Balata pour admirer son église, une réplique en miniature (1/5) de la basilique du Sacré-Cœur de Paris.

Balata (7)Balata (1)Balata (5)Jardin du Carbet (2)Jardin du Carbet (1)

On poursuit par la Route de la Trace qui traverse la Martinique en son centre, traversant ses plus hauts Pitons et sa forêt tropicale. Malheureusement pour la Route de la Trace, nous commençons à avoir vu pas mal de forêt tropicale et de pitons, si bien qu’on est moins impressionné! Reste que le décor est encore magnifique, mais moins impressionnant que la Dominique ou encore la Guadeloupe.

Églises et villages sur la route : Morne-Rouge, Le Prêcheur et son monument commémorant la révolte des esclaves de 1848…

Morne Rouge (2)Morne Rouge (4)Morne Rouge (1)Le Precheur (6)Le Precheur (8)

Les rhumeries de la Martinique sont réputées pour être parmi les plus belles, les mieux restaurées et entretenues, les plus authentiques. Nous nous dirigeons donc vers la distillerie De Paz située au pied de la montagne Pelée. De Paz fait partie des doyennes parmi les rhumeries. Elle a été fondée en 1651 par la famille De Paz. L’éruption de la montagne Pelée de 1902 détruisit entièrement la distillerie et décima toute la famille. Le seul survivant fut Victor De Paz qui terminait alors ses études à Bordeaux et qui reconstruisit ensuite le domaine. Le site est aujourd’hui superbe. Le décor de canne à sucre, la montagne, les installations, le charme des vielles années, bref, une visite qui nous a tous charmé, tant parents que enfants.

De Paz (12)De Paz (13)De Paz (22)De Paz (9)De Paz (36)De Paz (20)De Paz (41)De Paz (4)De Paz (30)De Paz (31)

Direction ensuite Anse Couleuvre pour y pique-niquer puis se rendre à sa cascade que nous a chaudement recommandé nos copains de Grégal. Mais la pluie qui allait et venait a plutôt décidé de s’installer, si bien qu’après un pique-nique dans la voiture à l’Anse Céron, on rebrousse chemin et allons plutôt au Centre de Découverte des Sciences et de la Terre.

Pique-nique à l’Anse Céron, parée du sable noir des îles volcaniques.

Anse Ceron (3)Anse Ceron (1)Anse Ceron (4)

Le Centre de Découverte des Sciences et de la Terre, construction parasismique au pied du volcan. Le genre de visite scientifique qui fait plaisir à notre Julien!

Centre Decouverte (3)Centre Decouverte (4)Centre Decouverte (5)Centre Decouverte (7)

On apprend tout sur l’éruption de la montagne Pelée de 1902 et sur les volcans. On y voit des photos d’archive, on y regarde un film traitant à la fois de Pelée et des volcans des Antilles qui nous plait beaucoup puisque nous revoyons et comprenons mieux tous ces volcans et ces lieux que nous avons vus déjà : Dominique, Guadeloupe, St-Vincent, Montsérat avec son volcan toujours en activités qui oblige l’exclusion de toute la partie sud de l’île, sans oublier Kick’m Jenny, le volcan sous-marin de Grenade, le volcan le plus actif des petites Antilles qui devrait donner à Grenade une nouvelle île d’ici une dizaine d’années! On apprend aussi pourquoi certaines îles des Antilles sont plates comme une galette alors que d’autres sont de vrais massifs de montagnes. C’est que, bien que toutes les îles résultent d’une activité volcanique, les îles plus à l’Est telle Antigua, Barbuda, l’Est de la Guadeloupe (Grande-Terre), Marie-Galante, etc. sont beaucoup plus anciennes et le temps a totalement érodé les massifs volcaniques. Alors que les îles de l’Ouest comme la Martinique, la Dominique, Basse-Terre en Guadeloupe, Grenade, St-Kitts, Nevis, Saba, etc. sont beaucoup plus récentes.

Centre Decouverte (12)Centre Decouverte (13)

Une salle touchante est dédiée à la tragédie sous-marine qu’a également provoqué l’irruption du volcan. Tous les bateaux de la baie, à l’exception d’un seul, ont périt, brûlé et coulé, lors de la nuée ardente qui déboula, en une minute à peine, à une vitesse de 300 à 500 km/h, du cratère jusqu’à la mer. Des peintures magnifiques témoignent de la tragédie.

Centre Decouverte (9)Centre Decouverte (10)Centre Decouverte (11)

Prochain arrêt : les Jardins du Carbet. On cherche l’endroit qui devrait être juste après St-Pierre, entre celle-ci et le Carbet. Mais on ne trouve pas, qu’un jardin aux papillons et un zoo. On s’informe et on apprend que le jardin a été transformé en zoo. Bouhhh, que faire. On n’a pas le temps de se rendre à son jardin-sœur, les Jardins de Balata, créé par le même créateur. On nous dit que les jardins y sont toujours, dans son même décor romantique des ruines de l’Habitation Latouche (l’habitation sans doute la plus ancienne de la Martinique, fondée en 1643, qui fut au fils des temps sucrerie, rhumerie, fabrique de tabac, d’indigo, de manioc et de cacao. Finalement dévastée par la Pelée en 1902…), avec les animaux en plus. Je veux bien croire, mais reste qu’un jardin et un zoo, ça n’a pas la même ambiance. Toujours est-il qu’on y va. Les enfants sont super contents, maman y va un peu à reculons et papa trouve que 15 Euros par adulte, c’est bien cher pour un zoo-jardin, mais on y va!

Jardin du Carbet (4)Jardin du Carbet (6)Jardin du Carbet (32)Jardin du Carbet (25)

Les enclos des quelques animaux sont installés au cœur des ruines et des jardins. Les passerelles dénaturent l’ambiance des jardins, mais reste que la visite nous amuse ; le zoo étant tout récent, les animaux, particulièrement les singes et les ratons laveurs, sont tout excités à notre approche (Il faut dire que nous sommes les seuls visiteurs du moment!). Les singes se précipitent à notre rencontre dès notre arrivée et font toutes les singeries possibles pour attirer notre attention! Ils sont vraiment très drôles!

Jardin du Carbet (15)Jardin du Carbet (14)Jardin du Carbet (17)Jardin du Carbet (18)

Même le guépar et les pumas sont en action, ils se rivalisent d’un enclos à l’autre!

Jardin du Carbet (29)Jardin du Carbet (28)Jardin du Carbet (27)

Nous rentrons au Marin à la nuit tombée et nous levons dès 6h00 le lendemain matin pour retourner à St-Pierre, mais cette fois-ci, en bateau! La ballade est beaucoup plus agréable qu’en voiture. Pas de circulation, pas de stress, on navigue au portant jusqu’au fameux Cap Diamant (celui qui nous avait pris plus d’une heure à contourner à l’aller contre vents et courants, on le passe cette fois-ci en moins de deux!) puis on change d’amure et filons vent et courant pour nous si bien qu’on file à atteindre notre vitesse record de 9,9 nœuds !!!! Et devant les Anses d’Arlet sur notre bâbord, nous voyons un grand banc de dauphin qui semble se nourrir au loin. Ça sautille et ça frétille! On les appelle par tous les cris de dauphins de notre cru possibles et une dizaine viennent nous rejoindre et nagent autour de nous! Et pour finir, un souffle de baleine au loin. N’est-ce pas magnifique la vie sur l’eau?

Nous atteignons St-Pierrre à 14h00 et s’ancrons dans les eaux noires de son fond de sable volcanique, mais d’une clarté absolue. Des étoiles de mer parsèment le fond tout autour d’Oséo, le volcan domine.

St-Pierre (13)St-Pierre (11)

  St-Pierre à la lumière du soleil couchant…

St-Pierre (54)St-Pierre (52)St-Pierre (50)St-Pierre (56)

La vue sur St-Pierre est toujours aussi belle. Vite, nous allons à terre, nous n’avons que l’après-midi pour parcourir ses rues et voir les émouvantes ruines.

L’ancien théâtre et la prison de Cyparis, un des deux uniques survivants de l’éruption, protégé par les épais mur de son cachot.

St-Pierre (32)St-Pierre (33)St-Pierre (20)St-Pierre (29)St-Pierre (27)

L’émouvante statue d’une femme nue qui semble émerger de la pierre. Elle veut symbolyser la ville de St-Pierre, démonie au lendemain de la catastrophe, mais farouchement déterminée à se relever de ses cendres.

St-Pierre (19)St-Pierre (23)

L’église du Fort…

St-Pierre (45)St-Pierre (44)St-Pierre (46)

Et c’est un dodo tôt car le lendemain, c’est navigation jusqu’en Dominique. Il nous faut profiter de la fenêtre pour se rendre en Guadeloupe. D’abord une traversée d’une cinquantaine de miles vers la Dominique, dodo, puis on repart le lendemain pour la Guadeloupe.

Dernier regard sur notre belle Montagne et la Martinique.

Nav Dominique (1)Nav Dominique (3)

Et nous avons droit à une navigation paisible…

Nav Dominique (5)Nav Dominique (8)

Au moment où je rédige ces lignes, je suis sous le vent de la Dominique, toujours aussi belle, dans mon cockpit. Dominique que nous ne ferons que passer. Nous ne regrettons pas d’avoir quitté plus précipitamment que désiré la Martinique pour profiter de cette accalmie du temps, nous avons eu un autre canal des plus calmes à naviguer paisiblement sur une mer à peine agitée. La veille, on nous disait des vagues de 3,5 à 4,5 mètres, aïe!!!

On voit Grégal, qui nous dépasse malgré l’heure d’avance que nous avions sur eux! Et Catherine qui vous écrit de son cockpit, sous le vent de la Dominique. Photo-montage tout de bleu de mer!

Nav Dominique (17)Nav Dominique (16)Nav Dominique (20)Nav Dominique (11)Nav Dominique (14)Nav Dominique (18)

Finalement, nous jettons l’ancre dans la baie de Portsmouth en Dominique sous le seul grain de la journée. On retrouve l’ambiance rasta le temps d’une soirée, les boyboats toujours aussi sympatiques. Puis on se retrouve, avec Grégal, sur le petit bar de la plage pour un dernier verre, en l’honneur de cette superbe navigation, de cette magnifique île, et également de notre dernière soirée avec Grégal… À moins qu’on ne se recroise aux Bahamas ou en République dominicaine, on ne sait jamais! Au revoir Carole, Jean-Lo et Raphaël xxx.

Dominique (9)Dominique (10)Dominique (13)Dominique (4)

Sud Martinique : Le Marin, Ste-Anne et La Trace des Caps Nov 25

Club Med Boucanier (187)Grande Anse des Salines (74)Club Med Boucanier (186)

Et bien…. Je crois bien que c’est la première fois depuis que nous vivons sur notre voilier que l’on se sent un peu à l’étroit à bord. C’est qu’après nos deux chambres du Club Med où parents et enfants avaient chacun leurs espaces, avec le site si grand, la piscine, le tennis, la plage, les activités en rafales, les repas où chacun mange tout ce qu’il veut, les apéros en fin de journées, les spectacles… après toute cette liberté de mouvement, se retrouver soudainement tous les quatre dans le même espace… disons que la liberté s’en trouve un tantinet restreinte! Mais bon, on se retrousse les manches et on se remet en mode voyage, on se dépêche donc à faire la grosse lessive de la semaine, on reprend le retard sur l’école, on se rend au Marin pour faire les courses, on planifie les jours à venir car on doit se rendre en Guadeloupe pour le 6 décembre (les parents de Catherine nous y rejoignent!). Allez, hop hop hop!!! Bouger, quel remède efficace contre les blues passagers!

Si bien que demain, nous partons explorer la Martinique en voiture, après-demain, on reprend la route pour profiter de la météo qui semble vouloir s’adoucir car, il semblerait que le répit des alizés est terminé, présentement, ça souffle sur les Antilles!

Mais avant de quitter notre mouillage de Ste-Anne, voici le récit de notre passage dans le Sud de la Martinique : Ste-Anne, le Marin et la pointe Sud de l’île.

Sitôt arrivée en Martinique : Wahoooo, en route vers le Marin avec Train Train, là où des milliers de voiliers y mouillent! C’est ici qu’on y fait nos douanes.

Marin Ste-Anne (3)Marin Ste-Anne (5)Marin Ste-Anne (4)

Mais le retour en Martinique, c’est aussi le retour en France et, qui dit France, dit fromages, vins, baguettes, pâtisseries… Mmmmmm, que de délices et que c’est trop bien de retrouver les soupers baguettes et fromages si facile à préparer!

Marin Ste-Anne (11)Ste-Anne (1)Marin Ste-Anne (8)

Nous adorons le petit village de Ste-Anne. Tout y est, les petites boutiques, le bon pain frais, les petites superettes… Nous trouvons ici parmi le plus bel artisanat des Antilles. Le mouillage est toujours parfaitement plats, même quand ça souffle, la vue est magnifique sur la longue plage de la pointe du Marin, l’eau est claire et on peut se rendre au Marin ou à de nombreuses belles plages tout à côté à pied ou en annexe. On aime beaucoup Ste-Anne!

Ste-Anne (4)Ste-Anne (9)Ste-Anne (12)Ste-Anne (6)

Nous avons envie de découvrir de nouveaux décors. Nous partons donc en direction de la Grande Anse des Salines. Lors de notre dernier passage, nous avions tenté de s’y rendre par un sentier qui part de Ste-Anne, mais nous étions arrêtés à l’Anse Meunier, sa plage magnifique répondait en tout point à nos besoins! Mais cette fois-ci, on compte bien y aller, et plus loin encore. On s’y rend donc en dinghy, une belle balade sur la longue houle qui nous fait monter et descendre!

Grande Anse des Salines (1)Grande Anse des Salines (5)

La plage de Grande Anse des Salines est un long ruban de sable bordé de cocotiers. Des vendeuses de souvenirs et des Lolos l’animent. De là se poursuit le sentier de La Trace des Caps que nous souhaitons parcourir jusqu’à la Pointe d’Enfer sur la côte Atlantique ventée et sauvage et qui nous fera passer par des sites aux noms terrifiants comme la Savane des Pétrifications, la Table du Diable, la Pointe d’Enfer… Ouuuh!!

D’abord la Grande Anse des Salines, longue plage où il fait bon s’y baigner et grimper les cocotiers!

Grande Anse des Salines (75)Grande Anse des Salines (79)

La Trace des Caps. L’Étang des Salines est situé juste derrière la plage, avec ses mangroves et ses crabes. On la parcourt sur une passerelle de bois parcourue de panneaux explicatifs.

Grande Anse des Salines (13)Grande Anse des Salines (15)Grande Anse des Salines (17)

Après une marche sur une route bétonnée, on pénètre enfin dans les bois par un petit sentier qui nous fait traverser une forêt rempli de jolis crabes oranges, puis on arrive à la Savane des Pétrifications. Ce lieu est en fait les vestiges d’une ancienne forêt angloutie par la lave. Nous n’avons pas vu de bois brûlé, mais le site est superbe. Il se trouvait ici, il y a 22 millions d’années, un volcan qui a été entièrement érodé. Plus aucune trace du volcan, qu’un lieu sauvage, rempli de pierre volcanique, de sel et d’herbes. L’endroit est une beauté sauvage.

Grande Anse des Salines (34)Grande Anse des Salines (39)Grande Anse des Salines (36)Grande Anse des Salines (37)Grande Anse des Salines (40)Grande Anse des Salines (41)Grande Anse des Salines (46)

La côte Atlantique est belle, frappée par la mer et le vent. On y voit la Table du Diable et l’îlet Cabris.

Grande Anse des Salines (69)Grande Anse des Salines (57)Grande Anse des Salines (59)Grande Anse des Salines (48)Grande Anse des Salines (54)

… puis la Pointe d’Enfer. C’est superbe.

Grande Anse des Salines (61)Grande Anse des Salines (62)Grande Anse des Salines (60)

Le retour se fait par le même chemin. Une belle ballade qui nous a pris environ 3h sous le chaud soleil! Julien a les Crocs en compottes et le bon jus de fruit frais est bien mérité!

Grande Anse des Salines (70)Grande Anse des Salines (83)Grande Anse des Salines (12)Grande Anse des Salines (84)

Une semaine chez les Boucaniers! Nov 23

Où sommes-nous depuis une semaine??? Toujours en Martinique, mais pas dans notre Oséo. Mais où sommes-nous donc? Nous sommes au Club, au Club Med Les Boucaniers!!!

Club Med Boucanier (46)Club Med Boucanier (32)Club Med Boucanier (143)Club Med Boucanier (45)Club Med Boucanier (40)Club Med Boucanier (158)Club Med Boucanier (138)Club Med Boucanier (163)Club Med Boucanier (150)Club Med Boucanier (152)Club Med Boucanier (85)

Notre chambre pour la semaine, en fait deux chambres, communicantes! Il y a longtemps que nous avions été aussi spacieusement!

Club Med Boucanier (6)Club Med Boucanier (23)

Vu sur la mer et la palmerais, superbe non!

Club Med Boucanier (75)Club Med Boucanier (77)Club Med Boucanier (3)Club Med Boucanier (28)

Parce qu’il faut bien travailler pour s’offrir tout ce grand bonheur, nous voilà au Club Med où nous avons rendez-vous avec Jean-Philippe et sa famille, le partenaire d’affaire de Ronald qui tient le fort pendant notre voyage. Et surprise, ils nous amènent aussi Martin et sa petite famille, si bien que nous nous retrouvons à douze au Club pour une semaine haute en activités, heuuu, travail!!

Club Med Boucanier (96)Club Med Boucanier (133)Club Med Boucanier (50)Club Med Boucanier (193)Club Med Boucanier (94)Club Med Boucanier (153)Club Med Boucanier (196)

Coup de cœur pour le Club des Boucaniers, pour ses GO, pour ses activités, son animation, le sentiment d’en faire partie, la planche à voile, le tennis, le ski nautique, le ping pong, pour Luca l’Italien-bouffon, Léa la GO de la voile, Charles le chef du village, Pierre qui a fait skier les enfants et pour tous les autres et tous ces plus qui font du Club Med une expérience tout autre du conventionnel tout inclus.

Du matin au soir, nous avons enfilé les activités! Après le petit déjeuner, direction la planche à voile pour Catherine et Ronald. De grands débutants, nous parvenons à une belle glisse au terme de notre semaine, tous les muscles bien sollicités!

Une petite formation et nous voilà prêts!

Club Med Boucanier (116)Club Med Boucanier (112)Club Med Boucanier (118)Club Med Boucanier (119)Club Med Boucanier (131)

Merci à Léa notre photographe du jour!

Club Med Boucanier (113)Club Med Boucanier (115)Club Med Boucanier (126)

Après la planche, c’est ensuite la piscine : Aquagym, Crazy Side, baignade, Waterpolo, on fait tout et ça n’arrête pas!

Club Med Boucanier (42)IMG_5011IMG_5012Club Med Boucanier (157)Club Med Boucanier (278)IMG_4996Club Med Boucanier (284)

Le ping pong à toute heure du jour, on s’y rend à tout moment, avant diner, après déjeuner, pendant l’averse, le soir avant le show, on devient des pros!

Club Med Boucanier (11)Club Med Boucanier (54)Club Med Boucanier (13)Club Med Boucanier (15)

On finit par avoir une petite routine, après la voile, le diner, on se rend au tennis en séances familiales, dans un décor de rêve! Tennis au coeur de la palmerais, il y a longtemps que nous avions joué de la raquette!!

Club Med Boucanier (136)Club Med Boucanier (78)Club Med Boucanier (139)Club Med Boucanier (79)Club Med Boucanier (52)

Parmi les autres activités, il y eu le ski nautique des enfants. Pas facile la sortie de l’eau! Heureusement, Pierre les prend en charge et leur offrira un tour de glisse, les enfants bien calés devant lui. Champion de France Junior pendant 7 ans, il sait y faire! Merci Pierre!

Club Med Boucanier (137)Club Med Boucanier (204)Club Med Boucanier (210)Club Med Boucanier (219)Club Med Boucanier (211)

Léa (et Catherine) a beaucoup aimé le gentil (joli) Pierre…

Club Med Boucanier (268)Club Med Boucanier (296)

Les GO (pour Gentil Organisateur) organisent des tonnes d’activités, on ne s’ennuie jamais. Un après-midi, c’est la course de crabes!!! À Go, ils partent dans toutes les directions! Il y a le Crabe Canadien, le Belge, le Français, le Martiniquais… et chacun a son entraineur (on y va dans l’absurde ici et c’est très drôle!) Et il faut ensuite les rattraper, là le défis!

Club Med Boucanier (59)Club Med Boucanier (66)Club Med Boucanier (68)Club Med Boucanier (67)Club Med Boucanier (70)Club Med Boucanier (72)

La Route du rhum… Ça débute avec une prestation de musique martiniquaise, puis la soirée s’enflamme avec les percussions et les cuivres et c’est le début de la Route du rhum : On traverse le Village en visitant un kiosque à rhum et un autre pour terminer sur la plage pour le Beach Party. Wahooo!!!

Club Med Boucanier (88)Club Med Boucanier (89)Club Med Boucanier (105)Club Med Boucanier (91)Club Med Boucanier (99)Club Med Boucanier (107)

Spectacle de ski nautique, DJ et BBQ sur la plage. Ambiance géniale!

Club Med Boucanier (250)Club Med Boucanier (254)Club Med Boucanier (251)Club Med Boucanier (261)Club Med Boucanier (253)Club Med Boucanier (255)

Bravo la gang!

Club Med Boucanier (267)

Le vendredi est soirée Gala. C’est la remise des diplômes pour les participants des activités. Catherine et Ronald recoivent leur diplôme de véliplanchistes (planche à voile) et Léa et Julien en ski nautique, pour les plus jeunes skieurs de la semaine!

Club Med Boucanier (289)Club Med Boucanier (298)Club Med Boucanier (287)

Et finalement, les spectacles de soirée. Soirée Cléopatre, Wild, Anges et Démons… Tous joué par les GO, ils sont bons! Vraiment, on ne s’ennuie pas!

Club Med Boucanier (305)Club Med Boucanier (302)Club Med Boucanier (232)Club Med Boucanier (240)Club Med Boucanier (241)Club Med Boucanier (245)

Quelle merveilleuse semaine nous avons passé au Club des Boucaniers! Allez, maintenant dodo les cocos!

Club Med Boucanier (130)Club Med Boucanier (17)

L’école se poursuit, des Grenadines à Sainte-Lucie Nov 13

Nous sommes en Martinique. Ahhhh, ce qu’on s’y sent bien ce matin! Il y a une bonne odeur de feu de cuisson, la nuit a été calme, le décor est tout autre que lors de notre dernier passage. Désormais, c’est vert! Les montagnes sont belles, elles semblent toutes de velours. Ce que nous sommes contents d’y être! Nous y sommes arrivés hier après-midi vers 15h après la traversée du canal, calme! Les canaux se suivent et ne se ressemblent pas, et c’est tant mieux! Quoique nous prendrions bien les suivants comme celui-ci…

Nos derniers moments à Sainte-Lucie : La plage de Rodney Bay et pourquoi pas un dernier verre à la marina. Ah oui, et le dessal fonctionne à merveille!

Rodney Bay (87)Rodney Bay (89)Rodney Bay (94)Rodney Bay (95)

En route pour la Martinique! Que du bonheur!

Nav Martinique (8)Nav Martinique (7)Nav Martinique (25)

Il est 6h00 et je me lève car je souhaite mettre à jour l’école sur le blog avant la belle journée qui s’annonce : Visite au Marin pour les formalités de douanes, achat d’une bonne baguette à 1Euro, de fromages et de pâtés pour le diner (nous sommes en France!), trainer dans les rues de Sainte-Anne en fin de journée… Alors vite, au boulot, il est déjà 6h15!

Nous voilà rendu à la semaine 14 de nos plans de travail. L’école avance très bien, professeur-maman est contente, ses petits élèves travaillent vraiment très bien. Mon cadeau d’anniversaire est toujours actif, Julien et Léa gardent le moral et un bon enthousiasme pendant l’école, ça ne se passe que mieux. Pas de thème spécifique pour cette dernière période qui traite des semaines 9 à 14, mais plutôt des activités différentes chaque semaine ou pour quelques semaines consécutives pendant nos périodes collectives. Ainsi, à la semaine 10, nous avons étudié la fable La Cigale et la Fourmi de Jean de La Fontaine. Nous avons travaillé avec le dictionnaire pour en comprendre le sens des mots inconnus et le sens du texte.

Ecole octobre 2014 (3)Ecole octobre 2014 (5)Ecole octobre 2014 (4)

Après les exercices, les enfants ont eu la semaine pour mémoriser la fable. Les voici qui vous récite « La Cigale et la Fourmi », aux abords de Sandy Island sur l’île de Carriacou.

L’Halloween nous a apporté des problèmes mathématiques et des compréhensions de lecture de sorcière et de bonbons, en plus d’une histoire en anglais…

Ecole octobre 2014 (9)Ecole octobre 2014 (7)Ecole octobre 2014 (17)Ecole octobre 2014 (18)Ecole octobre 2014 (19)

En histoire-géographie, Julien en était à l’étude de la Seigneurie en Nouvelle-France. Nous nous y sommes tous mis pour voir ensemble cette forme d’organisation sociale et du territoire et les enfants ont travaillé toute la semaine à bâtir leur propre seigneurie. Un projet gagnant qu’ils ont ADORÉ!! En voici la présentation, par Julien.

Pour les semaines 12 et 13, les périodes collectives ont été allouées à l’Anglais intensif. Nous en faisons chaque semaine, mais pour ces semaines, nous avons doublé les périodes, faisant autour de 2h30 par semaine. Nous avons abordé un nouveau thème : School Life. Nous avons vu le School Staff et les School places et en avons profité pour bien mettre en place la formulation des questions. D’abord avec les Questions Words : What, When, Who, Why, Where, How many, How old. Puis ensuite les Yes / No Questions. Nous avons fait des exercices sur la transormation des adjectifs comme Big en Bigger et Biggest pour signifier plus gros que et le plus gros, comme dans “Dad is bigger than Julien” ou “Dad is the biggest of the family”! Ce n’est qu’un exemple, bien sur!

Bequia (4)Ecole octobre 2014 (13)Ecole octobre 2014 (14)Ecole octobre 2014 (15)Ecole octobre 2014 (21)Ecole octobre 2014 (16)Ecole octobre 2014 (20)

Pour ce qui est du contenu hebdomadaire régulier, en mathématique, Julien a débuté ses tables de division et ça se passe très bien. La stratégie de maitriser d’abord parfaitement ses multiplications a porté fruit et les divisions vont de soi pour l’instant. Les divisions en colonne d’un nombre à trois chiffres lui sont faciles, nous avons vu la mesure de capacité (les litres), la décomposition des nombres en facteurs premiers, le dallage et le diagramme à ligne brisé.

Léa a quant à elle vu l’addition et la soustraction à deux chiffres (sans échange), le calcul de l’heure, les diagrammes et les solides. Ses tables d’addition et de soustraction vont bon trains, on débutera sous peu les multiplications (pourquoi ne pas prendre d’avance!)

Le français se porte bien aussi, on travaille très fort et j’insiste beaucoup sur la grammaire, la bonne correction de leurs écrits, la bonne conjugaison des verbes. Léa s’initie à tout cela mais pour Julien, tout doit être impeccable, prof-maman est exigente! Léa en est officiellement au genre et au nombre des noms mais ses corrections, notamment dans ses dictées, sont excellentes! Julien est quant à lui moins constants. Il connait bien ses règles, ses terminaisons de verbe au présent, imparfait et futur que nous avons vu, mais il oublie parfois d’appliquer ses règles… Le verbe a d’ailleurs été à l’honneur ces dernières semaines, l’infinitif, le conjugué, les règles d’accord, les terminaisons. Ouf, beaucoup de verbes!

Ecole octobre 2014 (11)Ecole octobre 2014 (12)

Dictée et textes écrits. Le portrait était à l’étude.

Ecole octobre 2014 (22)Ecole octobre 2014 (23)Ecole octobre 2014 (1)Ecole octobre 2014 (2)

Ouf, voià! Il est 8h45, j’ai terminé! C’est maintenant le temps du petit déjeuner! Papa et les enfants ont bien avancé l’école pendant que je préparais tout ça. Nous avons la journée à nous!Wahooooooo!!!!!!!

Voilà que tout est prêt à être envoyé, mais il nous faut attendre qu’Internet nous viennent. Il va et il vient ce cher Internet, ou plutôt, il n’est pas plus souvent qu’autrement. Nous sommes de retour dans les îles françaises, ne l’oublions pas! Ce n’est pas le paradis du Wi-Fi ici!

Ste-Lucie, et badaboum les ennuis! Nov 09

Aïe aïe aïe! Notre arrivée à Sainte-Lucie n’a pas été de tout repos malgré que nous y venions justement pour reprendre un beat plus relax après le rythme effréné des derniers jours à Bequia et St-Vincent. Le panier à linge sale déborde, l’école est buissonnière depuis une semaine et les cernes s’accumulent sous les yeux, on est dû pour un arrêt!

D’abord la nav. Ouf! Le dernier canal remonte à plusieurs mois et l’habitude s’est perdu semble-t-il. Ce canal avait été mouvementé à l’allé aussi, mais là, les enfants n’ont pas résistés. Pauvres enfants, ce qu’on peut leur faire vivre… Tant ce voyage apporte de la magie, tant parfois il peut nous mettre le cœur en miette. Léa a été malade, elle en pleurait. Julien n’a pas résisté non plus. Oséo s’est fait bousculé par ces vagues qui venaient de l’avant, une vague courte mêlé à des murs qui nous faisaient glisser, giter, tanguer! Dur dur pour les cœurs mal amarinés, dur dur pour le cœur de papa et maman qui ne peuvent que leur murmurer qu’ils sont courageux et que ça va s’arrêter, bientôt… Et ça s’est arrêté, le sourire est revenu, tout est bien vite oublié, heureusement, et le voyage continue!

Et pour leur donner du courage à quelques miles de l’arrivée, vous savez qui est venu nous saluer de splash énormes??? Des baleines!!! Catherine en a aperçu une première sur bâbord qui sautait, et nous nous sommes déroutés car nous étions sur une trajectoire trop près à notre goût. (C’est gros ces bêtes!) Puis une deuxième, beaucoup plus près, sur l’avant bâbord! Une immense baleine qui sort son corps et se jette sur le dos, et sploush!! Et finalement, une autre, cette fois-ci à à peine 20 mètres derrière Oséo, sérieusement, ça fait peur si près! Mais ça redonne du moral! Évidemment, pas de photos, quand ça bouge, les priorités sont ailleurs qu’aux photos!

Signe que nous sommes arrivés : les Pitons de Sainte-Lucie tout au sud de l’île. Ne sont-ils pas beaux?

Pitons (11)Pitons (9)Pitons (2)Pitons (4)

Résultat de notre nav mouvementé, à l’intérieur : désormais, la gite est de l’autre côté, je crois que nous avons quelques ajustements à faire… Un vrai bazar comme disent désormais les enfants! Influence des copains Français!

Pitons (12) Pitons (13)

Nous nous rendons à Marigot Bay, après avoir rejeté un mouillage aux Pitons. Ça ne nous disait rien, nous n’avions pas l’intention de faire les expéditions, le budget ayant été dépensé au volcan de St-Vincent, et le mouillage était bruyant car c’est dimanche et les locaux font toujours la fête les dimanches. Nous poursuivons donc jusqu’à Marigot, baie des plus tranquilles, on y sera bien…

Marigot (3)Marigot (1)

Beeeeepppp!! Erreur!! Nous y sommes effectivement bien, on dort, on débute une petite journée tranquille le lendemain, on fait enfin de l’école et les enfants travaillent bien, mais, 1er ennuis : en faisant le lit, Catherine découvre le matelas tout mouillé en dessous. On retourne, on aère, on fait sécher, on cherche la source… on ne trouve pas de fuite. On soupçonne les restes d’eau d’une vieille fuite au guindeau dans la pointe avant qu’on a déjà réparé et qui aurait atteint le matelas avec la gite qu’on a subi. Toujours est-il que la cabine avant est sans-dessus-dessous.

On fait de l’eau… 2e ennui! Le dessal ne produit pas comme il devrait. Ronald cherche tout le long du système. Nous, on essaie de faire l’école. Mais le système du dessal, il est partout! Une partie est au fond de la cabine de Julien, l’autre dans la salle de bain, l’autre près du moteur, les outils dans les cales, il y a des trucs partout! À la cabine avant, s’ajoute le carré sans dessus-dessous!

Mais ça ne s’arrête pas là! 3e ennui! Ronald, qui est en communication avec le représentant Spectra à Rodney Bay par courriel fait les tests qu’il lui demande de faire. Il faut calculer la quantité d’eau produite versus l’eau rejeté. Mais l’eau rejeté l’est habituellement à l’extérieur, là, il faut la recueillir, Ronald patente des tuyaux à l’intérieur qui passent au-dessus du lit de Julien et, voilà le vlan! Le tuyau pète! Résultat : plein d’eau, SALÉE, sur le lit de Julien! Vite, on sort tout (évidemment, sa chambre est en bordel, ça prend mille ans à tout vider), on éponge comme on peut, on enlève la douillette, les draps, le couvre-matelas, le sur-matelas mousse, ouf, le matelas n’est pas atteint. Mais tout est salé! L’horreur, et le dessal qui fonctionne mal. Bon, congé d’école les enfants, on arrête. On a du boulot!

Ronald continue de chercher le problème du dessal, maman et les enfants de mettent à la lessive, que nous faisons toujours à la main. Mais Catherine n’en a finalement pas fini avec son Chikungunya et ses mains la font toujours souffrir, si bien que la corvée de tordage pour la lessive est particulièrement pénible, surtout avec tous ces draps, ces douillettes et couvre-matelas.

(Et oui, parenthèse Chikungunya. Aux symptômes initiaux, nous ignorions que des douleurs persistantes pouvaient perdurer. Catherine qui n’avait eu que peu de douleurs articulaires lors de la crise se retrouve maintenant avec des douleurs beaucoup plus importantes, surtout aux doigts et aux poignets, si bien qu’ouvrir la porte du frigo devient difficile, fermer les hublots de côté, agripper des trucs… Ce n’est pas “cool”. Certains en ont pendant des mois, pour d’autres, des années… Espérons que tout finisse par rentrer dans l’odre… )

Peu de temps pour profiter de la belle Marigot donc. Mis à part nos douanes et faire un grand plaisir à Julien et Léa en retournant dans le funiculaire de la colline, nous n’en ferons pas plus ici, on doit se rendre à Rodney Bay pour y confier notre Pompe Clark de dessal à Regis Electronic, qui travaille impeccablement. Nous sommes mardi, le 4 novembre.

La belle Marigot, puis la palpitante expédition en funiculaire! Un grand moment… (!)

Marigot (9)Marigot (13)Marigot (15)Marigot (17)Marigot (18)Marigot (20)

Au départ de Marigot, Oséo file sous le vent de Sainte-Lucie, dans 12 nœuds de vent à 60 degrés sur une mer plate, nous battons notre record de vitesse à 8.8 nœuds!!! Wahoo!!! Mais pas de poisson, on va bien trop vite!!!

Et nous revoilà à Rodney Bay, sur notre boule numéro 1, dans le lagon, depuis. Nous voulions bien repartir vers d’autres mouillages, mais voilà que le temps pluvieux nous est tombé dessus. D’abord de nombreuses averses, puis, au vendredi, une nuit entière de pluie qui s’est poursuivie toute la journée du samedi. Pluie sans arrêt! On n’a jamais vu ça! Comme on n’a plus de dessal, on se remplit des sceaux! Et ça ne prend pas plus de 20 minutes à remplir tellement ça tombe! Train Train déborde, on ne finit plus de le vider, alors on le soulève dans l’arche et on ouvre le bouchon! Ce sera journée école et lecture, les batteries sont au plus bas, pas de soleil et pas de vent, on doit partir le moteur pour recharger un peu et on se termine notre Pirates des Caraïbes 2 en plus de se farcir le 3 en soirée! Grosse journée!

Pluie pluie et nos récupérateurs de pluie! Sur notre Boule Numéro 1 à Rodney Bay. Avec toute cette pluie, le lendemain devient journée de lessive! On lave tout et il nous reste encore de l’eau!

Rodney Bay (82)Rodney Bay (78)Rodney Bay (77)Rodney Bay (85)

Ballade au Fort de Pigeon Island. Un autre fort! À chaque île son fort, je crois que nous les aurons bientôt tous fait! La ballade en vaut la peine, la vue est spendide et le paysage, avec ses herbes hautes qui bruissent dans le vent, appaisant.

Rodney Bay (65)Rodney Bay (38)Rodney Bay (60)Rodney Bay (49)Rodney Bay (61)Rodney Bay (43)

Le top du top Rodney Bay : la crème glacé Elena’s! On l’attendait depuis Grenade, la meilleure crème glacée des Antilles! 2 boules en plus (clin d’oeil pour Dominic ;)! …ah, et l’épicerie aussi!

Rodney Bay (5)Rodney Bay (8)

Et un souper familial pour 40EC, 15$, qui dit mieux? Domino’s, nous, on l’aime avec ses tables kétaines dehors! Et ça excite les enfants, je vous dis!

Rodney Bay (16)Rodney Bay (18)Rodney Bay (17)

Nous attendons la réparation de notre dessal et ensuite, hop en Martinique. Mais cette fois-ci, nous n’oublierons pas les cachets anti-mal de mer des enfants!

Vidéo de nos Grenadines Nov 06

Les Grenadines sont derrière nous, mais nous avons pondu ce petit film pour nous, et vous, faire revivre encore ses beautés et le plaisir que nous y avons eu! Prêts pour des îles, des plages de rêve, des poissons et des tortues? Visionnez!!

St-Vincent Nov 03

Nous quittons Bequia le 30 octobre au matin alors que Dame-Météo nous annonce du nord-est pour dans 3 jours. C’est un bien mauvais vent pour remonter au Nord… En plus, une vilaine houle du nord-ouest est prévu pour le 4, il faudra s’en abriter, le mieux sera Sainte-Lucie. Nous décidons donc avec Cataja de faire nos douanes de sortie à Bequia car à Young Island où nous allons, sur l’île de St-Vincent, il n’y a pas de douane. Nous serons illégal pour un jour ou deux… Trop se tenir avec des Français nous corrompt!

Petite navigation d’une dizaine de miles dans notre premier canal de la remontée, ont file sur une mer calme, génial ! Les Grenadines et St-Vincent font parties du même pays, c’est en fait St-Vincent et les Grenadines. Nous sommes donc toujours dans le même pays, mais la grande île de St-Vincent a mauvaise réputation. On y parle d’agression, de vol, elle est donc peu fréquentée. Mais nous avions envie d’y venir et des copains s’y étaient déjà arrêtés avant nous. De la côte où nous l’avions longée quelques mois plus tôt, elle était magnifique. Il fallait qu’on s’y arrête!

On se rend donc Young Island. On se prend une boule dans le petit canal entre la petite île avec son resort de luxe et St-Vincent, car le courant y est fort et les bateaux se retrouvent vite dans tous les sens. La boule frappera avec grand dynamisme sur la coque dans ce courant, mauvaises nuits assurées!

Young Island (1)Young Island (57)

Sitôt arrivé, les enfants enfilent vite leurs costumes. Mais oui, c’est Halloween pour nous! La fête de Catherine avait été devancé d’un jour et l’Halloween suit toujours le jour d’après alors nous voilà à l’Halloween! De toute façon, pas à se soucier des dates, ici on ne fête pas Halloween. Mais nous, on organise une chasse aux bonbons au Fort Duvernette abandonné! Cataja ne fête pas ça non plus habituellement, mais les enfants ne se font pas prier pour chasser les bonbons!

Young Island (3)

On se retrouve tous à grimper les 250 marches du Fort Duvernette et qui nous mènent au sommet de l’île en forme de pain de sucre. 

Young Island (7)Young Island (9)Young Island (19)